Ekoute seki finn ekrir dan dezyem Liv Lalwa (26, 4-10)

Moiz ti pe dir ar lepep Israel :

«Letan to pou vinn prezant bann premye frwi ki to'nn rekolte,

pret pou pran panye dan to lame,

li pou depoz-li lor lotel le-Segner to Bondye.

To pou dir sa bann parol-la devan le-Segner to Bondye :

'Mo papa enn Aramein ki'nn perdi sime,

li'nn al dan Lezip ; li'nn viv laba avek so ti famiy.

Lerla li'nn vinn enn gran nasyon, ki for, e li'nn miltipliye.

Bann Ezipsyen finn maltret-nou, zot persekit-nou,

zot finn donn-nou bann travay byen dir.

Nou'n kriye dan direksyon le-Segner, -- limem Bondye nou gran-dimoun.

Le-Segner finn tann nou lavwa, li'nn trouv nou lamizer,

nou soufrans, ki manyer pe kraz-nou.

Le-Segner finn fer-nou sorti dan Lezip,

li'nn ouver so lebra, li'nn sem la-terer, avek bann sign ek bann mirak.

Li'nn kondir-nou ziska isi, li'nn donn-nou sa later-la,

later akot dile ek dimyel koule kouma larivyer.

Ala, asterla, mo pe aport bann premye frwi

ki sorti dan later ki to'nn donn-mwa, Segner.'»

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 91/90

® Kondir-mwa, vey lor mwa, Segner, pran mo lame.

Kondir-mwa, vey lor mwa, montre-mwa to sime. (J. Grégware)

Letan mo kasyet anba Bondye ki lao, letan mo res dan lonbraz Bondye ki for,

Mo dir ar le-Segner : Mo sekour, mo satofor, Bondye, mo fye lor twa !

®

Maler pa kapav tom lor twa, danze pa pou vinn pre ar to lakaz ;

Li'nn donn lord ar so bann anz pou protez-twa lor tou to sime. ®

Lor zot lame, zot pou sarye-twa, pouki to lipye pa bat ar ros.

To pou mars lor zanimo feros ek serpan, to pou kraz lyon ek dragon. ®

«Parski li koste ar mwa, mo delivre-li, Mo protez-li parski li konn mo Non.

Li apel-mwa, mo donn-li repons ; Mo pre kot li kan li dan pins. ®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir bann Romin (10, 8-13)

Mo bann frer, mo bann ser,

Nou trouv dan Labib : La-Parol, li pre kot twa, li dan to labous, li dan to leker.

Setenn parol lafwa ki nou proklame.

Wi, si to deklar ar to labous ki Zezi mem Segner,

si to leker krwar ki Bondye finn fer-li leve parmi bann mor, to pou libere.

Seki krwar dan so leker pou gagn lazistis,

seki deklar (so lafwa) ek so labous pou gagn liberasyon.

Labib dir : Seki krwar dan li pa pou dekonserte.

Koumsamem, na pena okenn diferans

ant Zwif ek Grek : zot ena mem Segner ; li zenere pou tou bann ki invok-li.

Wi, seki invok Non le-Segner, li pou libere.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

To parol, Segner, se laverite, to lalwa, enn liberasyon.

Dimoun pa zis bizin dipin pou zot viv,

me avek sak parol ki sort dan labous Bondye.

Triompher de la tentation

par André Sunassee


Line

Comme invitation à entrer dans le mouvement de conversion, la liturgie de ce premier dimanche de carême nous montre la figure de Jésus sujet à la tentation. Le Christ nous montre comment la vivre et surtout comment en triompher.

A trois reprises donc, la fidélité de Jésus à Dieu et à son plan de salut est éprouvée. La dernière est précisément de ... mettre Dieu à l'épreuve en lui forçant la main. Cela avait été la faute des Israélites au désert lorsqu'ils avaient exigé un miracle par ces mots : «Le Seigneur est-il au milieu de nous, oui ou non ?» (Ex 17,7). La tentation est ici de défier Dieu en exigeant de lui, comme un droit, ou un dû, qu'il nous manifeste sa bonté et nous protège de tous les maux. On sait qu'exiger l'amour, c'est de le tuer, puisque l'amour ne peut être que don libre et gratuit : grâce. Il en est ainsi dans notre relation avec Dieu. François de Sales disait qu'il ne faut rien demander à Dieu, ni rien lui refuser. Certes cela ne veut pas dire qu'on ne peut dire à Dieu nos besoins. Il faut sans doute ici entendre demander au sens d'exiger. Il ne faut pas mettre à l'épreuve Dieu en exigeant de lui telle ou telle chose comme preuve de son amour. «Si tu m'aimes, donne moi telle grâce,...Donne-moi telle chose,... Fais moi passer mon examen...»

Jésus lui se refuse à mettre Dieu dans l'obligation d'intervenir ; il ne réclame pas de miracle pour sauver sa vie. «Tu ne mettras pas à l'épreuve le Seigneur ton Dieu ».

Jésus n'en demandera pas plus quand il sera en croix. Dieu fait grâce ... gratuitement... et il suffit d'accueillir son amour. Il fait grâce aux justes comme aux pécheurs, aux juifs comme aux païens. C'est le seul signe que Jésus voudra donner de Dieu : celui d'un Dieu Père plein de tendresse et d'amour, qui ne retient jamais de pardonner. Même les miracles de Jésus ne seront pas pour lui des signes extraordinaires qu'il ferait pour donner les preuves de la puissance de Dieu. Les miracles seront toujours des signes gratuits de la compassion de Dieu et seuls les cœurs accordés à cette bonté de Dieu se laisseront aimer et guérir par lui.

Si nous avons besoin sans cesse de preuves pour faire confiance, si nous doutons de la présence de Dieu lorsque nous sommes dans l'épreuve, alors nous mettons en doute l'amour et nous doutons de Dieu. Et nous ne pouvons pas bâtir le monde de Dieu. En ce carême 2007 où notre évêque, à travers sa lettre pastorale, nous invite à nous plonger dans la source de l'espérance chrétienne, puissions-nous comme Jésus nous remettre totalement entre les mains du Père : «Père en tes mains , je remets mon esprit, mon souffle de vie.»

retour