p.11foto1 Line

An 5 de l'autonomie

Fiers d'être Rodriguais

Un match de football opposant West Strickers, de Camp-Pintade, et Boysters, de Baie-aux-Huîtres, a conclu la série d'activités organisée dans la cadre du 5e anniversaire de l'autonomie de Rodrigues. Match qui a vu la victoire des Boysters sur un score de 2 à 1. Auparavant, durant tout l'après-midi, un programme étoffé a été organisé au stade de Camp-du-Roi : démonstrations sportives, défilés, danses et animation musicale.

Présence remarquée du président de la République, sir Aneerood Jugnauth, et de son épouse, Sarojini. Dans un discours de circonstance, sir Aneerood a parlé du rôle important qu'a joué l'Assemblé régionale ces cinq dernières années. Il a salué la détermination des Rodriguais de se faire connaître au niveau régional et international. Il s'est dit fier de constater le nombre grandissant d'entreprises qui doivent maintenant se tourner vers l'exportation.

Pour le Chef commissaire, Johnson Roussety, l'avenir se trouve dans l'effort, le travail et l'innovation. Il est revenu sur la nécessité de préserver notre identité culturelle tout en travaillant à produire plus. Le Chef commissaire a parlé du rôle facilitateur de l'Etat, mais, selon lui, beaucoup dépend de l'effort de la population. «Faudrait pas ki ou asize atane. Nou bizin debout lors nou deux li pied et adopter ene l'attitude discipline dans travail!»

Le vendredi 12 octobre, un message du Chef commissaire a été lu dans toutes les écoles. Il y a eu également l'inauguration de l'ancien bâtiment de l'administration, qui vient d'être rénové, ainsi que le dévoilement d'un monument pour marquer les cinq ans de l'autonomie. Dans l'après-midi, un débat public a eu lieu sous chapiteau à Port-Mathurin, avec pour thème : Rodrigues , 5 ans d'autonomie : quelle avancée? Dans la soirée, au Passenger Terminal, il y a eu la traditionnelle soirée de récompenses en l'honneur des décorés de l'Assemblé régionale. Rappelons que le thème retenu par les autorités pour marquer le cinquième anniversaire de l'autonomie était: Fiers d'être Rodriguais.

Benoît Jolicœur

5 ans d'autonomie


Quelle démocratie

participative ?

Le gouvernement régional a pris la bonne initiative d'organiser un débat public, le jour même de l'anniversaire de l'autonomie, sous chapiteau à Port-Mathurin, sur le thème Rodrigues, 5 ans d'autonomie : quelle avancée ? Un exercice qui inaugure une ère nouvelle dans le style de gestion des affaires du pays. Ce n'était pas le lieu de trouver des solutions à tous les problèmes, mais une occasion pour le citoyen de prendre la parole et de dire ce qu'il pense devant les élus du gouvernement et de l'opposition régionales. C'est un exercice qu'il faut renouveler plus souvent si nous voulons construire le pays en favorisant la démocratie participative afin que l'autonomie soit vraiment une réussite.

Un des sujets abordé le vendredi 12 octobre dernier, c'est justement la participation de la communauté civile dans la prise de décision. Force est de constater que depuis l'installation de l'Assemblée régionale, nos élus ont étudié et voté plusieurs règlements sans donner la possibilité à ceux qui le veulent vraiment de donner leur opinion.

Prenons l'exemple récent des nouvelles dispositions légales pour la collecte des concombres de mer (bambara). Combien de personnes sont vraiment au courant des conséquences de ces nouvelles mesures sur l'écosystème marin et ont eu l'occasion de réfléchir et de donner leur opinion sur la question ? Y a-t-il eu des consultations avec les partenaires concernés et la société civile avant la présentation de ces règlements à l'Assemblée régionale ?

Ces mêmes questions s'appliquent également à toutes les décisions importantes prises par l'Assemblée régionale depuis cinq ans, quel que soit le gouvernement en place. C'est quand la population est réellement impliquée dans la prise de décision que nous pouvons parler de gestion de proximité et de démocratie participative.

Apres ces premières années de rodage, nos élus doivent inventer des moyens afin que la population soit plus impliquée dans les décisions qui vont influencer son avenir. Nous proposons que toutes les législations soient vulgarisées avant de passer au vote à l'Assemblée régionale et que la société civile soit consultée pour décisions importantes. Sinon l'autonomie finira par devenir uniquement un transfert géographique de la concentration du pouvoir de Port-Louis à Port-Mathurin. Et si Port-Mathurin est perçu par le citoyen comme encore plus éloigné de ses préoccupations que ne l'est Port-Louis, c'est dramatique !

Benoit Jolicœur


retour aller