Retired Police Officers Association


Resserrer les liens entre

les anciens de la force policière

p.11foto1

Que deviennent les policiers après leur retraite? Si certains préfèrent se la couler douce en menant une existence paisible, d'autres ont choisi de se regrouper dans une association pour garder les liens d'amitié et favoriser leur «intégration» dans la société civile. C'est ainsi qu'a été créée la Retired Police Officers Association il y a une vingtaine d'années.

Réunir les anciens de la force policière : tel a été l'un des buts de cette association créée vers la fin des années 80. En son sein, des anciens policiers ayant occupé différentes fonctions et grades, de l'assistant commissaire de police au simple constable. Aujourd'hui ils se retrouvent sur le même pied et c'est le respect mutuel qui prime. Leur «quartier général» se trouve dans la cour du poste de police de Quatre-Bornes et les membres viennent des quatre coins de l'île. L'association compte une cinquantaine de membres actifs à ce jour.

Dass Runganaikaloo, l'actuel président de l'association, explique qu'après «30 ou 40 ans au sein de la force policière, on devient ostracisé de la communauté et on se voit mal en dehors. Grâce à l'association, on a l'impression d'avoir encore un pied au sein de la force policière. L'association et les membres de notre famille agissent comme trait-d'union. On se retrouve avec nos épouses, qui nous épaulent encore comme c'était le cas quand nous étions encore en service».

Aile féminine

La Retired Police Officers Association, bien que regroupant jusqu'à présent que des éléments masculins de la force policière, compte, en effet, une aile féminine qui a été créée en 2002. Elle est constituée d'épouses de membres de l'association qui participent à leurs activités et elle organise aussi des activités de son côté.

Rosemay Boncœur est l'actuelle présidente de l'aile féminine de l'association. Elle explique que c'est un grand moment de retrouvailles pour elles chaque mois. «Pendant toute la carrière de nos époux, nous étions, pour certains, des voisines, mais nous n'avions pas vraiment le temps de nous connaître. Aujourd'hui, nous avons l'occasion de partager nos joies et nos peines.» L'aile féminine a été créée en janvier 2002. Elle compte une quarantaine de membres. Outre se retrouver chaque mois, les membres participent à des activités sociales là où elles peuvent. L'aile féminine compte en son sein de nombreuses bonnes chanteuses.

Plusieurs activités

Hormis de ne regrouper que d'anciens policiers qui viennent de diverses régions de Maurice et de toutes les communautés, la Retired Police Officers Association n'est pas différente des autres associations/clubs de troisième âge. C'est d'abord avec beaucoup de plaisir que les membres se retrouvent chaque mois. C'est aussi dans la joie et la bonne humeur qu'ils participent ensemble aux activités : sortie à la mer, dans la nature et visite dans les hôtels. Une grande soirée dansante a lieu à la fin de chaque année et réunit aussi les membres de la famille des adhérents de l'association. «Nous invitons aussi quelques membres actifs de la police ainsi que ceux qui ont des affinités avec l'association ou qui nous ont rendu service», explique l'ancien assistant commissaire de police. L'association compte une vingtaine de membres honoraires qui participent à leurs activités régulièrement.

Luc Triton, un des fondateurs de l'association avec Gill Appadu et Ernest Broncœur, entre autres, est toujours membre de l'association. Après avoir servi comme président pendant 13 ans, il a cédé sa place tout en demeurant toujours actif. Il se rappelle des premières années où les membres se réunissaient dans un local aux Casernes centrales, à Port-Louis, dans le mess des sous-officiers. Il explique que depuis que la force policière existe (1870), la Retired Police Officers Association est la première association à regrouper les retraités de la police afin qu'ils puissent se rencontrer.

Si autrefois l'association recevait beaucoup de soutien de la force policière, tel n'est plus le cas - ce qui fait que l'organisation de certaines activités, avec le coût de la vie qui a augmenté, demande une contribution financière plus importante des membres. Qu'à cela ne tienne, avec la contribution des membres et le soutien de leurs épouses, ils arrivent à s'en sortir. Mais ils cherchent toujours des sponsors pour les aider afin d'amortir leurs frais.

Actuellement, les membres se préparent pour leur dernière sortie cette année, prévue pour le 24 novembre. Destination : Le Morne.

Jean-Marie St-Cyr

retour