Politique


L'OPR résolument dans l'opposition

L'Organisation du peuple de Rodrigues (OPR) a mis fin à toutes les spéculations quant à sa position à l'Assemblée nationale. Lors d'une rencontre avec la presse le vendredi 19 janvier, Serge Clair, devenu Minority Leader depuis les dernières élections régionales anticipées, a fait comprendre la position de son parti au Parlement.

Le parti se trouvant dans le rang de l'opposition à Rodrigues, ses députés à l'Assemblée nationale, Alex Nancy et Robert Spéville, vont s'installer du côté de l'opposition à Maurice, mais sans toutefois se mêler «dans les débats et affaires des partis politiques à Maurice». L'OPR n'apporte ainsi son soutien ni au Mouvement socialiste militant (MSM), ni au Mouvement militant mauricien (MMM), faisant ainsi taire toutes les rumeurs.

Pour Serge Clair, l'OPR n'est associée à aucun autre parti politique à Maurice. «Dans le cadre de notre autonomie, nous allons à l'Assemblée nationale comme un parti politique ; pas comme des alliés, mais comme des partenaires avec tous les partis pour réfléchir au bien-être national.»

Serge Clair a ainsi expliqué que quand l'OPR était au pouvoir, il était normal que le parti soutienne le gouvernement central et il a rappelé que le parti a toujours gardé son indépendance, même si certains ont vu en cette collaboration, la proximité de l'OPR avec un parti politique de Maurice longtemps au pouvoir.

L'annonce du positionnement de l'OPR au sein de l'Assemblée nationale fait suite à une semaine de rencontres et de consultations avec le Premier ministre, Navin Ramgoolam, et les leaders des principaux partis politiques de Maurice. Les membres de l'OPR ont aussi rendu une visite de courtoisie au président de la République, sir Anerood Jugnauth.

Les membres de l'OPR se disent satisfaits de ces rencontres et des contacts établis. Arlette Perine-Bégué a ainsi souligné qu'une ligne de communication et de dialogue sera gardée avec les partis politiques mauriciens en soulignant que le souci majeur du parti est la réussite de l'autonomie de Rodrigues.

«Bribe» électoral

Les autres points abordés lors de cette rencontre avec la presse a été la gestion

des terres à Rodrigues. Selon l'OPR, le Mouvement rodriguais (MR) est en train de distribuer des terres de l'Etat à gauche et à droite aux proches de ce parti, ce qui va à l'encontre de la politique du gouvernement central. L'OPR se félicite, qu'après ses consultations à Maurice, il y a consensus entre les différents partis politiques mauriciens en ce qui concerne la gestion des terres de l'État, qui fait partie du patrimoine. Les membres de l'OPR ont affirmé que le parti ne participera pas au Select Committee institué par l'Assemblée régionale et qui a pour objectif de privatiser les terres de l'État.

Les membres du parti ont critiqué l'administration des affaires à Rodrigues par le MR. Selon eux, les agents du parti au pouvoir ont envahi l'administration
rodriguaise que l'OPR qualifie de «bazar». Pour Serge Clair, les députés Alex Nancy, Robert Spéville et les membres de l'Assemblée régionale ont aussi commenté le déroulement de la dernière campagne, électorale jugée «sans précédent» eu égard à la tension et la violence qui ont prévalu durant cette période. Est contestée également la compensation de mauvais temps aux pêcheurs, considérée comme une bribe électorale.

Autre sujet de controverse : la participation et l'élection du commissaire Louis Ange Perrine. Une motion a été initiée par Francisco François de l'OPR en Cour suprême. Il souhaite que Ange Perrine soit démis de ses fonctions pour n'avoir pas respecté les dispositions du Rodrigues Local Assembly Act 2001, qui stipule que tout candidat qui participe à l'élection régionale doit avoir résidé dans l'île durant six mois précédant le dépôt de candidature. Tel ne serait pas le cas pour le commissaire Louis Ange Perrine. Le juge Paul Lam Shang Leen, siégeant en référé, a renvoyé l'affaire au 30 janvier prochain. Une contestation a éggalement été entrée en Cour contre la Commission électorale.

Par ailleurs, le Chef-commissaire de Rodrigues et responsable du portefeuille des Finances, Johnson Roussety, est actuellement à Maurice pour des consultations pré-budgétaires. Des rencontres avec le Premier ministre, Navin Ramgoolam, et le ministre des Finances, Rama Sithanen pour des pourparlers sont prévues.

Jean-Marie St-Cyr

retour