Visite pastorale à Fond-La-Bonté


«Avoir une attention spéciale pour les jeunes et les hommes»

Mgr Alain Harel poursuit ses visites pastorales dans la paroisse de Port-Mathurin. Une visite consacrée spécialement aux familles et aux malades et à une rencontre avec les forces vives et les mouvements. Les mardi 23 et mercredi 24 octobre, c'est le petit village de Fond-La-Bonté qui l'accueillait.

Fond-La-Bonté est un petit village coincé dans la vallée, entre Jardin-Mamzelle, Pavé-La-Bonté et Mont-Tonnerre. Le village a pour seul accès le chemin venant de Baie-aux-Huîtres. Ce petit coin forme une vallée fertile où coule une
rivière. Les habitants sont, pour la plupart, agriculteurs et fermiers. Fond-La-Bonté regroupe 90 familles et compte 300 âmes.

Pendant sa visite, l'évêque a également rencontré les forces vives du village dans la soirée de mardi dans le nouveau centre communautaire ­ une visite très symbo-lique, car accompagnée de grosses averses bénéfiques à l'agriculture. Les différents groupes, mouvements et services se sont tour à tour présentés. Les villageois sont regroupés dans une dizaine de groupes, des mouvements d'action catholique spécialisée aux Secours mutuels et groupes de prières.

Dans son intervention, l'évêque a mis l'accent sur la capacité des gens à se regrouper. Une attention spéciale doit être accordée aux jeunes et aux hommes, selon lui, afin d'avoir un espace pour se regrouper pour des réflexions et des partages. «Cet espace favorisera des échanges entre adultes et jeunes. Les réflexions permettront de toucher toutes les composantes du village

Line

Préservons Trou-d'Argent

Nous avons eu la joie d'apprendre il y a quelques semaines que Trou-d'Argent a été classée parmi les 30 plus belles plages du monde. C'est un grand plus pour Rodrigues, qui veut se faire connaître comme destination touristique.

Nous avons appris également que la Beach Authority, de concert avec l'Assemblée régionale, va financer des travaux d'aménagement pour faciliter l'accès à Trou-d'Argent à partir de Saint-François. Des travaux comprenant une route d'accès, un parking et des toilettes, entre autres. A première vue, ce sont des aménagements lourds qui risquent de gâcher ce site très apprécié des touristes pour son côté naturel et sauvage. Les travaux sont estimés à plus de Rs 4 M.

Est-ce essentiel de mettre autant d'argent dans ce lieu qui ne nécessite que des aménagements légers, avec des matériaux naturels pour garder le cachet authentique du lieu ? Certains touristes pensent que les travaux d'infrastructure faits à Saint-François sont trop lourds. Il y a beaucoup trop de béton. Est-ce cela que l'on a prévu à Trou-d'Argent ?

Le Comité de randonnées pédestres a signé un accord de coopération avec l'Assemblée régionale afin que Rodrigues puisse bénéficier de l'expertise technique réunionnaise en matière d'aménagement et d'animation de sentiers de randonnées. Un des sentiers prioritaires au programme est justement celui reliant Graviers à Saint-François, en passant par Trou-d'Argent. Pour la première phase des travaux, les autorités ont-elles consulté le comité de La Réunion pour une expertise technique ? Les professionnels du tourisme, plus spécialement le groupe ROD VENTURE, qui se spécialise dans la randonnée, ont-ils été consultés?

Il ne s'agit nullement ici de mettre en cause la bonne volonté des autorités à faire avancer les choses. Mais il s'agit d'avancer dans la bonne direction. Vouloir aller trop vite sans prendre le temps de consulter les partenaires locaux et étrangers risque de faire plus de mal que de bien.

Pour bien préserver Trou-d'Argent, les véhicules ne devraient pas y avoir accès. L'actuelle route piétonne a seulement besoin d'être aménagée avec des matériaux naturels et locaux à certains endroits dangereux. Pourquoi aménager des toilettes sur ce site alors que tout le monde connaît le manque d'entretien des toilettes publiques dans notre pays ?

Au nom de la préservation de notre environnement et de l'une des plus belles attractions touristiques de notre île, osons espérer que les autorités auront la sagesse de revoir ce projet afin de ne pas commettre l'irréparable. Il y a déjà beaucoup de béton dans l'ile : pourquoi en rajouter quand ce n'est pas nécessaire ?

Benoit Jolicoeur


retour