Ekoute seki profet Izai finn ekrir (2,1-5)

Izai, garson Amos, finn gann enn vizion, lor Zida ek Zerizalem

Dan letan kip e vini, sa pou arive :

Montagn akot lakaz le-Segner ete,

pou met-li lao tou bann montagn, li pou pli ot ki tou bann ti montagn.

Lerla, tou bann nasion pou vinn kot li,

enn kantite lepep, kip e vini, pou dir :

«Vini, anou monte, akot montagn le-Segner, akot lakaz Bondie Zakob.

Li pou montre-nou so larout, nou pou suiv so sime.

Wi, Laloi sorti dan Sion, Parol le-Segner sorti dan Zerizalem.»

Li pou fer zizman ant bann nasion, li pou fer arbitraz ant bann pep ki an kantite.

Avek zot lepe, bann-la pou fer bann souti planter,

avek zot pik, zot pou fer bann laserp.

Okenn nasion pa pou tir so lepe kont enn lot nasion,

nepli pou fer lantrennman pou lager.

Lakaz Zakob, vini, anou mars dans lalimier le-Segner.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondie»

Psom 122 (121)

® Les mo loue mo Bondie

Ala mo ti kontan, letan dir-mwa :

« Anou al kot lakaz le-Segner ! »

Anfin nou lipie aret marse

Devan to laport, Zerizalem ! ®

Zerizalem, finn konstrir-twa

kouma enn lavil,

Tou, kot twa, fer enn sel, zot asorti.

Lamem ki bann tribi monte,

Bann tribi ki pou le-Segner. ®

Lamem ki Israel bizin dir mersi,

Dir mersi le-Segner.

Lamem ki rann zizman,

Bann tronn dan lakaz David. ®

Dimann lape pou Zerizalem :

Lape lor bann ki kontan-twa !

Lape vinn an-dan kot twa *

Lape vinn dan to pale ! ®

Lakoz mo bann frer, mo bann kamarad,

Les-mo dir « Lape lor toi! »

Lakoz lakaz le-Segner nou Bondie,

Mo fer lapriyer pou to boner ! ®

*Motamo: dan to moray

Ekoute seki sin Pol finn ekrir bann Romin (13,11-14)

Mo bann frer, mo bann ser,

Zot bien kone dan ki lepok nou pe viv.

Ler finn arive, zot bizin sorti dan zot somey.

Liberasion pli pre ar nou asterla, ki dan lepok kot nou finn koumans kroir.

Lanuit finn preske fini. Lizour finn arive.

Anou les bann travay marenoir,

anou abiy-nou avek bann zarm lalimier.

Kouma li normal an plin lizour,

anou azir avek dignite:

pa rod dezord ni move lavi, pa rod boir ni vis,

Pa rod lager no zalouzi.

Abiy-zot avek le-Segner Zezi Krist; pa les laser trakas-zot avek so bann move dezir.

Samem Parol ki le Segner pe dir

Nou dir Granmersi Bondie

Alelouya

Segner, montre-nou to pitie, donn-nou to liberasion.

Vigilance fidèle et prudente

Ce temps de l'Avent nous met en attente de la fête de Noël qui célèbre la venue historique de Jésus Sauveur, mais il nous invite également à quitter les nuits de la tiédeur pour accueillir une venue qui se renouvelle et s'actualise pour nous. «Que vienne le Seigneur !»

Jésus met en garde contre l'insouciance, contre le piège de remettre toujours à plus tard le moment de la conversion.

L'Apocalypse de Jean comparera, elle aussi, le Fils de l'homme au voleur : «Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai te surprendre» (Apocalypse 3, 3), et encore : «Voici que je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille.» (Apocalypse 16, 15)

L'Avent s'ouvre par le rappel de la venue, du retour du Messie Jésus à la fin de l'histoire, ce que Matthieu appelle la Parousie. L'évangéliste insiste surtout sur le thème de l'ignorance de la date de ce retour. Voilà qui impose à chaque croyant une vigilance fidèle et prudente. Il faut savoir se préparer à une longue attente : la venue du Messie est certaine, elle ne peut dispenser quiconque d'une fidélité morale dans ce présent où il lui est encore donné de vivre.

Deux exemples, dont l'un tiré de l'histoire biblique de Noé, dévoilent quelles peuvent être, dans une vie bien ordinaire, les conséquences d'une attitude d'imprévoyance. La tonalité est ensuite celle de l'exhortation : les versets 42 et 44 se redoublent pour une part et s'explicitent. La seule sagesse possible est de veiller, c'est-à-dire d'être toujours prêts afin que la Parousie ne nous prenne pas au dépourvu, même s'il est impossible d'éliminer l'effet de surprise.

Dans un monde qui est à la recherche du sens de la destinée humaine, nous incombe une responsabilité de témoigner d'un sens de l'histoire : l'importance de l'avenir justifie les urgences de notre présent. Celui qui est notre Seigneur est le Fils de l'homme que l'on attend, l'horizon de l'histoire. «Parce que l'auteur de la promesse est véridique, nous trouvons notre joie dans l'espérance ; mais parce que nous ne possédons pas encore, notre désir nous fait gémir. Il nous est bon de persévérer dans le désir jusqu'à ce que vienne le bonheur promis, jusqu'à ce que le gémissement disparaisse et que la louange demeure seule.» (Saint Augustin, "Enseignement sur le psaume 148", 1-2)

Franck Widro


Line
retour