Interpellation théologique du père Véder


Pour une Eglise fidèle à Jésus-Christ

Qu'est-ce que l'Esprit Saint a envie de nous dire lors decette rencontre ? Telle est la question du père Jean-Claude Véder, celui qui a donné une interpellation théologique après avoir entendu quelques remontées lors de l'assemblée diocésaine 2007. Il a cité les trois mots clés du thème: 'Devenir', 'communautés' et 'missionnaires'. Décortiquant chaque mot, il a expliqué que 'Devenir' : cela suppose que l'Eglise, du moins, notre Eglise n'est pas encore missionnaire ou pas suffisamment ; l'expression 'devenir' sous-entend, conversion, cheminement, maturation, etc.

'Communautés' : cela suppose un groupe humain qui partage le même idéal, une même conviction et dans notre cas, une même conviction religieuse. Ce mot dans le contexte mauricien est piégé, parce qu'il évoque le repliement sur soi, le sectarisme, le 'noubanisme'.'Missionnaires': dans missionnaires, il y a mission... cette mission étant réservée à quelques prêtres et religieuses chargés de propager la foi chrétienne là où elle n'est pas encore implantée. Il n'est pas question de cela ici. La «mission» signifie tout simplement «envoi». Nous sommes un peuple d'envoyés, baptisés pour être envoyés, pour raconter à d'autres les merveilles que le Seigneur a faites pour nous. Une bonne nouvelle ne peut être gardée pour soi ; il faut la diffuser.

Cela suppose de notre part, conviction que c'est une bonne nouvelle, qui emplit de joie notre cœur pour l'annoncer ensuite aux autres.

Le prêtre a fait le tour des cinq orientations synodales ­ les 5 piliers de la mission de l'Eglise. Pour chaque pilier, il a fait un appel à une phrase de la Bible pour que l'assistance soit éclairée et se laisse interpellée. D'abord, il a invité tout un chacun à se laisser interpeller par la Parole.

La Parole est destinée à tous les êtres humains et l'annonce de cette parole est l'affaire de tous, et non le privilège de quelques-uns. Il a ensuite évoqué plusieurs défis de l'Eglise :

- L'annonce de cette parole ­ la catéchèse doit commencer d'abord par la famille et non destinée seule aux enfants.

- La célébration des sacrements ­ le grand défi est l'inculturation, pas uniquement de liturgie en kreol, mais l'expression de la foi avec nos expressions propres à nous, en utilisant des symboles et des signes parlant aux hommes de ce temps.

- La solidarité avec les plus pauvres ­ une mission pour les pauvres ne sera jamais une option, dans le sens qu'on pourra la choisir ou pas, mais bien une réelle nécessité. L'Eglise devrait encourager les pauvres à se mettre debout au moyen de l'éducation. C'est le moyen de sortir de la spirale de la misère.

- Ouverture au monde ­ être dans le monde sans appartenir au monde, tel est le défi qui se présente aux chrétiens, un équilibre difficile à garder. Les chrétiens sont levain dans la pâte ; ils sont appelés à transformer le monde dans lequel ils vivent ; ils ne sont pas à part, ni à côté, mais en plein dans le monde. Cependant, ils ne doivent pas renier leur identité ni compromettre leur identité de fils et filles de Dieu.

- Dialogue interreligieux ­ dialoguer n'est pas convertir l'autre. C'est faire un chemin ensemble, se laisser conduire par la Vérité et confiant que cette Vérité est au-dessus de moi et me dépasse.

retour