p.11foto1

1ere Assemblée pastorale de l'année


Mgr Alain Harel : «Soyez témoins de l'espérance»

La première Assemblé pastorale de l'année a eu lieu le samedi 20 janvier à la salle de conférences du Rodrigues College, à Port-Mathurin. Plusieurs thèmes ont été abordés, dont la liturgie et l'inculturation, les 100 ans de l'école catholique à Rodrigues ainsi qu'un questionnaire pour la prochaine rencontre de la Conférence épiscopale de l'océan Indien (CEDOI) - questionnaire ayant pour thème «Pour une liturgie dominicale missionnaire». Les responsables des mouvements et services d'Eglise ont également reçu une fiche pour la préparation d'un plan d'année.

Au début de la rencontre Mgr Alain Harel a rappelé les 5 décisions de l'Assemblée synodale de Rodrigues et qui orientent la mission de l'Eglise aujourd'hui. Il s'agit de :

1. La présence active des chrétiens dans la société ;

2. L'inculturation ;

3. La famille ;

4. Faire grandir la foi personnelle en Jésus-Christ ;

5. Pour une pastorale d'ensemble.

C'est dans ce contexte que l'évêque de Rodrigues avait procédé à la nomination de la Commission pour l'inculturation de la foi, instance qui a proposé plusieurs pistes de réflexion et d'activités pour que tout ce qui fait la vie à Rodrigues soit pris en considération dans la mission d'évangélisation. A la fin de l'année dernière, la Commission avait animé des sessions de réflexion sur la liturgie et l'inculturation avec les acteurs de la liturgie dans les différents lieux de culte de l'île. Le travail consistait, entre autres, à voir comment la culture rodriguaise est prise en compte dans les messes dominicales. Les membres de la Commission ont également réfléchi sur les acquis à conserver et les innovations à apporter pour que les messes du dimanche soient davantage «inculturées».

Les représentants de la Commission de l'inculturation, qui ont eu la responsabilité d'animer la première partie de l'Assemblée pastorale, ont donné un compte-rendu des réunions tenues dans les différents lieux de culte. Compte-rendu qui révèle que les messes du dimanche tiennent compte des événements de la semaine ainsi que des préoccupations des associations et des Rodriguais. La langue créole a pleine

ment sa place dans les célébrations ainsi que certains instruments de musique traditionnels, a-t-on fait ressortir.

Plus grande prise en compte de la vie

En ce qu'il s'agit des innovations, les participants ont souhaité que la messe permette à la communauté paroissiale de tenir compte de toute la vie du pays, avec ses luttes, ses peurs, ses réalisations et ses revendications. Qu'on fasse appel à des laïcs pour des témoignages dans des domaines spécifiques. Que les témoignages permettent de parler de l'expérience spirituelle et soient ancrés dans la vie. Il faut encourager la composition de chants liturgiques en créole ainsi qu'une meilleure utilisation des instruments traditionnels dans la liturgie. La création d'un comité pour la traduction des textes en kreol est souhaitée.

Des questions ont été soulevées quant à l'aspect festif de la liturgie, à la composition et au déroulement d'une réunion du Comité liturgique ainsi que les intentions de messe payantes.

Document sur les écoles catholiques

Le père Jocelyn Patient a donné, au nom du comité de la RCEA, un
aperçu du programme d'activités pour marquer les 100 ans des écoles catholiques à Rodrigues. Il a lancé un appel pour des éléments et témoignages pouvant être utilisés pour constituer un document historique.

Pour Mgr Harel, cet événement sera l'occasion pour toute l'Eglise de Rodrigues de réfléchir sur le sens et le rôle de l'éducation dans la construction de la société.

A la fin de la rencontre, l'évêque a invité les «chrétiens à être les témoins de l'espérance» dans les nouveaux contextes politiques d'aujourd'hui. Après la récente campagne électorale «qui laisse encore des marques de division», le chef de l'Eglise de Rodrigues a invité les chrétiens à poser des actes de réconciliation. Selon Mgr Harel, cela doit se faire dans la promotion de la justice et la recherche de la vérité.

Benoit Jolicœur

retour aller