Ekoute seki profet Abakouk finn ekrir (1, 2-3 ; 2, 2-4)

«Ziska kan, Segner, mo pou apel-twa 'osekour' ?

To pa pou ekoute mem ?

Ziska kan mo pou kriy kont vyolans ? To pa pou donn liberasyon ?

Kifer to fer-mwa trouv linzistis, kifer to get nou soufrans ?

Mo nek trouv kanbriyolaz ek vyolans,

lager ek ladiskord pe propaze.»

Lerla le-Segner reponn-mwa, li dir :

«Ekrir sa vizyon-la, mark-li lor bann lardwaz pou kapav lir-li avek fasilite.

Setenn vizyon pou apre, dan so letan.

Li pe al ver so lakonplisman, pena bare.

Si li tarde, atann-li ; li pou vini, pena bare.

Seki pena lavi drwat, li gonfle ar so lorgey ;

Dimoun zis pou viv par so lafwa.»

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 95/94

® Azordi, anou ouver nou leker,

Anou ekout lavwa nou Segner.

(Melodi : "Aujourd'hui, ne fermons pas notre cœur")

Vini, anou kriy nou lazwa pou le-Segner,

Anou aklam nou fondasyon, ki donn-nou liberasyon !

Anou koste kot li, anou dir mersi,

Anou aklam-li avek nou sante, nou kantik ! ®

Rantre, bes latet, tom azenou,

Anou ador le-Segner, nou kreater.

Vremem, limem nou Bondye,

Noumem, lepep ki li kondire.

®

Azordi, anou ekout so parol :

«Pa ferm zot leker kouma dan dezer,

letan zot gran-dimoun ti defye-mwa, ti provok-mwa,

Pourtan, zot ti trouve ki travay mo ti fer.» ®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir dan so dezyem let pou Timote (1, 6-8.13-14)

Mo zanfan byen-eme,

Mo invit-twa, fer kado spirityel reveye,

kado ki Bondye finn donn-twa letan mo ti poz mo lame lor twa.

Pa enn lespri kapon ki Bondye finn done,

me enn lespri lafors, lamour ek sazes.

Pa gagn onte pou port enn temwagnaz pou nou Segner,

ek pou mwa, ki prizonye pou li.

Plito, pran to soufrans avek mwa pou Levanzil,

avek lafors Bondye ki soutenir-twa.

Pran pou model bann parol solid ki to'nn tann-mwa dir,

dan lafwa ek lamour le-Krist Zezi.

Avek led Lespri-Sin, ki abit an nou, gard seki finn konfye-twa.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Alelouya

Parol le-Segner finn etabli pou touzour.

Sa parol-la, samem Bon Nouvel ki'nn ariv ziska kot zot.

Nous sommes des bons
à rien pour Dieu ?

par Phillppe Goupille


Maman se réveille ce matin, elle prépare le lait pour sa fille qui va à l'école. Elle a l'habitude de lui donner aussi deux comprimés de «Bioptimum-Mémoire». En ces temps d'examens, la maman veut donner le maximum de chances à son enfant. Elle va jusqu'à soigner sa mémoire ! Meurtrie par l'indifférence de sa fille adolescente, la maman n'a pu s'empêcher ce matin d'ajouter cette phrase en lui donnant les comprimés : «Si ces comprimés pouvaient aussi te faire te rappeler que tu as une maman qui t'aime!»

Nous avons tous besoin que nos enfants ou nos collaborateurs nous remercient pour ce que nous faisons pour eux. Nous attendons le retour de l'ascenseur. Nous nous attendons à ce que les autres nourrissent constamment notre besoin d'être aimé ou notre besoin d'être valable. Cela me rappelle cette remarque tragique d'un adolescent : «Mes parents ne m'aiment pas, ils ont besoin de moi.»

Or, l'Evangile de ce dimanche, comme souvent, nous prend à contre-pied. La Bonne Nouvelle de ce dimanche est surprenante. Dieu n'a pas besoin de nous. Servir Dieu, ce n'est certainement pas lui rendre service. Quel service, en effet, pourrions-nous rendre à Dieu ?

Le texte d'une préface que nous lisons dans le missel exprime très bien ce que Jésus veut nous faire comprendre dans l'Evangile : «Dieu, Tu n'as pas besoin de notre louange et pourtant c'est Toi qui nous inspire de Te rendre grâce.» Oui, Dieu n'a pas besoin de notre louange. L'homme n'est pas utile à Dieu ! Si nous trouvons qu'il est dur qu'on dise de nous que nous sommes des «serviteurs inutiles», n'est-ce pas l'occasion de nous rappeler en ce dimanche que le meilleur service que l'on puisse rendre à Dieu, c'est de ne pas mettre d'obstacles à sa grâce ? Le meilleur service que nous pouvons lui rendre, en effet, c'est d'être un membre sain et honnête de son corps qui est l'Eglise et d'accomplir notre mission sans rechercher aucun retour de l'ascenseur !

Nous sommes des bons à rien pour Dieu ; mais Dieu nous aime, car Il continue de nous laver les pieds...

Line
retour