Ekoute seki Profet Zeremi finn ekrir (1, 4-5.17-19)

Sa manyer-la finn dir parol le-Segner pou mwa : «Avan ki mo ti form-twa dan lakaz baba, mo ti konn-twa ; avan ki to sort dan vant, mo'nn konsakre-twa ; mo'nn instal-twa kouma profet pou bann nasyon. Lev-twa, to pou dir-zot tou seki mwa, mo pou donn-twa lord. Pa tranble devan zot, sinon, mwa ki pou fer-twa tranble devan zot. Zordi mem, mo'nn instal-twa kouma lavil-satofor, enn kolonn an fer, enn ranpar an bronz lor pei-la antye : Bann lerwa Zida, so bann prins, so bann pret, ek lepep dan pei. Zot pou lager ar twa, me zot pa pou kapav fer narye kont twa, parski mo avek twa pou delivre-twa. »

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 71/70

® Les mo loue mo Bondye !

Tomem mo lespwar, Bondye Segner, mo konfyans depi mo zenes.

Depi lakaz baba, mo fye lor twa,

Tomem ki'nn tir-mwa dan vant mo mama. ®

Pou boukou dimoun, mo ti enn prodiz,

Tomem mo proteksyon, mo lafors.

Mo labous ranpli ar to louanz,

Toulezour, ar to laglwar. ®

Toulezour, mo labous pou rakont to lazistis, to liberasyon.

Mo Bondye, to'nn montre-mwa depi mo zenes,

ziska zordi, mo'nn redir to bann mervey. ®

Mo lalang dir to zistis toulezour :

To zistis, Bondye, li ot, kot bann nyaz !

To'nn fer bann gran kiksoz,

Bondye, ki sann-la kouma twa ? ®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir dan so premye let
pou bann abitan lavil Korint (12, 31-13, 13)

Mo bann frer, mo bann ser,

Parmi bann kado Bondye, rod seki pli meyer. Mo pou montre-zot enn sime ki depas zot tou. Mem si mo ti koz langaz bann dimoun ek bann anz, si pena lamour dan mwa, mo nek enn tronpet ki pe zwe, enn sinbal ki fer tapaz. Mem si mo ti kapav fer profet, mem si mo ti konn tou bann mister, lasyans, mem si mo ti ena lafwa total, enn lafwa ki fer montagn bouze, si pena lamour dan mwa, mo pa narye. Mem si mo ti partaz tou mo dibyen bann pov, mem si mo ti zet mo lekor dan dife, si pena lamour dan mwa, sa pa servi-mwa ditou.

Lamour pran pasyans ; lamour rann servis ; lamour pa zalou ; li pa vantar, li pa fanor ; li pa fer narye ki malonet ; li pa rod so prop lintere ; li pa an-koler brit ; li pa rod vanzans ; li pa pran plezir dan linzistis, li met so lazwa dan seki vre ; li exkiz tou, li krwar tou, li esper tou, li siport tou. Lamour zame pa pou fini.

Bann koze profet ? Zot pou disparet. Bann langaz ? Zot pou arete.

Lasyans ? Li pou disparet. Nou lasyans, li bout-bout, nou koze profet ousi, li bout-bout. Letan seki parfe pou vini, seki bout-bout pou disparet. Letan mo ti enn zanfan, mo ti koz kouma zanfan, mo ti mazinn kouma zanfan, mo ti rezone kouma zanfan. Letan mo'nn vinn enn zom, mo'nn fer seki zanfan disparet.

Parski asterla, nou trouve, kouma dan laglas, som-som ; me plitar, nou pou trouve, fas-a-fas. Asterla, mo kone, enn manyer bout-bout ; plitar, mo pou kone, kouma Bondye konn-mwa. Asterla, tou-le-trwa la : lafwa, lesperans, lamour ; me pli gran dan tou, se lamour.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Alelouya

Le-Segner finn anvoy-mwa pou aport Bon Nouvel pou bann ti-dimoun,

pou proklam : «Liberasyon» pou bann prizonye.

L'Aujourd'hui de Dieu

par Sr Nicole Wong


Line

La Bonne Nouvelle est présente et incarnée, dirions-nous, en Jésus qui parle ; l'annonce devient réalité; l'Écriture devient évangile. L'aujourd'hui dont parle Jésus est ce moment où s'accomplit la promesse messianique du salut.

«Cette parole de l'Écriture (Isaïe 61/1.2) que vous venez d'entendre, c'est aujourd'hui qu'elle s'accomplit.»

Telle est la conclusion du premier sermon de Jésus, dans la synagogue de son village, Nazareth. Jésus vient, à travers la lecture du prophète Isaïe, de donner son programme d'action : dire la Bonne Nouvelle aux pauvres, libérer les prisonniers, apporter la délivrance aux opprimés, annoncer une année de bienfaits de la part de Dieu ! Le seul commentaire de Jésus, c'est pour dire : AUJOURD'HUI tout cela, s'accomplit. Devant son auditoire étonné, il affirme que sa personne comble toute l'attente d'Israël. Jésus arrache la Parole de Dieu, du «passé» lointain où l'on tend toujours à la reléguer. Il somme l'humanité de ne plus mettre Dieu «dans le passé» ou «dans l'avenir» : c'est l'invasion de Dieu, du projet de Dieu, dans notre existence quotidienne, banale... AUJOURD'HUI ! Ainsi, la prédication de Jésus a commencé par l'affirmation que le temps était venu, AUJOURD'HUI, du «don gratuit» du pardon de Dieu. Jésus vient donner un «message de grâce», un don «gracieux», un cadeau non mérité. Et nous, AUJOURD'HUI, ne serions-nous pas tentés, nous aussi, de renvoyer l'évangile en arrière ?

Ils se demandaient : «N'est-ce pas là le fils de Joseph ?»

On est donc content, à première impression, du «message» de Jésus, mais on ne veut pas le recevoir de lui : c'est le scandale de son humanité si ordinaire ! Ce n'est que le «fils de Joseph», après tout. L'Église suscite toujours le même scandale. On serait prêt à accueillir son message, mais on n'admet pas la faiblesse humaine de l'Église.

Mais il leur dit : «Sûrement vous allez me citer le dicton : «Médecin, guéris-toi toi-même.» Nous avons appris tout ce qui s'est passé à Capharnaüm : fais donc de même, ici ; dans ton pays.»

Jésus n'essaie pas d'atténuer le conflit qu'il devine : c'est lui qui attaque. C'est la grande tentation qu'on ne cesse de mettre sous les pieds de Jésus. C'était celle de Satan. On demande a Jésus des «signes venant du ciel».

Une manière de refuser Dieu, c'est de lui demander des miracles : Nous continuons à avoir l'attitude des habitants de Nazareth. Nous voudrions un Dieu qui se montre un peu plus, un Dieu qui résoudrait nos problèmes à notre place. Or Dieu n'aime pas ce rôle que nous voudrions lui faire faire. Dieu n'aime pas l'exceptionnel, le miraculeux, le spectaculaire.

Aide-moi à retourner mon cœur ... à me mettre à ton service, au lieu de te mettre à mon service. Qu'au lieu de dire sans cesse «que ma volonté soit faite» par Toi... je dise en vérité «que ta volonté soit faite» par moi.

Mais lui passant au milieu d'eux, allait son chemin

Mes refus ne peuvent pas empêcher Dieu de poursuivre son plan avec d'autres. dommage que je n'en sois pas davantage étonné ! Jésus, au milieu des fluctuations de l'histoire, des refus des hommes, continue «son chemin». merci, Seigneur.

retour