Assemblée Diocésaine 2007


Transmettre notre foi :

partager l'amour du Christ

La mission ce n'est pas des activités à faire, mais une vie vécue en Jésus-Christ et qui est à partager. Tel est le point fort émis par Mgr Maurice E. Piat lors de l'assemblée diocésaine qui avait pour thème «Devenir des communautés missionnaires». Mgr Piat a ainsi invité tout un chacun à partager autour de lui sa foi et sa joie d'aimer le Christ et de vivre pour Lui. «C'est cette annonce de Jésus-Christ qui nous formera en un seul corps pour devenir des communautés missionnaires.»

C'est devant une salle comble composée de plusieurs prêtres, délégués de paroisses, mouvements, services, congrégations et communautés du diocèse que Mgr Maurice E. Piat s'est adressé le samedi 24 novembre dernier. Après avoir écouté les «fruits», «attentes» et «branches sèches» de chaque groupe, l'évêque a noté que l'Eglise connaît une grande difficulté à transmettre son riche héritage : la soif spirituelle est grande et les attentes sont immenses.

La grande question de Mgr Piat est donc comment transmettre notre foi (1) à la prochaine génération (2) à d'autres ouvriers (3) à d'autres Eglises. Transmettre notre foi, ce n'est pas donné des tâches aux autres. Transmettre notre foi, c'est communiquer, partager notre expérience d'amour du Christ, notre expérience de foi aux autres. «C'est cela qui va nous donner cette fidélité durable dans notre apostolat», a précisé l'évêque.

Apostolat représenté symboliquement par l'arbre de la mission. Emblème fort de l'assemblée diocésaine 2007. Que nous révèle cet arbre de la mission dans notre Eglise ? Dans quelle mesure sommes-nous en lien avec les orientations synodales dix ans après ? Quelles sont les actions à entreprendre pour que nos communautés d'Eglise soient plus missionnaires dans le contexte actuel ? Telles ont été les grandes questions sur lesquelles les représentants d'une vingtaine d'«arbres» présents ont dû travailler en carrefour.

Dans son introduction, l'évêque a beaucoup insisté sur la fidélité durable dans la mission. Fidélité qui a porté ses fruits à travers les trois chemins parcourus depuis le Synode, notamment, la mise en place:

- d'un Service d'Ecoute et de Développement (Seed) dans les paroisses répondant à l'option préférentielle pour les pauvres ;

- d'un Conseil pastoral des Jeunes (CPJ) dans les paroisses ;

- d'une Equipe d'animation pastorale (EAP) engendrant une collaboration prêtres/religieux/laïcs.

S'écouter mutuellement pour entendre l'appel du Seigneur et approfondir ainsi la mission tout en gardant vivant l'esprit du Synode. C'est ainsi que l'évêque a donné son coup d'envoi pour démarrer la journée de l'assemblée diocésaine 2007. Les objectifs de l'assemblée diocésaine, a précisé l'évêque, est d'évaluer le chemin parcouru depuis le Synode, qui nous a donné cinq orientations pour l'Eglise, et

discerner les appels pour continuer le chemin et cela, le plus fidèlement possible.

Notons qu'une évaluation des actions missionnaires a été faite dans tous les mouvements et groupes des diverses paroisses de l'île trois mois avant l'assemblée diocésaine. Chaque mouvement, groupe, paroisse était appelé à observer les petites ou grandes actions qui sont signes de vitalité missionnaire dans chacun des cinq aspects de la mission. Et c'est autour de ces cinq orientations du Synode que les représentants de divers arbres ont tour à tour donné leur exposé par rapport aux fruits récoltés ; aux attentes et à ce qu'ils considèrent étant les branches sèches. Ces cinq orientations étant :

* mission et ouverture au monde

* célébrations des sacrements

* priorité à l'annonce de la Parole

*dialogue interreligieux

* solidarité avec les plus pauvres

Parmi les grandes questions qui fusaient sur ces cinq orientations dans la salle, on pouvait noter:

* Sommes-nous attentifs aux conditions de vie des travailleurs immigrés à Maurice ? Qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Et pour ceux qui sont baptisés, cherchons-nous à les intégrer dans notre vie pastorale de quartier.

* Sommes-nous attentifs globalement à la conséquence de la dégradation de l'environnement et à son impact sur la vie des gens ?

* Sommes-nous conscients de la flambée du prix du pétrole par baril ? Et de son impact sur l'importation (presque toutes nos denrées alimentaires étant importées).

* Sommes-nous levain dans la pâte à l'intérieur comme à l'extérieur de l'Eglise ?

* Y a-t-il une cohérence entre notre foi et notre vie ?

* Arrive-t-on à combattre notre indifférence et notre peur pour prendre place au sein de la société ?

* Quelle est la position de l'Eglise par rapport aux divorcés/remariés ?

* l L'annonce de la Parole passe-t-elle d'abord par des témoignages de vie ?

* Sommes-nous prêts à revoir l'approche envers les pauvres?

- Comment l'Eglise peut-elle interpeller la justice ?

* La difficulté du dialogue interreligieux.

A la fin de la journée, les rapporteurs de chaque groupe sont venus présenter le travail fait par leur carrefour. Le mot de conclusion : «Servir avec son cœur».

Sandra Potié

retour aller