p.11foto1 Line

4e âge


Marie-Omnèse Cupidon,
4e centenaire de l'île

Le jeudi 25 octobre dernier, c'était la fête à Grande-Montagne : Marie-Omnèse Cupidon célébrait son centième anniversaire entourée de deux des trois autres centenaires de Rodrigues, Neliane Bernard et Olivia Bégué ; des habitants du village et de diverses personnalités de l'île. La doyenne du village de Grande-Montagne a trois enfants, dix petits-enfants et quatorze arrière-petits-enfants.

Selon sa fille Cila Cupidon, sa mère «est une femme polie et sage. Malgré les difficultés de la vie, elle a tout fait pour faire vivre sa famille». Pour Stephen Azie, du comité de village, «notre centenaire nous lègue un digne héritage. Elle a façonné l'histoire de Rodrigues en travaillant la terre et en élevant les animaux».

Pour la commissaire de la Femme, Maire-Thérèse Clair, c'est «un privilège de célébrer cet événement». Pour elle, la longévité de la centenaire est due à une alimentation saine et à sa foi en Dieu. Elle a invité les jeunes à prendre la centenaire en exemple «en préservant le digne héritage qu'elle laisse».

Lors de la célébration de la Parole, Mgr Alain Harel, évêque de Rodrigues, a dit qu'Omnèse est un trésor pour sa famille, le village et le pays. «Dieu l'a façonnée à son image.» L'évêque de Rodrigues a rendu grâce à Dieu pour tout ce que la centenaire a été pour Rodrigues.

Jean-Gérard Gaspard


28 octobre


Messe de la Poste

Dans le cadre de la Journée mondiale de la poste, célébrée le 9 octobre dernier, le personnel de la branche rodriguaise de Mauritius Post (MP) a, pour la première fois, marqué cette date par une messe d'action de grâce à la cathédrale St-Gabriel le dimanche 28 dernier. Dans son mot d'accueil, le Senior Postal Executive, Maurice Perrine, a affirmé que c'est avec joie que son personnel et leur famille célébraient cette Journée.

Pour Maurice Perrine, la Journée mondiale de la poste sera dorénavant célébrée chaque année à Rodrigues. La rodriguanisation des Services postaux, a-t-il ajouté, a été complétée à 100% au début de cette année. «Avec plus de 1 200 employés à Maurice et quelques millions dans le monde, c'est cette chaîne humaine qui fait la force de ce service essentiel pour le progrès de l'humanité. Notre travail est très exigeant mais nous sommes conscients qu'il nous faut donner le meilleur de nous-mêmes

Dans son homélie, Mgr Alain Harel, évêque de Rodrigues, a parlé d'un Dieu qui entend le cri des hommes. «En ce jour où nous célébrons aussi la langue créole, Dieu nous comprend, nous écoute dans cette même langue créole et dans notre culture.» Il a parlé du rôle de la poste dans la transmission de nouvelles.

Au cours de l'offertoire, outre le pain et le vin, les postiers ont apporté quelques outils de travail. Le service postal à Rodrigues est composé d'un Senior Postal Executive (Maurice Perrine) ; d'une Postal Executive (Elinda Milazar), de dix officiels et de trente-neuf facteurs. La branche rodriguaise de MP possède cinq bureaux dans l'île. Son quartier-général est situé à Port-Mathurin et les autres bureaux de poste sont à Grande-Montagne, Rivière-Coco, La Ferme et Malabar.

Jean-Gérard Gaspard


Line

Publication


Sir Ben raconte Rodrigues

Ce samedi 27 octobre, c'était la fête à la Résidence, à Port-Mathurin. Les autorités de l'ile ainsi que les amis de Ben Gontran étaient réunis pour le lancement du livre Sir Ben raconte Rodrigues. Un premier tome, qui raconte son histoire et une tranche de l'histoire de Rodrigues avant les années soixante-dix, vient de sortir.

Cette cérémonie de lancement était l'occasion pour le Chef commissaire et le commissaire à l'Education et à la Culture de parler de la volonté du gouvernement régional de valoriser la culture et l'histoire de Rodrigues. Selon Jean-Marie F. Richard cheville ouvrière du projet, «'Sir' Ben nous propose un long et beau parcours au cœur de l'histoire contemporaine de Rodrigues. Un parcours qui porte la perspective de son vécu. Un voyage témoin de ses différentes rencontres, agrémenté de ses anecdotes croustillantes, par ses personnages animés par la simplicité de l'authentique, couronné d'une dimension et d'une portée à la mesure de son témoin narrateur».

Cette publication est considérée comme un rempart contre l'oubli dans un monde en pleine ébullition, où il y a une tendance à négliger ses racines. Or c'est en s'appuyant sur ses racines qu'un peuple se construit et s'ouvre aux autres avec fierté.

Benoit Jolicœur


retour aller