Un grand moment de formation

p.5foto1 Line

De St-Esprit RCA, La Ferme, Rodrigues, à St-Esprit RCA, Eau Coulée, Maurice, c'est le trajet qu'ont effectué 26 jeunes Rodriguais de Std V. Ils étaient accompagnés d'une conseillère pédagogique, Marie-Thérèse Agathe, d'une enseignante, Arlette Manuel, et de 11 parents.

Tout comme les enfants de l'école N.-D.-de-Lourdes, ceux de l'école St-Esprit RCA étaient aussi à Maurice dans le cadre d'une visite pédagogique. Arrivés par bateau, leur séjour à Maurice s'est étendu du 10 au 28novembre.

Des journées passées à visiter l'île : de ces endroits de divertissement aux monuments historiques, en passant par la découverte de la faune et de la flore locales.

Les enfants de St-Esprit RCA ont eu aussi l'occasion de rencontrer des jeunes Mauriciens. Une première rencontre a eu lieu chez Pierre Simonette, à Floréal, lors d'une fête réunissant des enfants en difficultés. L'autre a été lors d'une rencontre avec des élèves de St-Paul RCA. A chaque fois, les enfants de La Ferme ont fait valoir leurs talents en présentant des chants et des danses.

L'accueil à Maurice a été sans faille, partage la conseillère pédagogique. «Nous avons été chaleureusement accueillis par le personnel enseignant et non-enseignant de l'école St-Esprit RCA, reçu le soutien du ministère de l'Education grâce à l'aide précieuse de M. Bucktowar, l'accueil du BEC et du curé de la paroisse Ste-Hélène ainsi que le soutien de plusieurs municipalités...»

Pour Marie-Thérèse Agathe, ce voyage, au-delà de l'objectif pédagogique, est aussi un grand moment de formation humaine pour ces enfants. «Ils apprennent à vivre ensemble, à faire l'expérience de la vie communautaire. Ils découvrent l'île Maurice de leurs yeux. Ils rencontrent des gens.» Tout ceci aide au développement de l'enfant.

Seule ombre au tableau : «Dommage que faute de moyens, tous les enfants n'ont pas pu faire le déplacement ; environ la moitié de nos élèves sont restés à Rodrigues», fait ressortir Arlette Manuel, enseignante de la Std V.

Un voyage formateur non seulement pour les élèves, mais aussi pour les parents accompagnateurs, poursuit la conseillère pédagogique. «Les parents apprennent comment nous nous débrouillons avec les enfants. Cela les aide à mieux nous comprendre.» Et Arlette Manuel de préciser que ce voyage l'aide aussi en tant qu'enseignante. « Nous non plus n'avons pas toujours eu l'occasion de viseter ces endroits, la formation au MIE étant essentiellement académique.»

Les enfants, eux, sont unamines : ils ont adoré le voyage. Non seulement à cause des visites : Casela et La Vanille Crocodile Park ont été leurs préférées. Mais ont aussi adoré Maurice, avec ses embouteillages.... Et certains, à l'image d'Anndylla, Steffie, Jean-Christophe et Leïna, auraient même souhaité prolonger leur séjour.

Page réalisée par
Martine Théodore-Lajoie


Voyage pédagogique


Des élèves Rodriguais à Maurice

Des cris joyeux d'enfants envahissant la cour de l'école Philippe-Rivalland, Beau-Bassin. Non, ce n'est pas des enfants prenant des leçons particulières, mais des petits Rodriguais qui sont à Maurice dans le cadre d'un voyage pédagogique.

Ecoliers de Notre-Dame-de-Lourdes, Brulé Rodrigues, ils étaient trente-cinq de Std V pour ce séjour pédagogique qui a duré du 9 au 27 novembre. Un déplacement annuel pour les élèves de Std V qui leur permet de découvrir, entre autres, les endroits, les monuments, les lieux de divertissement dont parle, en particulier, leur livre d'histoire et de géographie.

Pour ce séjour, les élèves étaient encadrés de cinq enseignants et de sept parents. Et tout ce petit monde a logé à l'école primaire catholique Philippe-Rivalland. Comme en colonie de vacances.

Tous sont unanimes, que ce soit les enseignants ou les élèves, ce moment à Maurice a été une belle expérience de vie ! Pour s'acquitter des tâches quotidiennes, par exemple, la bande s'était scindée en trois groupes et chacun était responsable, à tour de rôle, de la cuisine, des courses et des dortoirs respectivement.

Et en ce qui concerne les visites, les élèves ont eu l'occasion de se rendre à divers endroits de l'île : le monument des esclaves (Pointe-Canon, Mahébourg), La Nef (Souillac), le Midlands Dam, Le Casela (Cascavelle)...

«Nous avons eu l'aide des municipalités de Beau-Bassin/Rose-Hill, Quatre-Bornes et Vacoas/Phoenix, pour le transport des élèves et l'aide d'autres bienfaiteurs pour que ce voyage puisse se faire dans de bonnes conditions. Le ministère nous a fait avoir des matelas, le BEC l'école où nous logeons», explique Marcel Casimir, enseignant et responsable de la délégation. «Sans toute cette aide, nous n'aurions pas pu réaliser ce projet.»

D'ailleurs, fait-il ressortir, l'intégralité du déplacement a été au frais des pa
rents. ; Et de confier sa crainte pour l'avenir de telles visite pédagogiques : «Si le coût de la vie continue à augmenter, il y aura de moins en moins de parents qui pourront subvenir à ces dépenses».

Pour Emilie Agathe, élève, cette visite à Maurice a été une réelle découverte. «Nous avons vu les choses qu'il y a dans notre livre d'école : le Trou-aux-cerfs, les rangées de montagnes. J'ai bien aimé les animaux au parc La Vanille, raconte-t-elle les yeux brillants. C'est vraiment intéressant de voir ces choses devant soi.»

Opinion que partage Emmanuel Martin, son ami. «J'ai découvert beaucoup de choses. Au jardin des Pamplemousses j'ai vu l'endroit où est enterré Sir Seewoosagur Ramgoolam. Nous avons aussi visité une usine de margarine. J'ai mieux compris le passage des Hollandais à Maurice, en allant à Vieux-Grand-Port. Avec mes amis, j'ai aussi appris à vivre en communauté. J'ai bien aimé le moment où nous étions tous réunis pour le repas.»

Pour Aurélie Perinne, mis à part les visites, elle a aussi vécu le Divali pour la première fois. Ravie de son séjour ici elle songe déjà à y retourner. «Je reviendrai pour faire des études» dit-elle tout sourire. «Je veux être enseignante au primaire.»

retour