Ekoute seki profet Amos finn ekrir (8, 4-7)

Ekout sa, zot ki pe kraz bann ti-dimoun,

ki anvi fer bann kraz-kraze disparet dan pei.

Zot dir : «Kan fet-lalinn pou fini ?

Lerla, nou kapav travay zour Saba !

Nou kapav vann nou lafarinn dible !

Nou pou diminye bann pwa, nou pou ogmant bann pri,

nou pou fos bann balans pou trik lezot.

Nou pou aste bann ti-dimoun avek inpe kas,

bann kraz-kraze avek enn per sandalet ;

nou pou vann lapousyer dible !»

Le-Segner fer serman, lor fyerte Zakob :

«Zame mo pa pou bliy narye dan seki zot finn fer.»

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 113/112

® Les mo loue mo Bondye

Serviter le-Segner, sant lalouanz pou so Non !

Beni Non le-Segner, asterla, e pou touzour ! ®

Ki sann-la parey kouma le-Segner nou Bondye, ki lao ?

Li bes so regar depi lesyel, pou li get later. ®

Li tir ti-dimoun dan so lapousyer,

Li tir seki kraz-kraze dan so salte.

Li fer-li asiz akot bann prins,

Akot bann prins so nasyon.

®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir dan so premye let pou Timote (2, 1-8)

Avan tou, mo konsey-zot : Demande, fer lapriyer, sipliye, dir mersi,

pou tou dimoun, pou bann lerwa, bann ki ena lotorite ;

Fer-sa pou nou kapav gagn enn lavi kalm, trankil,

pou nou pratik nou larelizyon, pou nou res dan dignite.

Samem ki bon, samem ki fer-plezir Bondye, nou Sover.

Li oule ki tou dimoun libere, e ki zot gagn konesans laverite.

Ena enn sel Bondye, enn sel Medyater ant Bondye ek bann dimoun :

Le-Krist Zezi, enn dimoun li ousi, Li finn livre limem pou pey nou det.

Samem temwagnaz ki'nn done kan letan finn arive ;

E mwa, finn etablir-mwa pou proklame, e kouma apot.

Mo dir laverite, mo pa pe manti.

Mo ansegn bann lezot nasyon, dan lafwa ek laverite.

Koumsamem, mo anvi ki bann dimoun priye partou,

ki zot lev zot lame dan direksyon lesyel, san koler, san bagar.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Alelouya

Zezi Krist ti ena tou, li'nn aksepte vinn pov ; Koumsamem, zot kapav trouv larises.

Fils de lumière

par Sr Claudette Bègue



Dans cette parabole qui nous est proposée en ce 25e dimanche, Jésus ne vient pas nous demander d'imiter l'escroquerie du gérant malhonnête, mais plutôt son habileté et son esprit de décision.

Ce gérant est dans une situation désespérée, il ne peut travailler la terre et veut encore moins mendier. Il se voit donc confrontés à une situation critique. Alors, que faire ? Il saura prendre une décision qui assure son avenir, il va agir de façon avisée pour trouver les gens qui le reçoivent dans leur maison (V1-4).

Il va donc convoquer les débiteurs du propriétaire, leur proposant des remises des dettes importantes. Si le gérant est injuste, malhonnête (V. 8) c'est qu'il a été généreux au détriment de son employeur ! Et le «maître» qui fait son éloge, qui est-il ? C'est Jésus qui n'approuve pas la falsification des comptes, mais, souligne l'Evangile, ce gérant s'est montré «habile», avisé.

Les fils de lumière, qui sont-ils ? Sinon les chrétiens qui comprennent la Parole de Dieu et apprennent des «fils de ce monde» comment être habiles dans les affaires. Ceux-ci, ne se soucient guère des vraies valeurs, et quand ils agissent de façon malhonnête, le vrai croyant, lui, sait reconnaître les vraies valeurs.

La leçon de la parabole est une exhortation indiquant aux disciples comment user de l'argent avec habileté dans la perspective du Royaume. Si le gérant malhonnête a su se servir des biens de ce monde pour se faire des amis et préparer son avenir sur cette terre, combien plus les chrétiens doivent-ils préparer leur avenir éternel en partageant avec les pauvres au moyen de l'aumône, ainsi, ceux-ci les recevront dans le Royaume. «Heureux les pauvres, car le Royaume de Dieu est à eux».

Se montrer habile, c'est donc considérer l'argent comme un moyen et non comme un but.

L'argent est injuste, et trompeur, les biens du Royaume sont impérissables. L'argent représente une valeur peu sûre, il fera nécessairement défaut le jour où chacun de nous mourra et en sera ainsi privé.

Cette parabole n'est guère une invitation à la fourberie. A l'injustice qui qualifiait l'intendant et l'argent, elle oppose la fidélité quotidienne de ceux qui administrent tant les biens spirituels que matériels de leurs frères.

Quels sont nos rapports avec l'argent si nécessaire pour vivre ? Ne soyons pas esclaves au point de n'être pas dignes d'être des fils de la lumière.

Aux chrétiens donc de manifester par l'usage des biens qu'ils appartiennent à Dieu seul.

Line
retour