p.11foto1

«Bâtir sur le roc»

Le mariage est un sacrement que se donnent mutuellement et librement les époux. Les fondements du mariage chrétien sont la liberté, la fidélité, l'indissolubilité et la fécondité. L'Église a cherché à travers des cours des structures telles le CPM, l'Action Familiale à renforcer ces valeurs et à communiquer aux fiancés et aux époux la vraie dimension du mariage, qui est à l'image de l'union entre le Christ et son Eglise.

L'Église mauricienne a multiplié les initiatives de formation, d'entraide et de développement personnel afin de coller aux réalités de la société locale. Les Écoles ménagères, les crèches pour les filles-mères ont aidé les familles dans la gestion de leur vie de tous les jours ; les différents mouvements de famille : CANA, Marriage Encounter, soirée pour fiancés, Elle & Lui, EVA, les cinq langages de l'amour, les équipes 3 ans ont considérablement contribué à l'harmonie des couples et au renforcement de la cellule familiale. Les évêques successifs ont consacré une bonne partie de leur enseignement à la famille au travers de leurs mandements de carême.

Soutien

Plus récemment l'Église a répondu présent face aux problèmes de société qui affectent les familles tels l'avortement, la drogue, le VIH/Sida en accordant son soutien à des organisations comme le Mouvement d'aide à la maternité (MAM), et au centre de réhabilitation de Terre Rouge. Elle participe activement aux travaux du collectif des églises contre le Sida.

L'Église mise beaucoup sur l'éducation tantôt ciblée (Écoles complémentaires), tantôt générale (cours ETSH) pour développer la capacité des hommes et des femmes à se prendre en charge, et assurer le bonheur de leurs familles.

Finalement, l'exhortation de l'évêque dans le contexte de la marche pour les vocations a recadré la place de la famille pour susciter et accompagner les vocations laïques.

L'Église met ses formations à la portée de tous. Elle se déplace vers ceux qui demandent des formations ou de l'aide : les cours de l'ETSH sont ainsi offertes à toutes les régions et l'Église reste ouverte au besoin des chrétiens dans un monde en pleine mutation. Ces demandes sont identifiées à partir de rencontres comme l'assemblée diocésaine et des remontées émanant de mouvements et des paroisses. L'Église a surtout établi une priorité pour les pauvres dans toutes ses actions à la fois éducatives, et spirituelles. Cette préférence est voulue par le synode et elle a été réaffirmée par la dernière assemblée diocésaine.

Ouverture

L'Église prône l'ouverture vers les autrement croyants et nombre de ses formations sont ouvertes à tous les Mauriciens. Les formes modernes de communication utilisées contribuent à rendre formations et activités plus accessibles.

Maurice Piat a conclu à l'assemblée diocésaine que l'Église mauricienne avait un énorme héritage qu'elle avait bien du mal à transmettre et qu'il était urgent de déterminer de nouveaux modes d'enseignement et de mettre en place la relève.

L'Église est déjà ouverte au dialogue avec les autrement croyants. La connaissance de l'autre peut et doit favoriser le rapprochement et éloigner la méfiance et la peur. Les valeurs communes existent ainsi que nombre de causes où toutes les religions n'auraient aucune peine à se rejoindre. A nous de multiplier les rencontres pour une recherche vraie et sincère et autour de causes porteuses.

Joie de chrétien

L'effort consenti lors de la préparation de la marche pour les vocations a fait comprendre que toutes les vocations sont utiles et nécessaires. Il n'y a pas que les vocations religieuses. Nous devons vivre l'enseignement de notre évêque qui nous demande de vivre notre engagement et de considérer notre participation comme autre chose que des tâches à accomplir et des activités à réaliser. Notre joie de chrétien dans notre engagement doit être la meilleure promotion pour notre mouvement.

Il est un fait que les ouvriers se trouvent chez les groupes de jeunes actifs et dans les familles engagées et pratiquantes. Il s'agit donc d'assurer un catéchuménat actif et dynamique et de s'efforcer de trouver au sein de chaque mouvement du sang neuf chez des chrétiens qui ne sont pas déjà engagés dans dix autres activités paroissiales.

L'Église doit publier un catalogue de ces mouvements et de leurs objectifs pour informer sur ce qui se fait et aussi faire des demandes pour des compétences précises (finances, enseignements, gestion, ..)

Une constatation effrayante est apparue lors de la dernière assemblée diocésaine et c'est le désert de formation et d'activités religieuses entre la confirmation et le mariage. C'est là un formidable défi à relever pour identifier les besoins des jeunes et les formes d'enseignement qui leur conviennent.

Famille et valeurs chrétiennes

Face aux difficultés que connaissent aujourd'hui les relations conjugales et le couple en général, aujourd'hui plus que jamais, la famille, est au cœur des préoccupations de l'Église à Maurice. Représentant la cellule de base de la société, le creuset de la société où sont formés les futurs citoyens, la famille, insiste l'Eglise, doit avant tout demeurer un lieu où les valeurs chrétiennes sont promues ­ où l'on apprend à vivre selon les attitudes du Christ. Ainsi se créeront des liens durables et fidèles. Et pour qu'il y règne une harmonie et le respect mutuel au sein de la famille, cette dernière doit être un lieu où l'on trouve l'amour, le réconfort et écoute. C'est aussi un lieu où l'on apprend à être responsable, où l'on se sent compris et où l'on apprend la discipline, voire les principes de base de la vie. A Maurice, nous avons la chance d'avoir une diversité de mouvements de famille dans le diocèse. Fraternité Cana, Equipes Notre-Dame, Cours de préparation au Mariage, Soirées pour fiancés, Marriage Encounter sont autant de groupes constitués de mauriciens pouvant aider la famille à se construire, à se développer, à s'épanouir. A travers la formation, et l'échange, la réflexion et le partage, les témoignages et aussi les conférences régionales et internationales, ces mouvements donnent un autre dynamisme à la famille mauricienne.

par Gérard Requin et Myrna Lapierre

retour