Jean Eon RCA


Vaincre l'échec scolaire, c'est possible

p.11foto1

Avec la proclamation des derniers résultats du CPE, l'école primaire Jean Eon RCA est sortie du lot. Classée école ZEP (Zone d'éducation prioritaire), l'établissement a néanmoins eu l'honneur de voir une de ses élèves décrocher six A+ et être admise dans un des très prisés collèges nationaux. D'autre part, ces deux dernières années, le pourcentage de réussite au CPE a nettement progressé, comparé aux années précédentes. Jean Eon RCA semble désormais être sur la bonne voie.

En 2003, l'école primaire Jean Eon à Grand-Gaube intégrait la liste des écoles ZEP. La raison : le pourcentage de réussite aux examens du CPE n'avait pas dépassé les 40% les cinq dernières années. Il s'agissait donc de prendre l'école en main en appelant à une plus grande participation des parents, plus d'esprit d'initiative venant des enseignants et à la collaboration de la communauté se trouvant dans l'environnement immédiat de l'institution primaire.

Les initiatives

Loin de se laisser accabler par les résultats peu réjouissants de l'établissement, personnel de l'école, parents ainsi que les firmes de la région se sont concertés pour faire progresser l'établissement. «Nous avons introduit beaucoup d'activités extrascolaires afin de favoriser le développement intégral de l'enfant», explique Tristan Médar, le maître-d'école. Ainsi, plusieurs clubs ont été formés à l'école : club d'environnement, de théâtre et de lecture. Un professeur d'éducation physique a aussi été recruté, à plein temps, pour s'assurer que les enfants fassent suffisamment de sport.

D'autre part, un programme spécial, en lien avec deux établissements hôteliers de la localité (Paul et Virginie et Legends), a été créé pour les élèves des classes de cinquième et sixième. «Chaque quinzaine, un petit groupe d'élève va à l'hôtel. Chaque visite leur donne l'occasion de voir un département, de se rendre compte des métiers qui y sont exercés et d'avoir des contacts avec les employés. A leur retour à l'école, les élèves sont invités à relater leur expérience du jour par écrit, à l'oral ou à partir de dessins. C'est l'occasion aussi pour eux de prendre un repas à l'hôtel. Les enfants adorent», explique Tristan Medar.

Quel résultat ?

Bien vite, les effets des différentes initiatives entreprises à l'école se font sentir.

«Depuis que nous avons changé notre manière de faire, le taux d'absentéisme a vraiment baissé. Les enfants prennent plus de plaisir à venir à l'école et nous pensons que cela aide grandement à réduire l'échec scolaire», explique le maître d'école, sous le regard approbateur de France Cangy, président de l'Association parents-enseignants.

«Vers la fin de 2005, un Revision Club avait aussi été lancé », racontent nos intervenants. «Il s'agissait d'aider les élèves à réviser avant les examens. Le club était animé par un groupe de volontaires. Malheureusement, pour la fin de l'année scolaire 2006, nous n'avons pas eu de volontaires pour faire fonctionner le club.»

D'autre part, afin qu'une ambiance saine puisse régner à l'école, tout a été mis en œuvre pour que les relations parents-enseignants soient les plus saines possible. «Nous prônons l'accueil et l'écoute», explique le maître d'école. «Si nous évoluons dans un climat de tension et de querelle, toutes les bonnes initiatives entreprises à l'école échoueront», poursuit France Cangy.

Toujours, dans le but d'établir des relations harmonieuses et profondes avec les parents dont les enfants fréquentent l'école Jean Eon RCA, l'établissement a choisi de faire appel à cinq Liaison Officers. Des volontaires habitant les différents quartiers. «Normalement nous aurions dû avoir un Liaison Officer envoyé par le ministère de l'Education, mais comme nous craignons que cette personne, malgré toutes les bonnes volontés qui puissent l'habiter, ne soit pas suffisamment au courant des réalités de la région et ait du mal à établir le bon contact avec les parents. Nous avons préféré choisir des gens du coin.»

La SDU, lieu de rencontre

Comme prévu dans le programme des écoles ZEP, la School Development Unit (SDU) regroupe différents partenaires impliqués dans la progression de l'école: parents, enseignants, personnel administratif, secteur privé... A Jean Eon RCA, la SDU se rencontre chaque mois. «Cela se fait habituellement après les heures de classe, aux alentours de 18h00. Il faut attendre que tous les participants puissent se libérer. Il faut aussi prévoir le transport du retour pour certains. Heureusement que nous avons une équipe dynamique et convaincue et tous se prêtent au jeu» raconte Tristan Médar. «Notre unique problème pour le moment, c'est que nous manquons de personnel de soutien à l'école.»

Martine Théodore

retour aller