p.5foto1

Sœur Maud Adam (fmm) :

«S'ouvrir aux besoins du monde»

Ce dimanche 4 novembre, la Journée mondiale des missions sera célébrée à Sainte-Claire, Goodlands, par les jeunes de la région Nord. Pourquoi l'Eglise s'est-elle donné une telle journée. Réponses avec Sr Maud Adam, de la communauté Franciscaines missionnaires de Marie (fmm).

Pourquoi célébrer la Journée mondiale des missions ?

Célébrer la Journée mondiale des missions, c'est célébrer l'Eglise elle-même, car, par nature, elle est missionnaire. Elle est appelée à être messagère de la Bonne Nouvelle du Salut d'un bout du monde à l'autre «Comme il est beau de voir courir sur les montagnes le messager qui annonce la paix, le messager de la bonne nouvelle qui annonce le salut, celui qui vient dire à la cité sainte : Il est roi, ton Dieu... d'un bout à l'autre de la terre, elles verront le salut de notre Dieu.» (Isaïe 52, 7-10). Une Eglise fermée sur elle-même est appelée à mourir, car elle a perdu sa raison d'être.

Cette journée trouve sa source en Dieu lui-même : par amour pour l'humanité, Il a envoyé son Fils chez nous pour que le monde soit sauvés. «En ceci s'est manifesté l'amour de Dieu pour nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivons par lui», nous dit St Jean Ce Fils unique Jésus-Christ, dès qu'il a commencé sa mission s'est reconnu dans le texte d'Isaïe comme l'envoyé du Père. «L'Esprit du Seigneur est sur moi parce qu'il m'a conféré l'onction pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres. Il m'a envoyé proclamer aux captifs la libération et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer les opprimés en liberté, proclamer une année d'accueil par le Seigneur.» Il roula le livre, le rendit au servant et leur dit : «Aujourd'hui, cette écriture est accomplie

Jésus à son tour confie ce mandat missionnaire à ses apôtres. «Allez, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit.. Je suis avec vous jusqu'à la fin du monde.» Mission que les disciples ont accomplie : «Si j'annonce l'Evangile, je n'ai pas à m'en vanter, c'est une nécessité qui s'impose à moi. Malheur à moi si je n'annonçais pas l'Evangile», proclame St Paul, l'Apôtre des païens, aux Corinthiens (9, v 16). La mission consiste donc à proclamer à temps et à contretemps l'Évangile du Christ, envoyé du Père

devenu Parole pour le monde. Cette Parole doit être annoncée jusqu'aux extrémités de la terre. La Semaine missionnaire mondiale invite chacun d'entre nous à reprendre conscience de cette réalité. Ce temps est, pour chaque baptisé, l'occasion d'un engagement renouvelé, de prières et de partage pour le soutien de la Mission de l'Eglise dans le monde.

Comment la participation des jeunes à cette journée peut-elle aider à susciter l'élan missionnaire chez eux ?

La participation des jeunes à cette journée pourrait les aider à comprendre qu'ils sont protagonistes et coresponsables de la mission de l'Eglise. Tout ce qu'ils ont reçu, ce sont des dons de la grâce de Dieu pour le service des frères et sœurs. Ils auront aussi l'occasion de s'ouvrir aux besoins du monde. Bien souvent, nous ne donnons pas assez le goût aux jeunes de se mettre au service des autres au nom de l'Evangile, nous demeurons sur le plan social.

Comment la Journée mondiale des missions peut-elle aider la communauté chrétienne dans sa lutte pour faire avancer la solidarité, la justice sociale et combattre les fléaux qui rongent la société ?

Chaque communauté chrétienne est invitée à faire connaitre Dieu, qui est amour. L'Evangile est appelé à passer dans la vie. Jésus est venu pour «proclamer aux captifs la libération et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer les opprimés en liberté». Nous aussi, c'est notre devoir de faire tout ce qui est possible de collaborer à rendre le monde plus humain et fraternel en luttant pour rendre le monde plus juste La gloire de Dieu n'est-elle pas l'homme debout ?

Etre missionnaire c'est quitter sa famille, son pays. Nos jeunes ont-ils cet élan missionnaire ?

Certains jeunes ont cet élan missionnaire. J'ai souvent l'occasion de les voir à l'œuvre, se donnant à fond pour une cause. J'ai l'impression que c'est peut-être l'engagement pour la vie qui fait peur. «La moisson est abondante, les ouvriers sont peu nombreux», dit Jésus. Prions le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson.

retour