Fête du Printemps à la cathédrale St-Louis


Mgr Piat : «Merci Seigneur du bonheur de vivre dans la foi en Jésus-Christ»

«Appeler pour la mission de l'Eglise» : thème choisi par la Mission catholique chinoise pour la messe d'action de grâces marquant la fête du Printemps en la cathédrale St-Louis le dimanche 18 février. Dans son homélie, Mgr Maurice E. Piat a mis l'accent sur la persévérance dans nos luttes, surtout lorsque nous sommes persécutés ; sur l'amour gratuit qui nous sauve et le pardon qui engendre la vie.

7h50. L'église était remplie. Les fidèles de la communauté chinoise, vêtus de leurs habits neufs, sont présents en la cathédrale afin de participer à la messe présidée par Mgr Maurice E. Piat et concélébrée par les pères Jean-Maurice Labour, Jean-Michaël Durhône et Régis Wan Sai Cheung. Cette messe radio-télévisée en direct fut une très belle solennité, riche en symboles et empreinte de prières et de cantiques en langue hakka. La chorale, composée de plus d'une cinquantaine de membres, était dirigée par Philippe Kwok.

Dans son introduction, Mgr Piat a invité tous les fidèles à rendre grâce à Dieu pour tout ce qu'Il leur a donné pendant l'année écoulée et aussi Lui offrir cette année nouvelle. «Qu'il nous comble d'amour, de fraternité et surtout d'un grand sens de la justice et de responsabilité.» Le Nouvel An, dit-il, est un moment pour s'arrêter, se rencontrer, réfléchir et méditer ensemble.

Outre le respect aux ancêtres, la solidarité familiale, le grand sens de l'économie et du travail, Mgr Piat a invité la communauté chinoise à remercier le Seigneur «pour la vie qu'il nous a donnée et surtout pour la joie que

Dieu nous a donnée de vivre cette vie dans la foi en Jésus-Christ». C'est un grand bonheur d'être sauvé et c'est une grande joie de connaître l'amour gratuit, a-t-il précisé.

Offertoire

Au moment de l'offertoire, ont été portés à l'autel : un panier de fleurs symbolisant le printemps ; un plateau d'oranges, représentant l'harmonie et l'unité ; un plateau de gato lasir, fabriqué avec du riz fraîchement récolté, pour la moisson abondante ; un plateau de friandises cuites à partir des fruits, symbole des efforts des hommes sur la terre ; l'encens, symbolisant la prière de reconnaissance qui monte au ciel vers notre Père ; le pain et le vin pour l'eucharistie.

A la fin de la célébration, pour rendre hommage à leurs ancêtres, trois officiants de la communauté chinoise ont présenté du vin, de l'encens, des fruits et des fleurs à l'autel. Ce rite a été suivi de la lecture du livre de Siracide, texte évoquant la piété filiale. «Celui qui honore son père aura la joie dans ses enfants. Celui qui glorifie son père verra de longs jours.»

C'est dans un climat de fête que tout le monde s'est ensuite réuni dans la cour de la cure de la cathédrale pour assister à la traditionnelle danse du dragon. Il y a aussi eu des pétarades et une distribution de délicieux gâteaux.

Sandra Potié

retour