«Lève-toi et marche»

Cela fait trois années maintenant qu'à l'approche de Noël, la paroisse Ste-Thérèse organise une foire aux cadeaux. Le point avec le curé de la paroisse, Robert Jauffret.

Quelle est la philosophie derrière cette initiative ?

C'est un projet baptisé Lève-toi et marche et initié par les membres du Conseil pastoral, de Caritas, du Service d'écoute et d'entraide (SEED et de la Fabrique de Ste-Thérèse, en collaboration avec les responsables des quartiers. Douze mini-boutiques mettent en vente des jouets et des cadeaux pour les enfants dont les parents n'ont pas les moyens de leur en offrir pour la Noël. Nous voulons aider les parents qui sont dans le besoin et qui n'ont pas la possibilité d'offrir des cadeaux à leurs enfants au lieu d'attendre que d'autres le font à leur place. Nous ne voulons pas un Noël pour le «petit pauvre». Pa bizin atan ki le zot dimoun ou firm ki ofer bann zanfan kado.

C'est-à-dire...

Nous mettons en pratique la session Devenir humain. Avec cette initiative, nous voulons que les gens ne soient plus des assistés. Souvent à l'approche de Noël et des fêtes de fin d'année, des firmes et des associations débarquent dans les quartiers avec des jouets, des cadeaux et des friandises pour les enfants. En l'espace d'une demi-journée et de quelques minutes, ils «font» la Noël des petits pauvres. En quelque minute, ils se sont transformés en mamans et papas des enfants des quartiers. Nous dénonçons cette attitude de paternalisme et d'assistanat. Nous voulons humaniser les habitants des quartiers et non pas les déshumaniser.

Comment vous-avez fait pour trouver les jouets et les cadeaux ?

Les jouets et cadeaux ont été récoltés les dimanches de l'Avent durant les messes dominicales. Regroupés en lots selon les âges, ils ont été mis en vente simultanément dans les mini-boutiques aménagées dans les quartiers. C'est un travail formidable qui a été fait par les animateurs des quartiers, des mouvements de la paroisse et des clubs de l'endroit. Il y a eu une solidarité parmi les habitants.

Etes-vous satisfait des précédentes foires aux cadeaux ?

La réponse se trouve dans la déclaration l'année dernier d'un couple de trois enfants : «Zordi no fier nou resi asete kado pou nou bann zanfan pou Noël. Pa bizin atan misie labank ou madam radio ou misie Rotary vini pou distribie kado pou nou bann zanfan. Enn kado ki nou ofer nou zanfan ena pli valer ki sa kado ki bann firm, labank, radio vinn partaze.» Cette année encore, chaque quartier a mis sa touche personnelle dans l'aménagement des mini-boutiques et dans la vente des cadeaux et des jouets. Certains quartiers ont proposé des emballages cadeaux aux acheteurs, d'autres ont accueilli les enfants en leur distribuant des bonbons.

Propos recueillis par
Sylvio Sundanum


Noël chez des enfants d'autres confessions

Line

Pour le chrétien, Noël est avant tout la célébration de la naissance du Christ. Mais comment est-elle vécue chez des enfants d'autres croyances ? Comme pour tous, Noël est l'occasion de recevoir et de s'offrir des cadeaux et de vivre la réciprocité de l'amour, le plaisir du partage et la rencontre dans la joie. Dans de nombreuses maisons, le sapin demeure la pièce maîtresse de la décoration.

Pour Yudish (14 ans), Vidoushi (7 ans), Poorbarlen (10 ans), Parveen (8 ans) et Khushi (2 ans), la fête de Noël est l'occasion rêvée de vivre un moment «magique». Ce n'est pas un jour comme les autres. Chacun d'eux s'en donne à cœur joie dans la décoration du sapin, qui se fait généralement quelques jours avant la fête. Les couleurs rouge, vert et or sont à l'honneur. Parveen ne manque jamais d'installer ses peluches et poupées non loin du sapin.

Shardah avoue prendre beaucoup de plaisir pour décorer le sapin avec ses deux enfants: Yudish et Vidoushi. C'est une question de redoubler d'imagination. Elle n'a pas besoin de se faire un budget mirobolant, ni de faire preuve d'un talent inouï, mais simplement de retrouver son cœur d'enfant. Par exemple, les dessins de sa fille Vidoushi trouvent très bien leur place dans ce décor aux mille couleurs, précise-t-elle avec fierté. «C'est une façon de la valoriser pour tous ses efforts pendant l'année.»

Ambiance de Noël

La fête de Noël est une aventure féerique pour Khushi. Enfant et petit-enfant unique, les cadeaux pleuvront de toutes parts ce jour-là. Outre le sapin, Deevia, sa mère, aura également une pensée attentionnée pour orner la maison de quelques décorations bien choisies. «C'est pour créer l'ambiance de Noël dans la maison.»

Les jouets sont aussi synonymes de fête de Noël chez nos interlocuteurs. Au matin de Noël, la joie inonde les différents foyers. Pour Noël dernier, Khushi a reçu une bicyclette, des poupées et des nounours. Cette année, ses parents n'ont encore rien décidé. Entre-temps, Deevia profite des pubs à la télé et sur les brochures pour familiariser sa fille avec le Père Noël. Shardah privilégie pour Vidoushi les jeux sym

boliques qui reflètent les scènes de ménage. Elle trouve que les scénarios sont plus réalistes, poussant sa fille à être actrice. Au matin de Noël, sa fille est cuisinière, coiffeuse, ou enseignante. Elle déplore les jouets avec des batteries poussant ainsi l'enfant à n'être que spectateur.

Sens de responsabilité

Pour sa Playstation, Yudish n'a droit qu'aux CD comprenant des jeux sportifs (football, boxe). «Les autres jeux sont trop violents et je n'accueille pas de violence à la maison», insiste Shardah, qui met beaucoup d'accent sur les valeurs familiales. Noël dernier, Yudish a reçu un chien rottweiller en cadeau de ses parents. Il l'a prénommé Julia. Et un cateau vert pour Vidoushi. «On a fait l'effort, même si les animaux nous ont coûté cher. Car cela pour leur inculquer le sens de responsabilité, de l'amour et de tendresse», explique Shardah.

Feroza, la mère de Parveen, privilégie des jeux de construction pour sa fille. Cela la pousse à faire preuve de plus de créativité et d'invention. Alors que Mala, mère de Poobarlen, opte pour les jeux vidéo ou électroniques. «Sa performance devient source de fierté. Comme parents, nous pouvons limiter le temps passé devant l'écran et encourager l'enfant à aller jouer dehors avec ses amis», ajoute Mala.

Dîner et visite

Pour la plupart des familles, quand elles songent à Noël, leur première pensée va à un dîner spécial. La bûche pour certaines, des sucreries pour d'autres. Et des boissons colorées (bleues, rouges, vertes, roses) ou champagne fruité pour les enfants. Et enfin, Noël rime aussi avec visites et promenades - comprenant le partage des cadeaux aux neveux et nièces - ainsi que des tournées dans les grandes surfaces et magasins.

Bref, la magie de Noël, explique Giantee, la grand-mère de Khushi, c'est qu'elle tisse des liens solides renforçant ainsi la fraternité au sein de la famille. «C'est une occasion pour faire des échanges de cadeaux aux autres membres de la famille également.»

Sandra Potié

retour aller