p.11foto1

Deux Eglises, deux missions

Le premier prêtre, envoyé a Rodrigues, dans le cadre de l'évangélisation, fut le père François Thévaux de novembre 1850 à mai 1851. Il travaillait à l'île Maurice avec le père Laval qui l'a orienté vers Rodrigues. Il y a eu ensuite le père François qui fit plusieurs séjours dans l'île, tout en mettant en place des équipes de catéchète.

Ce qui veut dire que, seulement quelques années après la naissance du diocèse de Port-Louis en 1847, les pasteurs avaient le souci de porter l'Evangile à cette population à 600 km au Nord-Est de l'île Maurice tombant sous sa juridiction. Plusieurs autres missionnaires, dont le laïc Paul Grand Court, ont fait des déplacements à Rodrigues à cette époque.

Rodrigues is Rodrigues....

Au fil des années, la communauté chrétienne de l'île se structurait pour devenir une paroisse en 1869, avec pour chef lieu Saint-Gabriel. Ce n'est qu'en 1970 que Port -Mathurin et La Ferme furent érigés en paroisse.

L'isolement et les moyens de communication, peu développés, ont constitué le terreau pour forger une culture et une manière de vivre différente de l'île Maurice. Les pasteurs ont très vite compris qu'on ne peut pas appliquer les solutions mauriciennes aux problèmes rodriguais.

On raconte que le Père Ronald Gandy avait cette expression célèbre qu'il lâchait souvent aux dignitaires mauriciens qui voulaient imposer des choses sur Rodrigues : «Rodrigues is Rodrigues, Mauritius is Mauritius. Rodrigues is not Mauritius and Mauritius is not Rodrigues.» C'est dans ce contexte que le processus de l'évangélisation a eu lieu.

Lettres pastorales aux Rodriguais

Pour qu'il y ait une réelle rencontre entre la vie des Rodriguais et l'Evangile, l'Evêque de Port-Louis n'hésitait pas à écrire des lettres pastorales, spécialement destinées aux Rodriguais, à l'exemple de «Rodrigues 80» et «Rodrigues 90, quel développement ?»

Et plus récemment, en 2002, avant l'avènement de l'autonomie et la mise en place du Vicariat apostolique, Mgr Maurice Piat a écrit une lettre pastorale spécialement pour Rodrigues, conjointement avec Mgr Ian Ernest, s'intitulant : «Réussir l'autonomie».

Dans cette histoire ecclésiale, les mouvements d'Action cCatholique ont eu un rôle phare pour une plus grande reconnaissance de Rodrigues au niveau international. L'Action catholique des enfants (ACE) a eu sa reconnaissance auprès du Mouvement international de l'apostolat des enfants (MIDADE) en 1978. Un premier pas qui a conduit, en 2002, à l'élévation de l'Eglise de Rodrigues au statut de Vicariat Apostolique. Ce qui veut dire que l'Eglise de Rodrigues ne dépend plus du diocèse de Port Louis, mais est reconnue comme une Eglise particulière par le Vatican.

L'histoire retiendra que c'est au Centre Carrefour qu'Antoinette Prudence a formulé la demande, devant le cardinal Tomko, pour une plus grande reconnaissance de la particularité de l'Eglise rodriguaise par le Vatican. Et c'est Mgr Maurice Piat qui a porté et a fait le suivi du dossier auprès des instances appropriées. Des démarches qui ont conduit à l'élévation de Rodrigues en Vicariat Apostolique et l'ordination épiscopale de Mgr Alain Harel le 8 décembre 2002, avec comme devise : «Vous êtes sel de la terre

et lumière du monde.»

Les deux Eglises s'enrichissent mutuellement

Avec son nouveau statut, l'Eglise de Rodrigues n'a pas à se référer ou demander la permission au Diocèse de Port-Louis pour son orientation pastorale et toute sa mission. Mais y a toujours des formes de collaboration et de solidarité qui existent entre les deux Eglises. Par exemple, deux prêtres du Diocèse de Port-Louis, en l'occurrence les pères Jocelyn Patient et Eddy Coosnapen, ont été mis à la disposition du Vicariat Apostolique de Rodrigues. Le Diocèse de Port-Louis continue à apporter un soutien financier à l'Eglise de Rodrigues. De plus, il y a plusieurs religieux/religieuses de Rodrigues qui sont en mission à l'ile Maurice, à l'intérieur des différentes communautés religieuses.

La collaboration se vit également au niveau des mouvements d'Action catholique. Il y a eu la signature de l'accord de Port-Mathurin a l'occasion du 15 anniversaire du Centre Carrefour qui officialise les avenues de coopération et de partage d'expérience entre les mouvements d'Action catholique des deux îles.

Au niveau du Marriage Encounter également, il y a une grande collaboration entre Maurice et Rodrigues. De 1999 à 2007, plusieurs couples et prêtres-animateurs ont animé des week-ends pour les couples à Rodrigues. Des Rodriguais ont aussi participe à l'animation de week-ends à Maurice.

Pour une collaboration plus intense

Il y a des avenues à explorer davantage pour un enrichissement mutuel au niveau de la mission. L'expérience de l'Eglise à Rodrigues, avec un laïcat très engagé dans la transformation du monde, mérite d'être étudié et utilisé d'avantage.

En revanche, dans l'Eglise à Maurice, il y a tout effort pour doter le chrétien d'une formation dans plusieurs domaines afin qu'il soit capable de rendre compte de sa foi. Une collaboration plus étroite en matière de l'utilisation des personnes ressources doit être explorée.

Fierté pour le Diocèse de Port-Louis

A l'occasion de ses 160 ans, le Diocèse de Port-Louis doit être fier d'avoir laissé émerger le désir des chrétiens de Rodrigues d'avoir une plus grande reconnaissance au niveau de l'Eglise universelle. En respectant l'originalité de l'Eglise dans l'île, le diocèse a créé les conditions favorables pour l'érection du Vicariat Apostolique de Rodrigues. Le fait d'avoir deux Eglises particulières dans une même République, permet d'être à l'écoute du monde avec deux oreilles différentes. Et il faut renforcer les moyens pour que chaque Eglise puisse faire remonter les cris qu'elle entend. Il faut créer des passerelles pour que dans des situations particulières, les deux Eglises puissent proposer une parole commune dans leur mission en vue d'un meilleur service de la société. Le lien culturel et historique qui existe entre elle est une base pour une écoute mutuelle et collaboration encore plus effective tout en respectant l'originalité de chacune et qui donne un goût différent aux saveurs de l'Evangile.

Benoit Jolicoeur

retour aller