p.5foto1

Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux


Chrétiens et musulmans appelés à promouvoir une culture de la paix

Chers amis musulmans,

Il m'est particulièrement agréable de vous présenter pour la première fois les vœux amicaux et chaleureux du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux en votre joyeuse fête de Id al-Fitr, qui conclut le chemin parcouru durant le mois de jeûne et de prière du Ramadan. Cette démarche est un temps fort pour la vie de la communauté musulmane et donne à chacun une force nouvelle pour son existence personnelle, familiale et sociale. Il importe en effet que chacun rende témoignage au message religieux par une vie toujours plus intègre et plus conforme au plan du Créateur, dans le souci du service de ses frères et dans une solidarité et une fraternité toujours plus grandes avec les membres des autres religions et avec tous les hommes de bonne volonté, dans le désir de travailler ensemble au bien commun.

Dans la période troublée que nous traversons, les membres des religions ont par-dessus tout le devoir d'œuvrer, en tant que serviteurs du Tout-Puissant, en faveur de la paix, qui passe par le respect des convictions personnelles et communautaires de chacun, ainsi que par la liberté de la pratique religieuse. La liberté de religion, qui ne se réduit pas à la simple liberté de culte, est en effet un des aspects essentiels de la liberté de conscience, qui est le fait de toute personne et qui est la pierre d'angle des droits humains.

Bien commun

C'est en prenant en compte cette exigence que pourra être édifiée une culture de la paix et de la solidarité entre les hommes, et que tous pourront s'engager résolument pour construire une société toujours plus fraternelle, faisant tout ce qui est en leur pouvoir pour refuser la violence quelle qu'elle soit, pour dénoncer et pour récuser tout recours à la violence, qui ne peut jamais avoir de motivation religieuse, car elle blesse en l'homme l'image de Dieu. Nous savons tous que la violence, notamment le terrorisme qui frappe aveuglément et qui fait de nombreuses victimes surtout parmi les innocents, est incapable de résoudre les conflits, et qu'elle ne peut que susciter l'engrenage mortifère de la haine destructrice, au détriment de l'homme et des sociétés.

En tant que personnes religieuses, il nous revient à tous d'être avant tout des éducateurs de la paix, des droits de l'homme, d'une liberté respectueuse de chacun, mais aussi d'une vie sociale toujours plus forte, car l'homme doit prendre soin de ses frères et sœurs en humanité, sans discrimination aucune. Nul ne peut être exclu de la communauté nationale en raison de sa race, de sa religion, ni d'aucune autre caractéristique personnelle. Tous ensemble, membres de traditions religieuses différentes, nous sommes appelés à diffuser un enseignement qui honore toute créature humaine, un message d'amour entre les personnes et entre les peuples. Il nous revient en particulier de former dans cet esprit les jeunes générations qui auront en charge le monde de demain. Il est du devoir tout

d'abord des familles puis des personnes ayant des responsabilités dans le monde éducatif et de l'ensemble des autorités civiles et religieuses, d'être attentifs à répandre un enseignement juste et à donner à chacun une éducation appropriée dans les différents domaines évoqués, en particulier une éducation civique, qui invite chaque jeune à respecter ceux qui les entourent et à les considérer comme des frères et des sœurs, avec lesquelles il est appelé à vivre quotidiennement non dans l'indifférence, mais dans une attention fraternelle. Il est donc plus que jamais urgent d'enseigner aux nouvelles générations les valeurs humaines, morales et civiques fondamentales, nécessaires tant à la vie personnelle qu'à la vie commune. Toute incivilité doit être l'occasion de rappeler aux jeunes ce que l'on attend d'eux dans la vie sociale. C'est le bien commun de chaque société et du monde dans son ensemble qui est en jeu.

Sérénité et paix

Dans cet esprit, il faut considérer comme importantes la poursuite et l'intensification du dialogue entre chrétiens et musulmans, dans sa dimension éducatrice et culturelle, pour que se mobilisent toutes les forces au service de l'homme et de l'humanité, pour que les jeunes générations ne se constituent pas en blocs culturels ou religieux les uns contre les autres, mais en authentiques frères et sœurs en humanité. Le dialogue est un instrument qui peut nous aider à sortir de la spirale sans fin des conflits et des tensions multiples qui traversent nos sociétés, pour que tous les peuples puissent vivre dans la sérénité et la paix, dans le respect mutuel et la bonne entente entre leurs différentes composantes.

Pour ce faire, j'appelle de tous mes vœux l'attention de tous, pour que, à travers des rencontres et des échanges, chrétiens et musulmans travaillent ensemble, dans l'estime mutuelle, en vue de la paix et d'un avenir meilleur pour tous les hommes ; ils seront pour la jeunesse d'aujourd'hui un exemple à suivre et à imiter. Les jeunes prendront alors une confiance renouvelée dans la vie sociale et s'attacheront davantage à s'y insérer et à prendre part à sa transformation. L'éducation et l'exemple seront aussi pour eux source d'espérance en l'avenir.

Tel est l'ardent souhait que je partage avec vous: que chrétiens et musulmans développent toujours davantage des relations amicales et constructives pour partager leurs richesses spécifiques, et qu'ils veillent tout particulièrement à la qualité de leur témoignage de croyants !

Je vous renouvelle, chers amis musulmans, mes vœux chaleureux pour votre fête et je demande au Dieu de paix et de miséricorde de vous donner à tous une bonne santé, la sérénité et la prospérité.

Cardinal Jean-Louis Tauran

Président du Conseil fonctifical pour le dialoque religieux

retour