Messe des enseignants


Eduquer: servir comme Jésus, éducateur par excellence

Dans le cadre de la Journée mondiale des enseignants, une messe d'action de grâce a été dite en l'église Saint-Cœur-de-Marie, à Port-Mathurin, le dimanche 7 octobre dernier ­ et ce à l'initiative de la Commission des catéchètes du secondaire à l'intention du personnel des institutions éducatives locales. Présidée par Mgr Alain Harel, cette messe avait pour thème Eduquer : servir comme Jésus, éducateur par excellence.

Dans son mot d'accueil, Sr Aline Vivien a dit que cette journée est un temps d'arrêt pour un regard sur les événements significatifs vécus dans l'île, comme le centenaire de l'Education catholique, les dix ans de l'école de Batatrand, les visites dans les écoles... Elle a eu une pensée spéciale pour la regrettée Antoinette Prudence, qui a beaucoup contribué dans l'éducation catholique locale, la formation et la pédagogie inclusive.

Faire confiance à Dieu

Reprenant des extraits de son mandement de carême 2007 sur l'éducation, Mgr Alain Harel a dit qu'avoir la foi, «c'est faire confiance à Dieu, en son fils Jésus, éducateur par excellence. Lui qui est présent dans nos responsabilités quotidiennes et éducatives». Le Seigneur, a affirmé l'évêque, a été actif durant cette année scolaire et, «avec nos moyens simples, nous sommes les serviteurs de l'action de Jésus».

Avant d'exhorter les enseignants présents : «Vous, les enseignants, vous êtes témoins de la créativité, du sens des efforts et de la volonté des élèves qui vous sont confiés. Avoir la foi, c'est aussi se laisser transformer, soi-même et les institutions, par Jésus. Pendant 30 ans, Jésus a écouté et les autres trois ans, il a enseigné. La première tâche de l'éducateur, c'est d'écouter les enfants, les jeunes ; leurs questions, leurs aspirations ; et leur proposer des défis, tout en étant exigeants.»

Pour l'évêque, l'Action catholique des enfants (ACE) de l'île a été témoin de l'espace d'expression dans certains collèges. Les jeunes peuvent être fidèles en tenant parole. «Eduquer, c'est de plus faire grandir en permettant à la personne d'avancer, de développer toutes ses aptitudes, ses talents, de changer les mentalités, de développer un esprit d'analyse et de critique.»

Fleaux sociaux

Mgr Alain Harel a demandé à chacun des enseignants présents : «Faites votre propre évaluation de la générosité, de la créativité et des talents des enfants. Comment évaluons-nous un enfant aujourd'hui ?» Il a dénoncé les fléaux sociaux comme le commerce de la drogue, la dégradation de l'environnement et la perte du savoir-vivre qui rongent Rodrigues. «Chaque enfant est unique, à l'image de Dieu. Demandons au Seigneur de faire grandir en nous la foi pour, qu'à la manière de Jésus, nous soyons de vrais éducateurs par excellence.»

A l'offertoire, outre le pain et le vin, les représentants des établissements éducatifs ont offert diverses réalisations de cette année scolaire. Pour Mary Laine Rémi, les enseignants ont beaucoup de défis à relever et sont appelés à être plus attentifs aux réalités des élèves en ayant le souci de les guider et de faire chaque jeune découvrir sa vocation professionnelle. «Il faut l'accompagner pour qu'il tire bénéfice de toutes les facilités existantes pour contribuer au développement économique de Rodrigues. Devant les difficultés de la vie, de nos luttes et de nos préoccupations, ne nous décourageons pas ! Que l'espérance, la persévérance et la confiance favorisent une vraie transformation dans notre société et dans le monde.»

Jean-Gérard Gaspard

retour