Ekoute seki Profet Malaki finn ekrir (3, 19-20a)

Gete : Zour pe vini, li brile kouma enn four.

Bann arogan ek bann malfeter, zot pou kouma lapay.

Zour ki pe arive, li pou bril-zot, ­ samem ki le-Segner liniver pe dir ­

pa pou les okenn rasinn, okenn brans.

Me bann ki respekte mo Non, pou zot, soley lazistis pou briye,

dan so bann reyon, li aport gerizon.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 98/97

® Les mo loue mo Bondye !

Zwe pou le-Segner lor lagitar (la-arp), avek bann son toutsort linstriman.

Ek son bann tronpet, ek bigoul, Aklam lerwa, le-Segner. ®

Lamer, ek seki dan lamer, pe fer tapaz,Lemond, ek tou so dimoun.

Tou bann larivyer, bat lame ; Bann montagn, kriy ek lazwa ! ®

Aklam le-Segner ki pe vini, Li pe vinn rann zizman lor later,

Li pou ziz lemond avek lazistis, Tou bann nasyon, dapre seki drwat. ®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir dan so dezyem let

pou bann abitan lavil Tesalonik (3, 7-12)

Mo bann frer, mo bann ser,

Zot byen kone seki bizin pou fer kouma nou.

Nou pa'nn fer pares letan nou ti kot zot,

dipin ki nou'n manze, nou pa'nn demann-sa personn ;

lanwit, lizour, nou ti pe travay, dan zefor, dan fatig,

pouki okenn parmi zot pa bizin pey nou depans.

Pourtan, nou ti gagn drwa ; me nou ti oule montre-zot enn model, pou fer parey.

Letan nou ti pre kot zot, nou ti donn-zot enn regleman :

Kikenn pa oule travay ? Parey, li pa bizin manze.

Me ki nou pe tann dir ?

Ena, parmi zot, pe viv dan pares, zot pa travay, zot met zot nene partou.

Sa bann-la, nou invit-zot, nou demann-zot,

dan le-Segner Zezi Krist, travay trankil, manz dipin ki zot finn merite*.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

* Motamo : «manz zot prop dipin»

Alelouya

Redres zot lekor, lev latet, zot liberasyon pe koste.

N'ayez pas peur !

Jésus est dans le Temple de Jérusalem à la veille de sa passion. Des gens lui posent une question sur la date et les signes avant-coureurs de la destruction du Temple et de Jérusalem. Jésus s'adresse alors à ses disciples et leur enseigne longuement en leur parlant de la destruction de Jérusalem et de la fin du monde. Nous lisons ce dimanche le début de cet enseignement.

Le langage dans lequel Jésus s'exprime est difficile à comprendre pour nous aujourd'hui. Il s'agit d'un langage en images qui ne décrit pas, mais évoque - et qui est à décrypter. Au temps des premiers chrétiens, c'était un langage dont ils étaient familiers. Et n'oublions pas que celui qui parle ainsi est à la veille du jour où il va donner sa vie pour le salut du monde entier. Il ne peut donc pas proférer des menaces.

En réalité, Jésus invite ses disciples à des attitudes. Les disciples ont à vivre bien présents à leur monde, où les bouleversements, les guerres, les persécutions, le mépris, les soupçons... venant même de parents ne manquent pas. Saint Paul, dans la deuxième lecture, le rappelle vigoureusement. La prière, les dévotions, l'attente de la venue du Christ ne doivent pas être une fuite de ce monde difficile.

Première attitude : «Ne vous laissez pas égarer par ceux qui vous diront : "C'est moi" ou "C'est maintenant la fin... " ou "C'est pour demain..."». «Ne marchez pas derrière eux.» Le chrétien est appelé à marcher «derrière Jésus», qui va affronter la violence du monde avec la seule force de l'amour et de sa confiance en son Père. Qui écoutons-nous le plus facilement face aux bouleversements du monde ?

Deuxième attitude, liée à la première : «N'ayez pas peur!» «Ce sera pour vous l'occasion de rendre témoignage», de même que la Passion et la mort de Jésus fut pour lui l'occasion de témoigner de l'amour de Dieu pour tous les hommes. Le deuxième tome de l'œuvre de saint Luc - les Actes des Apôtres - nous montrera comment rendre témoignage en ce monde.

Une double promesse :

- l'assurance de la présence de Jésus ressuscité; une présence active qui nous inspirera une sagesse, un art de nous conduire en témoins dans ce monde. Nous laissons-nous enseigner par le Christ cet art de la présence du chrétien au monde ?

- l'assurance que «pas un cheveu de notre tête ne sera perdu», de même que Jésus n'a pas été perdu dans sa passion et sa mort, mais que Dieu lui a donné la victoire en le ressuscitant.

Enfin, une invitation promesse : «Par votre persévérance, vous obtiendrez la vie», de même que par sa persévérance, Jésus a obtenu la vie en plénitude.

Finalement, il s'agit de se faire présent à notre monde avec le Christ, «le Témoin fidèle» (Ap 1,5). Lui aussi travaille pour mener le monde à la plénitude de la vie et de la fraternité.

André Hebditch s.j.


Line
retour