p.11foto1

Messe du tourisme, La Citadelle


L'hospitalité de la femme : bénéfique pour le tourisme

Unis dans un même souffle, ils étaient nombreux les employés de l'industrie touristique des quatre coins de l'île, avec les femmes en grand nombre, à être présents la Citadelle dans l'après-midi du mercredi 17 octobre. Leur but : déposer à Dieu leurs travaux en forme d'offrandes. C'était au cours de la messe du Tourisme, présidée cette année par le père Gérard Sullivan, vicaire-général, et concélébrée par les pères Philippe Goupille et Pierre Piat. Célébration s'insérant dans le sillage de la Journée mondiale du tourisme, célébrée le 27 septembre dernier.

«Le tourisme, une porte ouverte pour les femmes.» Tel est le thème rassembleur de cette année. Thème qui invite tous à réfléchir comment aller plus loin et comment offrir aux femmes de meilleures opportunités, a précisé Dominique Carpooran, de Summertimes, qui présidait la Commission diocésaine du tourisme (CDT), dans son mot d'accueil. La Citadelle, a-t-il ajouté, nous permet de prendre des distances par rapport à notre travail pour partager ensemble un moment fraternel, reprenant ainsi des forces.

Dans son mot d'introduction, le père Philippe Goupille a fait ressortir que le sujet rappelle l'importance de la femme dans le monde du tourisme. «De par ses qualités d'accueil, de créativité, de par son intuition, la femme ­ 'lumière de la maison' ­ apporte beaucoup dans le tourisme à l'île Maurice.» Mais, précise-t-il, les difficultés sont présentes. Le défi quotidien de chaque femme étant de partager son temps entre son travail et ses devoirs d'épouse et de mère.

Demander au Seigneur l'appui de son amour

Ce n'est que grâce au Seigneur que nous pouvons relever ces problèmes du monde du tourisme, tout aussi bien que celui de la pauvreté, a poursuivi le père Sullivan, en cette Journée mondiale du refus de la misère. Il a invité toute l'assistance à demander au Seigneur l'appui de son amour et de sa miséricorde. Ce lieu de rencontre, évoquant autrefois la terreur et la noirceur, a été converti en un lieu de rencontre il y a déjà 30 ans, se souvient-il, grâce au spectacle musical : Un homme parmi les autres, spectacle qu'il a lui-même réalisé et ayant joué l'acteur principal.

Après la première lecture du livre de Ben Sirac le sage (Sir 26, 1 ­ 4,13 ­ 16), qui qualifie la femme de lumière de sa maison, l'évangile selon saint Luc fut proclamé par Monique Dinan, fondatrice de la CDT. Dans son homélie, le père Goupille a fait référence à cet évangile où Jésus, a-t-il expliqué, a fait l'expérience d'une de ses plus grandes joies en ayant connu l'hospitalité de Marthe et de Marie. Qualité que possèdent les femmes dans les métiers du tourisme. Ensuite, ce fut au tour de plusieurs femmes ayant fait leurs preuves dans ce secteur de venir témoigner. Jennifer Wong, la directrice de l'hôtel Paul et Virginie, a parlé de la dimension sociale de son établissement, qui parraine l'école Jean-Eon RCA, établissement Zep se trouvant à Grand-Gaube. Elle invite régulièrement les élèves à visiter l'hôtel, à prendre un petit-déjeuner et ensuite à écouter deux à trois membres du personnel parler de leur corps de métier. «Tout ceci se fait avec grand cœur pour semer le désir chez ces jeunes enfants», a rap

pelé Jennifer Wong.

Femme directrice d'hôtel : un grand défi

Sybille Manuel-Hamilton, première directrice d'un hôtel à Maurice (le Vérandah, qu'elle a lancé le 27 octobre 1982), a évoqué le grand défi qu'elle avait à relever il y a 25 ans de cela. Aujourd'hui, elle se dit heureuse et fière que ce secteur ait ouvert la porte grande aux femmes. Plusieurs d'entre elles occupant des postes clés. «Merci pour la confiance», précise-t-elle. Prateema Bedaysee, directrice de salle à l'hôtel Trou-aux-Biches, a partagé sa volonté de réussir quand elle s'est jointe à cet établissement hôtelier. «Un début pas facile, concède-t-elle, dans un univers dominé par les hommes.» Elle a rappelé l'importance du dynamisme, d'une bonne compréhension et d'une dose de patience pour progresser. Son secret : croire en ses capacités, franchir les étapes, se donner à fond et ne rien attendre en retour.

Sheetal Ramburn, directrice de sa propre agence de voyages et tour operateur, a rappelé comment il est difficile de concilier vie familiale et carrière. Etant donné que son mari se retrouve dans le même secteur, Sheetal souligne que souvent l'un d'eux se retrouve seul ­ pendant les fêtes ou un cyclone. Ensemble, ils arrivent à trouver cet équilibre, précise-t-elle. Elle invite ainsi toutes les femmes présentes à trouver cette stabilité. Fatima Chuttoo, directrice commerciale à l'hôtel Trou-aux-Biches, a partagé sa passion du métier. Passion qui l'anime chaque jour.

Sept langues résonnant dans les murs de La Citadelle

Après les prières universelles qui ont résonné en sept langues (créole, anglais, français, russe, allemand, italien et hindi) dans les murs de La Citadelle, ce fut la procession d'offertoire où des employés de divers hôtels ont pu présenter leurs outils de travail et autres chefs-d'œuvre de pâtisserie à Dieu. Ils déploient aussi fièrement leurs banderoles jusqu'à l'autel.

Cette célébration était animée par les chorales de Notre-Dame-de-Fatima, Trou-aux-Biches, avec le concours de Claudio Cassimally, Georgy L'Etourdie et Gérard Lafitte, entre autres. A la fin, une danse d'action de grâce a été exécutée par quelques élèves de l'école Hôtelière Sir-Gaëtan-Duval. Etaient présents le ministre du Tourisme, Xavier-Luc Duval, les représentants de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), de l'Association des hôteliers et restaurateurs de l'île Maurice (AHRIM), entre autres.

Rappelons que la messe du Tourisme est surtout ce moment de grandes rencontres pour les employés du secteur touristique. Après la messe, une réception a réuni toute l'assistance. L'occasion de partager les gâteaux présentés pour les offrandes.

Sandra Potié

retour aller