p.11foto1

L'Enseignement social
de l'Église
incarné
en pleine pâte mauricienne

«Fidèle à l'enseignement et à l'exemple de son divin fondateur qui donnait l'annonce de la Bonne Nouvelle aux pauvres comme signe de sa mission, l'Eglise n'a jamais négligé de promouvoir l'élévation humaine des peuples auxquels elle apportait la foi au Christ. Ses missionnaires ont construit, avec des églises, des hospices et des hôpitaux, des écoles et des universités... »

Cette citation de Paul VI dans Populorum Progressio qui se réfère à l'action de l'Eglise universelle est aussi vraie pour le Diocèse de Port-Louis qui, depuis sa création, n'a cessé d'œuvrer pour le service et la promotion des plus pauvres.

Ecoles primaires pratuites

Dans la deuxième moitié du 19e siècle, surtout avec l'apport des Instituts religieux - Lorettes (1845), Bon Secours (1850), Frères des Ecoles chrétiennes (1869), Filles de Marie (1864) ­ des écoles primaires gratuites sont lancées à travers l'île pour permettre aux moins favorisés d'avoir accès à l'éducation. Ces écoles sont financées par la Société St-Vincent-de-Paul (1855), l'Union Catholique (1877) et des bénévoles catholiques. Aujourd'hui, nous comptons 46 écoles primaires catholiques toutes sous l'égide du diocèse, sous la responsabilité du Bureau de l'éducation catholique.

Œuvres charitables

C'est surtout sous l'impulsion des Sœurs du Bon Secours que les œuvres charitables vont se multiplier ­ crèches, orphelinats pour garçons et filles, hospices pour vieillards, mêmes des hôpitaux gratuits. Les Filles de Marie s'occupent des filles-mères tandis que les Spiritains lanceront l'orphelinat Père-Laval qui sera relayé plus tard par les Frères St-Gabriel. Les Frères St-Jean-de-Dieu viendront prêter main forte à l'action auprès des vieux. Toutes ces œuvres sont aujourd'hui regroupées dans l'Association diocésaine des institutions charitables (ADIC).

Action ouvrière

Pendant et après la guerre de 1939-45, l'Eglise, surtout sous l'impulsion du père Eugène Dethise et

du père Jean Margéot, s'occupera des ouvriers. Il y aura des retraites ouvrières, le lancement et l'animation de mouvements ouvriers tels la JOC / JOCF pour les jeunes et la LOAC pour les couples. Le journal Tribune Ouvrière est lancé. Ces retraites, journaux et mouvements permettront la formation des ouvriers à l'Enseignement social de l'Eglise et aideront à la promotion des ouvriers qui sont appelés à prendre en main leur destinée. France Boyer de la Giroday, à travers les Ecoles Ménagères, qu'elle lance et anime, assurera un vaste programme de promotion féminine pour les milieux modestes.

Lettres pastorales sociales et formation de leaders sociaux

L'épiscopat de Mgr Jean Margéot sera marqué par un grand intérêt au social. Témoin le nombre impressionnant de Lettres pastorales consacrées à des thèmes sociaux en relation avec l'Evangile et l'Enseignement social de l'Eglise. Il envoie régulièrement des prêtres et surtout des laïcs se former au Coady International Institute, Canada et à Claver House, Angleterre, deux instituts de formation sociale à base d'Enseignement social de l'Eglise. Karl Offmann, futur président de la République, sera un de ceux-là. Ces personnes formées seront soit fondateurs ou animateurs de l'Institut pour le Développement et le Progrès (IDP).

IDP

L'IDP forme surtout des animateurs sociaux dans des Cours de base et de perfectionnement de Leadership social. Des milliers de Mauriciens sont formés et enrichissent ainsi de leur formation l'animation de leurs clubs ou associations sociales. Ces stagiaires, provenant de toutes les composantes de la société mauricienne, montrent que vivre le mauricianisme est possible. L'IDP aidera à consolider le mouvement naissant de Credit Unions, sous l'impulsion de Mgr A. Nagapen à Maurice et de R. Fleurot, à Rodrigues. L'IDP travaille en collaboration avec l'Association des pêcheurs professionnels de l'île Maurice (APPIM), fondé par le Père Robert Margéot et René Magon, laïc convaincu, pour permettre aux pêcheurs de se libérer des 'banians' (intermédiaires) à travers un important Revolving Fund, financé par diverses ambassades.

retour aller