Bruneau Woomed, actuaire :


«Préparer sa retraite dès maintenant
pour être à l'abri de soucis financiers»

Actuaire depuis une vingtaine d'années, Bruneau Woomed nous livre les avantages d'avoir un plan de pension afin de s'assurer une retraite tranquille à l'abri de tout souci financier.

Vous êtes actuaire, cela veut dire quoi au juste ?

Dans le secteur de la finance, un actuaire est quelqu'un qui se base sur des données statistiques pour try to make financial sense of the future. On retrouve des actuaires dans des compagnies d'assurances pour calculer des primes, c'est à dire qu'une personne assurée doit payer par rapport à son plan d'assurance (assurance automobile, assurance vie, pension ou autre). Pour la pension par exemple, la compagnie d'assurance doit s'assurer qu'elle a suffisamment de fonds pour payer à l'assuré les bénéfices promis correspondant à la prime que ce dernier va payer pendant des années.

Quel est l'intérêt d'avoir un plan de retraite ?

La raison est simple : quand un salarié arrive à la retraite, ses revenus chutent drastiquement. Selon le régime actuel, un salarié qui arrive à 60 ans a droit à la pension de vieillesse qui est actuellement de Rs 2 571. Il faut ajouter à cela sa pension provenant du National Pension Scheme (NPS), qui vise à donner un tiers du salaire à la retraite. Mais ce salaire est limité au plafond de la NPS, qui est actuallement de Rs 9 065. Mais quelqu'un qui touche plus de Rs 10 000, par exemple, n'aura pas un tiers de son salaire, mais un tiers du barème fixé. Cela sous entend que plus le salaire est élevé, plus le montant à percevoir à l'âge de la retraite va représenter un plus petit pourcentage du salaire à la retraite.

Il est généralement admis que pour la pension, deux tiers du salaire final est un bon objectif à atteindre. Par exemple, si quelqu'un touche Rs 15 000 quand il prend sa retraite, il devrait viser à avoir Rs 10 000 comme revenus totaux à la retraite (une partie de la pension de vieillesse et l'autre de la NPS). Il y a donc un déficit à combler (Rs 5 000 dans cet exemple).

Cela veut dire que si on n'a pas fait des arrangements préalables, le pensionné devra vivre avec seulement un faible pourcentage des revenus qu'on percevait avant la retraite. Ce qui représente clairement un appauvrissement soudain.

D'où l'intérêt d'avoir un plan de pension ?

Oui, si on réalise que c'est vraiment un gros problème de se retrouver dans une telle situation. Mais il existe plusieurs moyens de se faire un nid douillet pour la retraite : a) un plan de pension au niveau de son entreprise ; b) un plan de pension personnel ; c) un plan d'assurance-vie individuel ; et, d) des investissements dans des actions ou dans l'immobilier qu'on pourra vendre au moment opportun.

Il y a une règle d'or à respecter : idéalement, on devrait avoir un peu de chaque type d'investissement. Mais cela dépend des revenus dont on dispose et de son degré d'aversion au risque. C'est pour cela que les plans offerts par les compagnies d'assurances sont intéressants, car il y la notion de l'intermédiation. Elles collectent l'argent des assurés pour les investir avant de leur redonner les bénéfices. L'idée est de confier aux professionnels la gestion de son argent au lieu de le faire soi-même au risque de se tromper.

Le plus intéressant serait d'avoir un plan d'assurance au niveau de son entreprise, car une entreprise qui offre un

plan d'assurance à ses employés déduit ses dépenses, si c'est un plan qui est approuvé par la taxe. L'employé n'est pas taxé sur les contributions que fait l'entreprise.

D'autre part, au moment de la retraite, une partie de la pension peut être convertie en un capital qu'on appelle Lump Sum. Le reste de la pension doit être payé sous forme d'une rétribution, généralement mensuelle. Cette pension est payée tant que la personne est en vie. Mais elle est assortie de certaines garanties : par exemple même si le pensionné meurt pendant les cinq premières années de sa retraite, le solde de la pension continue à être payé jusqu'à la fin de la période de cinq ans. A remarquer que cette clause de garantie ne s'applique pas pour la pension des fonctionnaires, dont le paiement de la pension s'arrête dès le décès de la personne. Un plan de pension de l'entreprise offrira d'autres bénéfices, comme une somme payable en cas de décès pendant les années de service ou encore d'autres facilités comme des prêts aux employés.

Est-ce aussi intéressant d'avoir aujourd'hui un plan personnel de pension alors que cet investissement n'est plus déductible de la taxe ?

Le plan de pension personnel est devenu très peu intéressant depuis le Budget 2006 parce qu'au niveau individuel, on ne peut plus déduire les contributions qu'on fait à ce plan. Il y a même une notion de double taxation, car vous contribuez de vos économies et quand vous touchez la pension, vous êtes de nouveau taxé. Cette anomalie a déjà été signalée au ministre des Finances et à ses conseillers. Tout en comprenant le sens de la réforme, qui est la simplification du système fiscal, je remarque que même dans les pays développés comme la France et la Grande-Bretagne, on encourage la provision de retraite en donnant des avantages fiscaux.

A partir de quel âge devrait-on songer à prendre un plan de pension ?

Le plus tôt possible. Dans une entreprise, cela se fait généralement dès que la personne est «employée». Bien entendu, si on est dans une compagnie où un plan de pension n'existe pas, c'est un des avantages à négocier avec son employeur. Mais il y a aussi le plan d'assurance vie qui paie un capital. Ce qui est intéressant, c'est que tout le capital peut être obtenu en un bloc et il n'est pas taxable. C'est une option à considérer, surtout avec le traitement défavorable du plan de pension personnel.

Mais pour ceux qui travaillent dans des petites entreprises où le plan de pension n'existe pas,
que proposez-vous ?

Il y a une chose qu'il faut comprendre : un employé qui touche un petit salaire va percevoir, à l'âge de la retraite, environ deux tiers de ses revenus avec sa pension de vieillesse et sa pension de la NPS. Il peut même dépasser les deux tiers des revenus qu'il percevait quand il travaillait. C'est ce qu'on appelle le Replacement Ratio. Les petits salariés, avec ce qui est prévu déjà, ont moins à craindre. Ce sont les salariés du privé et les professionnels qui touchent au-delà du plafond de la NPS (Rs 9 065) qui devraient faire des provisions pour leur retraite. En d'autres mots, si vous touchez plus de Rs 9 000 actuellement vous avez intérêt à planifier votre retraite car vous risquez d'être en insuffisance financière quand vous serez à la retraite. Il existe des conseillers financiers qui peuvent vous aider dans ce sens.

retour