p.11foto1 Line

Il ne fallait
pas changer le nom

A propos du nouveau nom de l'aéroport


Les réactions continuent ....

Un mauvais cadeau pour les

cinq ans de l'autonomie

Sir Gaëtan Duval est involontairement responsable de bien de remous chez nous, dix ans après sa mort. Adulé jusqu'à la vénération en 1967 quand son parti obtint 97% de suffrages. Aux élections de 1976, il obtint 56%. Il est battu personnellement en 1982 en recueillant 37% de voix.

A la lumière de ces chiffres on doit se rendre à l'évidence que l'homme a connu des hauts et des bas à Rodrigues. En 1967, notre peuple avait mis son espoir en lui pour, enfin, voir la lumière au bout du tunnel. Mais la déception fut grande pour plusieurs raisons :

* Il ne défendit pas ceux qu'il avait exhortés à empêcher le lever du drapeau mauricien chez nous et qui furent mis en prison.

*Une fois au gouvernement, il voulut faire passer une loi afin de déporter de Maurice les débardeurs Rodriguais qui étaient les principaux piquets de grève dans le port dans les années 70.

* Le peuple se rendit compte qu'il avait été embobiné et berné par lui au sujet des soi-disant méfaits de l'indépendance.

Il faut reconnaitre aussi que son parti était au gouvernement au moment de la concrétisation de certains projets tels que :

* L'électrification de l'ile à partir de 1972.

* La desserte aérienne toujours en 1972

* L'accostage des navires après des gros travaux de dragage et de remblayage.

Sir Gaétan Duval a donc laissé chez nous des souvenirs contradictoires. D'où la désapprobation des uns et l'acceptation des autres au fait de donner son nom a l'aéroport de Rodrigues.

Il était à prévoir que ce nouveau nom allait soulever un tôlé et diviser davantage le peuple. Tout ceci au profit des politiciens !

Il est question aujourd'hui d'améliorer les infrastructures en rallongeant la piste. Pour atteindre ce but, était-il impératif de changer le nom de notre aéroport ? What's in a name ?

Après tout Gaëtan Duval est bien servi à Maurice. Il a son effigie sur les billets de Rs1 000, un stade et l'école hôtelière portent son nom.

L'ancien leader du PMSD avait la faculté de plaire, d'être adulé, voire vénéré. Mais aussi d'être haï, détesté; puis, par un simple geste d'être adulé à nouveau et haï pour de bon. Ce n'est pas Serge Clair, un de ses plus violents détracteurs qui dirait le contraire. Dans une lettre adressée récemment au Premier ministre, le leader de l'OPR fait état des mauvais traitements, de l'humiliation et de la domination subis par lui et ses partisans entre 1976 et 1982.

On aimerait alors savoir de Serge Clair pourquoi il avait demandé à ses partisans d'ovationner Gaetan Duval à Malabar en 1987, entonnant « Vive Sir Gaëtan Duval » ? Nous allons nous permettre de répondre à sa place en reprenant une de ses phrases à cette époque : « Hier soir meme mo ti dans ene cocktail et Gaetan fine mette la main lors mo zepaul et li fine dire moi : 'A nou blier nou kerel, a nou travay ensam pou sa peuple la'

Pour revenir à la nouvelle appellation de l'aéroport, nous pensons qu'il était bien préférable de ne pas changer son nom. Ceci dans l'unique but de favoriser l'entente entre les partisans des partis politiques. Le peuple n'a jamais été autant divisé, et cette division ne profite qu'aux politiciens, auxquels nous faisons un vibrant appel pour qu'on nous laisse en paix et vivre en harmonie comme lé temps longtemps.

Sir Ben


L'homme rodriguais a, pendant des années, lutté pour ses droits. Ecrasé et méprisé au fil de l'histoire, il semblait que l'autonomie allait rendre grâce au peuple rodriguais. On reconnaît l'autonomie comme étant un système de décentralisation politique, mais aussi comme celui qui valorise l'homme rodriguais et sa culture. Bref, un système qui met le Rodriguais au centre du développement de son île, en reconnaissant son intelligence et sa capacité à participer au développement de celle-ci et dans la prise de décision.

Tout récemment, le gouvernement central a pris la décision de rebaptiser l'aéroport de Plaine-Corail, Rodrigues, du nom de Sir Gaëtan Duval. Si c'est un cadeau d'anniversaire pour les cinq ans de l'autonomie de Rodrigues, on aurait pu s'en passer, car c'est surtout le symbole d'un retour vers le colonialisme.

Cette décision vient remettre en question ce que le peuple rodriguais a pris des années à construire et à faire comprendre aux Mauriciens. Elle vient remettre en question l'autonomie rodriguaise et le respect du gouvernement central pour le peuple rodriguais. Pire, elle vient ouvrir de vieilles blessures. Cela va sans dire que nous sommes choqués et offensés du fait, qu'une fois de plus, Maurice a fait outrage au peuple de Rodrigues. Nous nous sentons humiliés, blessés et révoltés : on ne nous a pas consultés avant de prendre cette décision !

Une bonne partie du peuple de Rodrigues garde un mauvais souvenir de Sir Gaëtan Duval. L'homme est loin d'être un modèle. Il y a tant de Rodriguais qui ont œuvré pour Rodrigues et qui, à juste titre, ont de plus grands mérites que Sir Gaëtan Duval.

Cette décision représente seulement une imposition faite dans le mépris et dans la méconnaissance de la spécificité de Rodrigues. C'est donc un retour dans le passé, un retour à l'époque coloniale qui représente ni plus ni moins qu'une violation des droits des peuples autonomes.

Ceci nous amène à nous poser des questions quant à l'a priori du gouvernement central concernant Rodrigues. Est-ce que le Rodriguais existe? Est-ce que Rodrigues existe ? Est-ce que le Rodriguais est un citoyen au même titre que le Mauricien, ou est-ce que le Rodriguais est un citoyen de deuxième catégorie ? Qu'est-ce que Gaëtan Duval a fait pour Rodrigues ?

L'histoire retiendra que Gaëtan Duval n'a toujours eu que du mépris pour les Rodriguais et la culture rodriguaise. L'homme n'a rien fait pour les Rodriguais si ce n'est qu'il les a dénigrés. Le fait de donner à l'aéroport de Rodrigues le nom de Gaëtan Duval représente une souillure pour l'Assemblée régionale et le peuple rodriguais.

Il y a beaucoup de Rodriguais qui méritent que l'aéroport porte leurs noms. On pense à France Félicité, Zita Jean-Louis, Antoinette Prudence et beaucoup de nos aînés qui ont grandement contribué au développement socio-économique de l'île et qui, aujourd'hui, méritent la reconnaissance du gouvernement mauricien.. On ne peut oublier M. Fatemamode qui est l'instigateur du premier vol sur Rodrigues.

Nous n'acceptons pas cette décision imposée du gouvernement. Nous croyons que la démocratie n'est pas un vain mot, nous croyons en nos droits et nos libertés fondamentaux. Nous sommes fiers de ce que nous sommes, nous sommes fiers d'être Rodriguais et nous aimons notre culture. Nous croyons dans la République mauricienne.

A cause de tout cela, nous ne voulons pas le nom de Gaëtan Duval sur nos institutions publiques car c'est le nom du mépris et celui de la honte.

retour aller