p.11foto1

Camp-Marcelin et Quatre-Cocos

La famille des Young Pioneers s'agrandit

Pour un changement positif dans leur vie face à l'alcool, la drogue et la cigarette, cela avec l'aide des parents et le soutien des amis : tel est l'objectif des jeunes des régions de Camp-Marcelin et de Quatre-Cocos, nouveaux membres des Young Pioneers (YP).

Parents, amis, communauté paroissiale et membres de la Pioneers Total Abstinence Association (PTAA) se sont retrouvés lors de la messe dominicale du samedi 17 février en l'église Saint-Dominique, Quatre-Cocos, pour accueillir les 24 jeunes et les deux accompagnatrices qui se sont engagés au sein des Young Pioneers.

Une cérémonie présidée par le curé de la paroisse, le père Jacques Piat, qui a souligné durant son homélie l'importance pour ces jeunes d'avoir le soutien de leur famille et des membres de la communauté dans leur engagement pour un changement positif dans leur comportement. «C'est vrai qu'il n'est pas facile pour ces jeunes de tenir leur engagement, mais ils ont besoin d'être écoutés, encouragés et d'être accompagnés.»

Kapav amize san lalkol

Tout fiers d'avoir eu leur badge de Young Pioneers, les nouveaux adhérents ont promis de ne pas toucher à l'alcool et à la cigarette pendant une année et de ne jamais toucher à la drogue. Arielle Sophie et Cédric Fine, deux jeunes collégiens adhérents de YP, ont donné leur témoignage. «Pendant les huit mois de notre préparation, nous avons découvert la joie de vivre entre amis et que nous pouvons nous amuser sans toucher à l'alcool et à la cigarette. Nous lançons un appel aux jeunes pour qu'ils viennent nous rejoindre.» Ils se disent fiers d'être des Pioneers et heureux d'être avec leurs amis pour dire non à la drogue et à l'alcool. «Nous avons organisé nombre de sorties et de soirées sans que nous touchions à l'alcool et à la cigarette. Nou dire kapav amize san lalkol.»

Solidaire avec la communauté

«Je tiens à féliciter les jeunes Pioneers pour leur fidélité dans cette voie qui mène non seulement à la liberté, mais aussi à la réussite dans leur vie. C'est un long sacrifice et de la persévérance pour ces jeunes. Je dis bravo aux jeunes : de par mon métier, j'ai vu la souffrance dans les yeux des parents et des enfants touchés par ce fléau qu'est l'alcool», a souligné un responsable de quartier.

Selon un groupe de parents venus accompagner leurs enfants, «nous étions nombreux à être choqués quand nous avons appris que nos enfants allaient s'engager dans les Young Pioneers. Nous nous demandions si nos enfants allaient pouvoir respecter leur promesse. Nous sommes, aujourd'hui, fiers d'eux. Nous disons à nos enfants que nous savons que leur choix n'est pas aisé, qu'ils n'ont pas choisi la voie de la facilité. Grâce à leur discipline, ils peuvent faire de leur vie un véritable trésor».

Influence des amis

Des parents interrogés soulignent leur participation dans ce combat. «Nous avons une grande responsabilité envers nos enfants et les jeunes. L'exemple vient d'abord de la famille : si le père et la mère sont alcooliques, pourquoi l'enfant ne ferait-il pas comme eux ? Trop souvent, chaque événement familial est une occasion pour toucher à l'alcool et à la cigarette. Si nous, en tant que parents, nous ne faisons pas l'effort en donnant l'exemple, il sera alors trop tard pour combattre ce fléau qu'est devenu l'alcoolisme.»

Ce constat rejoint celui de Denise Honel et de Marilyne Charlot, les deux accompagnatrices. «La vie des jeunes n'est pas facile et souvent ils sont tentés et se laissent influencer par leurs amis. Les parents et la communauté ont un rôle primordial à jouer. Dans bien des cas, les plus grands incitent les plus jeunes et les encouragent à consommer de l'alcool. Souvent, ce sont les enfants qui vont à la boutique acheter des cigarettes et de l'alcool pour les aînés.»

Sylvio Sundanum

retour aller