p.5foto1

Divali


Chrétiens et Hindous pour «l'harmonie dans la société et la paix dans le monde»

A l'occasion de la fête hindoue de Divali, le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, et Mgr Pier Luigi Celata, secrétaire, adressent aux Hindous du monde un message, intitulé «Chrétiens et Hindous: résolus à parcourir le chemin du dialogue», où il les invite à travailler avec les catholiques à «promouvoir l'harmonie dans la société et la paix dans le monde».

Cette année, de par le monde, les Hindous célébreront cette fête le 9 novembre. Le dicastère rappelle que la fête de Divali est célébrée par tous les Hindous et qu'elle est connue également sous le nom de «Deepavali», c'est-à-dire «fil de lampe à huile». Symboliquement, cette fête s'appuie sur une mythologie très ancienne, et elle représente la «victoire de la vérité sur le mensonge, de la lumière sur les ténèbres, de la vie sur la mort, du bien sur le mal».

La célébration proprement dite dure trois jours et marque le commencement d'une nouvelle année, mais c'est aussi un temps de «réconciliation en famille», spécialement entre frères et sœurs, et «d'adoration de Dieu», rappellent les deux prélats.

«Chers amis hindous, écrit le cardinal Tauran, la main que je vous tends aujourd'hui chaleureusement pour me congratuler avec vous à l'occasion de votre fête, se veut aussi un geste de bonne volonté de la part de l'Église catholique pour vous rencontrer et collaborer avec vos familles, avec les responsables de vos communautés et ceux qui suivent le Sanatana Dharma, afin de promouvoir l'harmonie dans la société et la paix dans le monde. Une fois encore, je souhaite à chacun d'entre vous un joyeux Diwali».

Dialogue

Soulignant le titre de ce message, le cardinal Tauran exhorte au dialogue en disant : «Ce n'est qu'à travers notre dialogue, loin de toute forme de préjugé et d'idées stéréotypées sur les autres, et en témoignant fidèlement de nos préceptes et de nos enseignements religieux, que nous pourrons surmonter les conflits. Le dialogue entre

ceux qui suivent différentes religions est aujourd'hui un impératif, bien plus, il est le seul chemin parcourable pour nous croyants. Ensemble et en collaboration, nous pouvons faire beaucoup pour construire une société harmonieuse et la paix du monde

«Il est urgent, fait observer le cardinal Tauran, que nos communautés respectives prennent soin de la formation des croyants qu'une propagande déloyale et mensongère peut si facilement induire en erreur

Soulignant l'importance de la liberté religieuse, le cardinal Tauran cite les paroles de Benoît XVI, aux ambassadeurs de l'Inde et d'autres pays accrédités près le Saint-Siège: «De même, la paix s'enracine dans le respect de la liberté religieuse, qui est un aspect fondamental et primordial de la liberté de conscience des personnes et de la liberté des peuples.» (18 mai 2006).

Soulignant le devoir de formation des fidèles dans chaque religion, le cardinal Tauran ajoute : «N'oublions pas que l'ignorance est le premier, voire, le principal ennemi de la vie des croyants, alors que la contribution conjointe de chaque croyant éclairé est une grande ressource pour une paix durable

«Ecoute patiente»

Pour construire des relations entre les peuples, le cardinal Tauran souligne l'importance de «rencontres régulières», d'une «écoute patiente», d'une «collaboration active» et d'une «attitude de respect mutuel».

Il encourage les «liens d'amitié» entre «les adhérents de toutes les religions», citant Jean-Paul II : «L'amitié se nourrit de contacts, du partage des sentiments dans les situations heureuses et tristes, de solidarité, d'aide réciproque.» (Message du pape Jean-Paul II aux participants au Congrès international Matteo Ricci: pour un dialogue entre la Chine et l'Occident. (24 octobre 2001, N° 6).

retour