Messe Sale by Levy


Le père Souchon :«Soyez des assoiffés et des affamés de justice»

La forte présence des victimes de la vente à la barre, toutes communautés confondues, ainsi que celle de dignitaires de différentes religions ont fait de l'église Immaculée-Conception un symbole de l'unité nationale le dimanche 11 février dernier. C'était lors de la messe d'actions de grâce présidée par le père Henri Souchon et organisée par Harish Boodhoo et l'Association des victimes de la vente à la barre. «Justice» était le mot sur toutes les lèvres.

«Ce sont les martyrs de la justice» : phrase choisie par le père Souchon afin de qualifier les victimes de la vente à la barre. Il a félicité Harish Boodhoo pour sa lutte pour la justice. «Quand quelqu'un travaille pour la justice, je dois le féliciter. Avec les victimes, il a fait la grève de la faim. Ils ont risqué leur vie pour que la justice prime.» Dans l'évangile, a-t-il affirmé, deux des huit versets des Béatitudes parlent de la justice. «Heureux ceux qui sont affamés et assoiffés de la justice. Heureux ceux qui sont persécutés.» C'est ainsi qu'on doit travailler, précise-t-il, «avec passion en étant des assoiffés et des affamés de la justice».

Le curé de l'Immaculée a, par la suite, félicité le Premier ministre, Navin Ramgoolam, pour l'adoption du Protection of Borrower's Bill.«Quand la justice triomphe, Dieu est honoré», souligne-t-il. Le père Souchon a ensuite fait une sortie contre ceux qu'il qualifie de «bande de salauds. Rendez l'argent que vous avez volé...C'est la seule chose que vous pouvez faire», a-t-il crié haut et fort, à l'adresse de notaires, avoués et arpenteurs véreux.

Face aux crises économiques, le père Souchon a invité chacun à se ressaisir. «Notre sucre ne vaut pas plus que notre sable. Ainsi, nous ne pouvons continuer de vivre le grand luxe. Nous ne pouvons avoir des dettes et prétendre vouloir manger du caviar ou prendre du champagne.» Selon le curé de l'Immaculée, «si nous voulons bien vivre ensemble, ayons le sens de la patrie. Soyons Mauriciens !».

Pour symboliser l'unité nationale, le père Souchon a invité tous les pandits et imams présents à la célébration de se joindre à lui pour la prière universelle et autour de l'autel pour le Notre Père. Au moment de l'offertoire, c'était l'occasion pour quelques-unes des victimes de déposer, avec les offrandes, leurs souffrances au pied de l'autel.

Après la célébration, le Premier ministre a reconnu que le père Souchon a parlé «avec son cœur». Il s'est dit touché par cette phrase du curé : «Nous ne pouvons avoir des dettes et prétendre vouloir manger du caviar.»

Notons qu'outre Harish Boodhoo et les victimes de la Sale by Levy, cette messe a réuni le Premier ministre, Navin Ramgoolam, le vice-Premier ministre, Rashid Beebeejaun, et les ministres Xavier-Luc Duval, Rama Sithanen, Rama Valayden Vasant Bunwaree ainsi que le Leader de l'opposition, Nando Bodha ; le lord-maire, Reza Issack ; la députée de l'opposition Sheila Grenade ; le leader de l'Union nationale, Ashock Jugnauth, ainsi que des pandits et imams.

Sandra Potié


retour