1er Fevriye 1835


Yer Rezistans

Zordi Rezilyans

Bann aktivite ki ti selebre 1e Fev.2006 par Legliz ti amenn enn rekonesans kontribisyon bann esklav ek zot desandan dan legliz ek dan pei. Ti ena osi piblikasyon Les Noms de La Honte ( P.Alain Romaine). Lane apre lane nou pe aprann ek apropriye bann nouvo paz lavi bann nwar esklav dan Moris. Li sirtou amenn nou plis konpran sitiasyon Pep Kreol dan Moris. Tatamaka, Coutoupa, Alexandre, Damamouve, Zephir, ek Madame Francoise finn parmi bann maron ki ti reziste kont lesklavaz. Sa lane la Komite Diosezin 1er Fevriye pe rann omaz a sa bann dimounn la ek ankouraz reflesyon lor lalit bann maron.

Selebrasyon lalit maron pou 1er Fev.2007 li na pa zis selebre lepase ou eroism bann maron, me li sirtou dan kontex Misyon Kreol fer dekouver bann figir sinbolik, vre ek istorik ki kapav vinn bann sours inspirasyon pou bann Kreol dan Moris. Listwar bann maron montre ki manier bann zom ek fam ki ti konsidere kouma bann meb pran zot destin dan zot lamin ek vinn bann vre konbatan pou dinite imin. Sa konba la na pa kapav less nou indiferan. Dan enn perspektiv liberasyon ekonomik, politik, kiltirel ek teolozik avek Pep Kreol, Legliz pe donn posibilite a bann desandan esklav gagn fyerte dan zot listwar. Enn listwar ki montre ki anset bann desandan esklav pa finn kourbe. Me si yer finn ena rezistans zordi bann desandan esklav bizin develop rezilians.

Konsep rezilians byin interesan. Li nouvo. Rezilians ( «resiliency» an angle, «resilience» an franse) ve dir kapasite ki tou dimounn enan pou «fight back» kan li pe viv enn sityasyon difisil. Dapre sa konsep la, ena kat nivo rezilyans : (i) Individi (ii) Fami (iii) Kominote (iv) Sosyete.

Zisteman nou kone ki boukou bann desandan esklav pe bizin «fight back» pou pran zot plas dan Moris .Li ti bon ki bann katolik angaze dan konba kont lamizer, linzistis ek diskriminasyon inspir zot depi bann Resiliency Programs ki existe dan lezot pei. Rezilyans li enn bon zouti konseptyel ek analitik. Pou sinplifie nou kapav dir ki pou enn group ki viv exklizyon, rezilians kapav vinn depi so bann potansyel kiltirel. Listwar finn montre ki kan enn group imin develop enn kosyans istorik ek ki li pena konplex pou so langaz, so kiltir, ek so listwar se la ki group la konn enn transformasyon sosyal ek politik. Sa ti bizin vre pou bann desandan esklav kan nou pran konesans lalit bann maron. Me bann kondisyon istorik pa finn fer zot kado.

Pep Kreol dan Moris pou ena pou rekonstrir li mem pou li kapav sorti dan so «invisibilité». Se la kot travay lor litirzi ek bann kantik dan Legliz Katolik vinn inportan. Legliz bizin amenn lemerzans enn lafoi ki liber Pep Kreol. Li enn de bann defi ki get nou Legliz azordi. Bizin dir ki sa koze «Yer rezistans zordi rezilians» li osi vre dan rapor bann desandan esklav avek zot prop Legliz. Katolik kreol finn konn enn lepok maronaz dan so prop Legliz. Me zordi se samem Legliz ki kapav anasam avek li ed li sorti depi rezistans pou al ver rezilyans.

Jimmy Harmon


Line

Marjorie Desveaux :


«Le marronnage : s'en
approprier et s'y appuyer
pour rebondir»

Pourquoi l'église Saint-Matthieu a été choisie
cette année pour y célébrer la messe ?

Tout d'abord parce qu'il y a une forte présence catholique à Saint-Matthieu ainsi qu'une forte concentration de descendants d'esclaves. Une des missions que le comité s'est fixé est toujours de faire réfléchir et d'évangéliser autour de la question de l'esclavage et de la célébration de l'abolition.

Et pourquoi ce thème : Lalit marron ?

C'est une façon de rendre hommage et de mettre en valeur la résistance des marrons contre l'esclavage. Car, trop souvent, les récits de l'esclavage ont été limités aux chaînes, à la misère, aux déplorables conditions de vie subies. Trop souvent encore les marrons ont été représentés comme des voleurs et des bandits. Le terme marronnage veut dire résistance. Et cette résistance fut celle à un système inhumain qui les considérait comme des meubles. Les esclaves résistaient pour se ré-approprier de leur statut d'être humain.

Pour ceux qui aujourd'hui sont descendants d'esclaves, il est important de mettre en lumière cet aspect de la résistance. Ils doivent pouvoir reconnaître cette partie positive du marronnage et s'en approprier afin de s'appuyer dessus pour rebondir. Certains dans la communauté le font déjà, c'est ce qu'on appelle résilience, cette capacité de rebondir, malgré les traumatismes vécus.

Comment l'Eglise s'approprie-t-elle du 1er Février?

L'Eglise célèbre et se réjouit de l'abolition de l'esclavage dans l'histoire. Elle se réjouit aussi dans l'aujourd'hui avec tous les descendants d'esclaves en leur rappelant leur statut d'être appelés à la résurrection par Jésus-Christ.

Line

Publication


«Les souliers de l'abolition»

Pour commémorer l'abolition de l'esclavage, le père Alain Romaine trouve qu'il faut non seulement connaître l'histoire mais que les descendants puissent également eux-mêmes écrire et raconter leur histoire pour dire sa véritable portée. D'où la sortie prochaine de «Les souliers de l'abolition».

Cela fait quelques années que le 1er-Février vous voit publier quelque chose. Qu'en est-il cette année ?

Cette année, le titre de ma publication s'intitulera Les souliers de l'abolition (Ile Maurice 1830 ­ 1840), Quand les esclaves chaussèrent la liberté. Avec une image forte sur la couverture démontrant que les esclaves ont lâché leurs chaînes pour se chausser fièrement de souliers qui leur étaient interdits.

Et pourquoi ce titre ?

Ce livre est le pendant et va de pair avec le premier, Les noms de la honte. Il complète le précédent, parce que durant la décennie de l'abolition de l'esclavage, il y a deux choses contre lesquelles les colons étaient opposés farouchement: 1) Que les esclaves puissent avoir un nom de famille, d'où les noms de la honte qu'ils ont donnés aux esclaves et à leurs descendants ; 2) Que les esclaves puissent porter des souliers. C'est pourquoi le jour de l'émancipation, les esclaves se sont rués chez les cordonniers pour porter des souliers.

D'où puisez-vous ces données ?

Dans les archives et à travers des récits de voyageurs de passage à Maurice. C'est là que je fais des recherches approfondies pour entendre la version des esclaves. Car, les faits héroïques des esclaves et leur résistance ont été mis sous silence.

Quelle est l'importance de mettre
en lumière toutes ces affaires ?

Mon but n'est pas de venir raconter les horreurs du passé et de leurs auteurs. Je cherche à fournir aux descendants d'esclaves des moyens de constituer leurs propres récits de l'esclavage. C'est aux descendants d'écrire et de raconter leur histoire pour dire la véritable portée. On a réduit ce geste à une anecdote/petite histoire curieuse et amusante alors que connaître et se raconter son histoire est un acte fort de libération et d'accès à la dignité. Tout comme le père Jocelyn Grégoire, qui a écrit dans son livre Da Vinci Code qu'il ne faut pas laisser les autres raconter notre histoire. Sinon, ils fabriquent notre histoire sur des mensonges.

retour aller