Centre of Learning

Apprendre à se prendre en charge

Des habitants qui se prennent en charge: tel est le pari qu'a réussi l'Ecole de solidarité pour la justice (ESJ) à travers l'école complémentaire et le Centre of Learning de Cité-Barkly. Depuis, un bon bout de chemin a été parcouru et divers groupes d'action commencent à émerger.

Appelé à siéger au sein du Managing Committee du Centre of Learning, Viken Vadeevaloo est, depuis octobre dernier, le rédacteur en chef du journal L'éclaireur, le trimestriel qui rendra compte des activités qui se font au centre et dans la région. Des informations pratiques auront aussi une place importante afin de guider les résidents dans les différentes démarches qu'ils ont à entreprendre.

Empowerment

«Nous nous rncontrons le mardi soir et nous discutons du contenu de la publication qui sera lancée dans quelques mois. Pour l'instant, la petite équipe de rédaction, composée de deux journalistes en herbe d'une quinzaine d'années, est en formation et prépare nos articles. A travers ce journal, nous comptons changer la perception qu'ont de nombreuses personnes de Cité-Barkly et nous voulons encourager davantage les habitants du quartier à profiter des activités et facilités offertes par le Centre of Learning», explique-t-il. Pour Viken Vadeevaloo, l'âge des deux jeunes filles de son équipe va de pair avec l'esprit d'empowerment des habitants de la région.

Dans le sillage de l'ESJ, est née l'Association de développement communautaire de Barkly (ADCB) trois années plus tard. Les habitants du quartier ont été ainsi encouragés à participer de plus en plus aux activités de l'ESJ et à s'engager pour œuvrer au bien-être de la région. Avec l'ouverture du Centre of Learning, des sessions de formation ont été organisées selon le concept «avec les habitants et non pour les habitants», affirme notre interlocuteur. Pour lui, il n'est pas question de pratiquer l'assistanat. «On souhaite que les habitants puissent prendre en charge leur propre destinée.»

Il constate que depuis 2000, il y a une grande évolution dans la région et que les jeunes qui s'engagent au Centre of Learning font de la Positive Peer Pressure et incitent leurs amis à se joindre à eux pour un travail commun. «Nombreux sont ceux qui, après avoir bénéficié des cours de l'Ecole Complémentaire ou des sessions de formation au centre, se sont engagés par la suite pour servir les autres.» Viken Vadeevaloo note aussi que certains parents désireux de soutenir leurs enfants dans leurs études au primaire viennent suivre des cours d'alphabétisation ou se préparent à participer aux examens du CPE. L'éveil des consciences à l'importance de l'éducation semble avoir été compris avec l'intérêt affiché des

parents.

Afin de faciliter davantage l'apprentissage, une nouvelle approche pédagogique a été développée avec le kreol comme médium d'apprentissage pour les mathématiques, l'anglais et le français pour un groupe d'élèves des standards I, II et III. Une comparaison sera par la suite effectuée afin d'évaluer le niveau des élèves avec ceux qui ont utilisé l'anglais ou le français pour apprendre ces matières. Selon Brian Pitchen, l'accent sera mis sur les jeux éducatifs. L'objectif de cette nouvelle approche est qu'au bout du compte, les élèves puissent savoir lire et écrire à la fin de l'année. Pour les élèves de Form I, l'accent sera mis sur l'oral d'anglais.

Réinsertion

Outre l'éducation, les volontaires du Centre of Learning se sont aussi intéressés à la réinsertion des toxicomanes. Brian Pitchen, responsable du groupe Espoir revive Barkly (ERB), explique qu'à la suite d'une formation dispensée par Danny Philippe, du Centre de Solidarité de Rose-Hill, nombreux sont ceux qui se sont engagés pour accompagner et soutenir les toxicomanes du quartier afin de les sortir de l'emprise de la drogue. Ainsi, chaque toxicomane désireux de réhabilitation, a un parrain ou une marraine avec qui il peut se confier et avoir le soutien nécessaire. Le soutien de la cellule familiale est aussi recherché dans chaque cas. «Les volontaires ne peuvent être là 24h/24. C'est pourquoi nous comptons sur les proches pour nous aider», explique Brian Pitchen.

Un plan d'action 2007 a déjà été établi afin de toucher le plus de toxicomanes possible. A ce jour, deux toxicomanes de la trentaine qui ont cheminé avec l'ERB ont été réhabilités et ont trouvé un emploi stable en vue de leur réinsertion. Parmi les activités qui sont organisées figurent des sorties à travers l'île afin de les aider à reprendre goût à la vie par des choses simples. L'idée est de les faire comprendre qu'ils peuvent s'amuser sainement.

Relève

Afin d'assurer la relève, des jeunes sont formés et installés à des postes de responsabilité. Ils sont aussi invités à participer à toutes les activités du Centre of Learning afin de connaître tous ses rouages. A travers l'ADCB ils ont la responsabilité de mettre leurs idées en commun pour trouver des moyens de subvention afin de financer les activités du centre et de réfléchir sur des projets de développement communautaire. D'une manière ou d'une autre, Brian Pitchen et Viken Vadeevaloo espèrent que les habitants du quartier profitent au maximum des avantages mis à leur disposition.

Jean-Marie St-Cyr

retour