Ekoute seki finn ekrir dan Dezyem Liv Lerwa (5, 14-17)

Zeneral Naamann, enn Siryin ki ti ena lalep, desann dan larivyer Zourdin ; dapre lord Profet Elize, li plonz dan larivyer set fwa.

Lerla, so lekor revinn parey kouma lekor enn ti zanfan : li'nn vinn prop !

Li retourn akot reprezantan* Bondye, avek so eskort ;

li rantre, li prezant-limem devan Profet, li dir :

«Wi, asterla, mo kone :

pena lot Bondye lor tout later, apart an Israel !

Asterla, mo sipliy-twa, aksepte enn kado to serviter.»

Elize reponn : «Osi vre ki le-Segner vivan, e momem so serviter,

mo pa pou aksepte narye.»

Naamann sipliy-li aksepte, me li refize.

Lerla Naamann dir : «Omwin, donn permisyon to serviter pran later,

otan ki seki de bourik kapav sarye ; parski to serviter nepli pou ofer sakrifis

pou okenn bondye, apart le-Segner.»

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

* Motamo : enn zom Bondye

Psom 98/97

® Azordi nou sant pou le-Segner, Alelouya !

Li finn fer mervey pou nou, Alelouya !

(Melodi : «Chantons au Seigneur un chant nouveau»)

Anou sant enn sante nouvo pou le-Segner,

Li finn fer bann mervey ;

Avek so lebra drwat, so lebra ki sin,

Li finn gagn laviktwar. ®

Le-Segner finn fer-nou konn so vikt

war ;

Li finn montre so lazistis devan bann nasyon.

Li rapel so fidelite, so lamour, an faver lakaz Israel. ®

Ziska dan bout, kot later fini,

finn trouv laviktwar nou Bondye.

Later antye, bat lame pou le-Segner ;

fer-tann zot sante, zot lamizik dan lazwa ! ®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir dan so dezyem let pou Timote (2, 8-13)

Rapel-twa Zezi Krist, desandan David :

Li'nn resisite, samem mo Bon Nouvel.

Pou li, mo soufer, ziska sarye lasenn, kouma enn malfeter.

Me Parol Bondye, pa kapav atas-li avek lasenn.

Lakoz samem, mo siport tou sa, pou bann ki Bondye finn swazire ;

koumsa, zot pou resevwar liberasyon par Zezi Krist, avek laglwar, ki pou touzour.

Sa parol-la, li sir : «Si nou'n mor avek li, nou pou viv avek li.

Si nou tini ferm, nou pou regne avek li.

Si nou renye-li, li ousi pou renye-nou.

Si nou, nou fer fos, li, touzour kapav kont lor li, parski li pa kapav renye limem.»

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Alelouya

Dan tou kiksoz, dir mersi dan zot lapriyer.

Samem volonte Bondye lor zot,

dan le-Krist Zezi.

Dimanche de la reconnaissance !

par le père Jean-Claude Desjardins


Jésus, après avoir entretenu ses disciples de l'Eglise et de ses exigences, va du visible passé à linvisible, c.a.d au Royaume.

Aujourdhui c'est un Samaritain, un étranger, en plus un hérétique pour les Juifs qui Seul revient pour rendre grâce, rendre gloire à Dieu. Car voyez-vous, les vrais croyants ne sont pas toujours ceux qu'on attend.

L'Evangile nous parle de 10 lépreux guéris, dont un seul revient sur ses pas pour dire merci à son bienfaiteur et glorifier Dieu et se jeter aux pieds de Jésus pour rendre grâce. Il s'entend dire : «Relève-toi, va, t'a foi ta sauvé.» C'est là la clé de ce récit.

S'étant d'abord tenu à distance de Jésus, comme ses 9 compagnons de misère, lui seul, après sa guérison, accède jusqu'au Sauveur par la foi pour une guérison complète : non seulement sa PEAU devient comme celle d'un petit enfant ; mais son COEUR est régénéré, il renaît vraiment en ce jour-là. C'est vers Jésus qu'il faut se tourner pour être sauvé : c'est ce qu'il nous dit aujourd'hui !

Il faut savoir sortir de soi pour aller vers l'autre, telle est la leçon que ce Samaritain nous donne. Cette guérison inespérée, elle s'adresse à chacun de nous. Si nous ne sommes pas lépreux, nous sommes des perpétuels demandeurs d'attention, de reconnaissance, de tendresse. Car tant il est vrai qu'on a besoin d'être reconnu pour vivre. On a besoin de reconnaître soi-même ce qu'il y a de bon dans nos vies. Découvrir le Seigneur n'est pas étranger à tout cela; il en est même l'auteur. Donc, apprendre à le reconnaître à travers ses dons : don de la vie, de la foi, de l'Eglise communauté de croyants en Jésus Christ.

Souvent, comme les 9 autres compagnons du Samaritain, nous ne savons pas apprécier l'attention et les délicatesses de Dieu envers nous ainsi que celles des autres. L'habitude aidant, cela devient comme un dû. Ex : un mari de sa femme et vice versa, d'un ami, d'un collègue, d'un groupement, d'un village, d'une Eglise ?

Qui ne devine pas ce qu'il reçoit peut-il soupçonner qui est Jésus et accueillir le Don du Salut?

II nous faut témoigner publiquement de notre joie de cette découverte. Repliés sur nous-mêmes, nous restons indifférents a l'auteur du bienfait.

Or, l'Eucharistie est précisément Action de Grace pour tout ce que nous recevons de Dieu et des autres pendant la semaine et pendant notre vie. Elle nous ouvre aux autres pour que nous puissions sortir de nous et acquérir la guérison intégrale que nous apporte Jésus-Christ. Jésus est celui qui, a l'Eucharistie, nous appelle à passer de la mort à la vie. Il nous appelle à passer de nos lèpres multiples à la pleine santé ; du moi dans lequel nous nous enfermons au nous du partage et de l'échange dans la liberté ; de nos peurs au goût du risque et du Souffle de l'Esprit ; des ténèbres à la lumière; de la désunion à l'unité des enfants de Dieu ; de ce monde présent au Royaume.

Pensons-nous à rendre grâce à Dieu pour toutes ses merveilles, comme la Vierge Marie dans son Magnificat ? Rendre grâce à Dieu pour Jésus-Christ qui vient sans cesse à notre rencontre pour nous guérir et faire de nous des vivants sur la route du Royaume ?

Line
retour