Ekoute seki Profet Zeremi finn ekrir (17, 5-8)

Sa manyer-la le-Segner pe koze : «Malediksyon pou seki met so konfyans dan enn dimoun, ki fye lor so lebra, lor laser ; so leker pe vir ledo ar le-Segner. Li kouma enn pye pikan dan dezer ; li pa pou trouve letan boner arive. Li pou res dan dezer, dan landrwa ki'nn brile, enn later sale, akot personn pa reste. Benediksyon pou seki met so konfyans dan le-Segner, le-Segner mem so lafwa. Li parey kouma enn pye ki'nn plante dan bor delo ; li anvoy so rasinn kot delo koule. Li pa per letan saler vini, so feyaz res ver. Lane kot ena sesres, li pa trakase, li pa aret prodir so frwi.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 1

® Toulezour, nou pou sant to lamour, Segner,

Nou kone, to tini to parol.

(Melodi : «Toute ma vie, je chanterai ton nom, Seigneur»)

Benediksyon pou zom ki pa swiv bann kriminel,

me ki trouv so plezir dan lalwa le-Segner,

ki reflesi lor sa lalwa-la, lanwit kouma lizour. ®

Li kouma enn pye ki'nn plante pre kot larivyer ;

li donn so frwi dan so sezon,

zame li pa perdi so feyaz. ®

Pou bann kriminel, pa pou koumsa !

Zot kouma bagas ki divan fann partou.

Le-Segner konn sime bann dimoun zis. ®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir dan so premye let pou bann abitan lavil Korint (15, 12.16-20)

Mo bann frer, mo bann ser,

Nou proklame ki le-Krist finn resisite parmi bann mor ; alor, ki manyer ena parmi zot kapav dir ki pena rezireksyon bann mor ? Si bann mor pa resisite, savedir le-Krist ousi pa'nn resisite. E si le-Krist pa'nn resisite, zot lafwa, li pou narye ; zot ankor dan zot pese. Parey pou bann ki'nn mor*, dan le-Krist, zot finn perdi. Nou ki dan le-Krist, si nou pena lot lespwar apart sa lavi-la, noumem ki bizin plis sagrin parmi tou dimoun. Me non ! le-Krist finn resisite parmi bann mor, limem premye, pou tou ki finn mor*.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

* Motamo : dormi

Alelouya

Fer fet, res dan lazwa, parski zot rekonpans pou gran dan lesyel.

«Béni, l'homme qui compte sur le Seigneur»(Jér 17, 7).

par P. Fabio Ciardi


Line

En proclamant cette «bénédiction» le prophète Jérémie utilise une image chère à la tradition biblique, celle d'un arbre planté au bord d'un ruisseau. Ses racines sont bien alimentées, son feuillage reste vert et il porte du fruit en abondance. Tandis que celui qui place son espérance en dehors de Dieu ­ par exemple dans le pouvoir, la richesse, les amitiés influentes ­ est comparé à un arbuste planté en terre aride, rabougri, qui ne porte pas de fruit.

C'est dans les situations désespérées que nous pensons à nous tourner vers le Seigneur, mais si Dieu peut tout, pourquoi ne pas avoir recours à Lui à chaque instant de notre vie ?

Nous avons toujours besoin de l'aide de Dieu. Et il est donc béni, c'est-à-dire qu'il a trouvé la joie et la plénitude de vie, celui qui maintient un rapport de confiance jaillissant de la foi en son amour.

Lui, le Dieu proche, plus intime à nous que nous-mêmes, chemine avec nous. Il connaît les moindres battements de notre cœur. Nous pouvons tout partager avec Lui : joies, douleurs, préoccupations, projets... Il ne nous laisse pas seuls, même dans les moments les plus durs. Et si, pour exprimer cette confiance, nous pensions à «travailler à deux» ?

Nous portons parfois le souci de situations ou de personnes pour qui nous ne pouvons rien faire directement. Notre inquiétude à leur sujet nous empêche de bien accomplir ce que Dieu désire de nous dans le moment présent. Nous voudrions, par exemple, nous trouver auprès de cette personne qui nous est chère et qui souffre dans l'épreuve. Ou bien, nous ne voyons pas comment résoudre telle situation sociale compliquée...

Voici le moment de faire confiance au Seigneur, dans une attitude qui peut parfois aller jusqu'à l'héroïsme. «Je ne peux rien faire pour cette personne, pour ce cas... Eh bien, je ferai ce que Tu veux de moi en cet instant : bien étudier, bien travailler, bien prier, bien m'occuper de mes enfants... Sûr que Tu penseras à démêler ces nœuds, à réconforter celui qui souffre, à trouver une solution à ce problème.»

Ce travail à deux, réalisé en communion, nous demande une grande foi dans l'amour de Dieu pour ses enfants, et permet à Dieu, grâce à notre façon d'agir, de compter sur nous. Une telle confiance réciproque opère des miracles. Là où nous ne pouvons agir, un Autre agit véritablement, qui fait beaucoup mieux que nous.

L'acte héroïque de confiance sera récompensé. Notre vie, limitée à un seul domaine, gagnera une nouvelle dimension. Nous serons au contact de l'Infini. Il nous semblera plus vrai, pour l'avoir expérimenté, que nous sommes vraiment les enfants d'un Père qui peut tout.

retour