Line
p.11foto1

Commission pastorale jeunes de La Ferme

Week-end de formation
résidentiel à St-Gabriel

La Commission pastorale jeunes (CPJ) de la paroisse St-Esprit, La Ferme, a organisé un week-end de formation résidentiel à St-Gabriel les 14 et 15 septembre dernier, l'intention de soixante-dix jeunes ayant suivi la formation Trois mois. Le thème de la rencontre était Baptisé, s'engager pour transformer la société. Selon le Fr Daniel Milazar, responsable du CPJ, le but était de faire découvrir aux jeunes leur vocation baptismale et le sens de ce sacrement en vue de susciter leur engagement actif dans la société et dans l'Eglise. De par notre baptême, ajoute-t-il, nous sommes appelés à être au cœur de la vie humaine en laissant l'Évangile transformer notre vie.

Les jeunes ont réfléchi sur leurs préoccupations actuelles. Par exemple, devant la cherté de la vie, ils sont d'avis qu'il faut valoriser les produits du terroir, économiser l'énergie électrique ou se vêtir selon ses moyens financiers... Abordant les problèmes du VIH/sida et de grossesse précoce, les participants conseillent à leurs pairs de mener une vie sexuelle responsable en ayant une attitude de prophète. Ils dénoncent la stigmatisation de personnes séropositives. Il faut les accueillir en éliminant les préjugés.

Visite chez les entrepreneurs

Outre le volet réflexion, les jeunes se sont rendus chez des entrepreneurs. Ils ont été reçus à l'entreprise agroalimentaire P&E, sise à Palissade-Ternel, et à la chambre d'hôte gérée par Mme Bodouin. Ils ont également visité l'entreprise agricole de Mme Boncoeur et le Centre agricole Frère-Remi et l'atelier artisanal Les Frères-Léopold. Pour le Fr Daniel, ces visites ont permis aux jeunes de découvrir comment des chrétiens s'engagent dans la vie économique du pays. Samedi soir, la messe a été présidée par Mgr Alain Harel.

Pour le responsable du CPJ, c'est avec joie que les jeunes ont apporté leur contribution active au succès de ce temps fort de formation. Les jeunes ont toujours soif de quelque chose. Il s'agit de faire découvrir le lien entre la vie et la foi.

Enseignante au prévocationnel de Grande-Montagne, Claudia Lisette dira que, désormais, son approche avec ses élèves est modifiée. «Je comprendrai mieux leur vécu et je vais leur inculquer l'esprit d'entreprise.» Pour elle, il faut vivre sa foi chrétienne dans la famille, la société, le travail - bref, la où la personne humaine est présente. A la mi-journée dominicale, les jeunes se sont rendus sur la plage de Mourouk pour meubler leur temps libre. La CPJ de la Ferme est composée de Marie-Laine Remy, Sr Danielle Bégué et Mative Bégué.

Jean-Gérard Gaspard

RCSS


Travaillons ensemble
pour le progrès des villages

En ce samedi 15 septembre, le comité exécutif du Rodrigues Council of Social Services (RCSS) a réuni la presse au centre communautaire de Trèfles pour le lancement de son projet de réflexion «Ansam anou travay pou lavansman nou vilaz».

Selon le président de cet organisme social, Wilmode Edouard, le RCSS marque à sa manière les cinq ans de l'autonomie politique de l'île et la Journée de Rodrigues. «Nous sommes appelés à travailler ensemble pour le progrès de nos communautés villageoises respectives, car l'autonomie, c'est l'affaire de tous.» Il a brossé un bilan des grands projets entrepris par son institution. Entre autres : campagne de nettoyage, réflexion sur la privatisation des terres de l'Etat - un mémoire sera soumis au comité d'élite sur cette question -, projet de compostage à Rivière-Banane, projets photovoltaïques à Cité-Patate. Une autre campagne de nettoyage est prévue en novembre prochain ainsi que pour la Journée du volontariat, le 5 décembre. De plus, lors de sa récente mission à Maurice, il a rencontré les ONG et le Trust Fund pour un soutien financier pour un projet de formation en leadership social à l'intention des travailleurs sociaux locaux. Des cours en capacity building seront aussi dispensés aux responsables des comités de village. En ce qui concerne la campagne de réflexion auprès des communautés villageoises, un dépliant sera remis à chaque famille de l'île. Celui-ci retrace l'histoire de Rodrigues, celle du RCSS, de la politique et de l'Eglise d'ici. Les villageois travailleront sur les ressources humaines et infrastructurelles qu'ils ont chez eux et feront des propositions pour dynamiser le RCSS. L'objectif recherché est de voir «kot nou ti ete, kot nou ete et kot nou pe ale». Le clou du programme : une célébration dans le village. André Emilien a proposé que la réflexion se fasse aussi dans les institutions éducatives locales. A une question de La Vie Catholique concernant la suite du projet, M. Edouard dira que les rapports des villages seront utilisés pour bâtir les plans futurs de son ONG.

Jean-Gérard Gaspard


retour aller