Line
p.11foto1

Jeux des îles 2007

L'Assemblée régionale récompense les participants rodriguais

Le week-end dernier, Rodrigues a vécu à l'ère des récompenses pour les 38 athlètes rodriguais ayant participé aux récents Jeux des îles de l'océan Indien, à Madagascar, du 9 au 19 août dernier. Ils ont rapporté 49 médailles - 10 or, 20 argent et 19 bronze. Ils ont fait honneur au pays en rapportant 30% des médailles récoltées par la République.

Thomas Genave, chef de département à la commission de la Jeunesse et des Sports, présidait à la cérémonie des récompenses, samedi dernier, à la Résidence. Il a tenu à énumérer les performances rodriguaises au cours des ces Jeux : 10 lutteurs, 9 judokas, 3 boxeurs et 16 athlètes ont défendu le quadricolore mauricien. Il y avait également deux encadreurs techniques de Rodrigues - Daniel André, pour l'athlétisme, et Alex Albert, pour la lutte. Et, pour la première fois, quelqu'un de Rodrigues, Quenette Mercure, avait été retenu pour arbitrer les compétitions de judo pendant les Jeux.

Pour le Chef commissaire, Johnson Roussety, le sport doit être l'élément qui favorise la cohésion sociale dans le pays. Le commissaire à la Jeunesse et des Sports, Christian Agathe, a abondé dans le même sens et a souhaité que la politique partisane soit mise de côté quand il s'agit du sport. Il a annoncé la publication prochaine d'un livre blanc sur le développement du sport à Rodrigues ainsi que la tenue des Jeux de Rodrigues prochainement.

Au cours de la cérémonie, l'Assemblée régionale a offert Rs 10 000 à chacun des médaillés d'or, Rs 6 000 à chacun des médaillés d'argent et Rs 4 000 à chaque médaillé de bronze. Les encadreurs techniques ont quant à eux reçu la somme de Rs 5 000 chacun. Il y a eu également un cocktail en l'honneur des athlètes vendredi soir au Récif. La journée du dimanche a vu l'organisation d'activités sportives et culturelles sur la plage d'Anse-aux-Anglais, toujours en l'honneur des athlètes.

Par ailleurs, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sylvio Tang, était en visite à Rodrigues mardi dernier. Lors d'une cérémonie à la Résidence, il a remis les récompenses de la République aux sportifs rodriguais.

Benoit Jolicœur

Annoncé pour la fête du Père-Laval


Le Brûlé deviendra
une paroisse le 2 décembre

La messe marquant les 143 ans de la disparition du père Laval dans la chapelle Notre-Dame-du-Brûlé, le samedi 8 septembre dernier, a été l'occasion de l'annonce «officielle» de la transformation de la zone pastorale du Brûlé en paroisse à part entière ­ et ce à partir du 2 décembre prochain.

Pour célébrer la fête du Bx père Laval, une veillée de prière suivie d'une messe ont été organisées à la chapelle Notre-Dame-du-Brûlé le samedi 8 septembre dernier. La chapelle était décorée de réalisations marquant le centenaire de la présence de l'Education catholique à Rodrigues

Au début de la cérémonie, James Baptiste a retracé la vie du Bx Jacques Désiré Laval. «Kan li ti vin Moris, li ti evanzeliz bann esklav. Zordi so temoignaz devi li ankor touzour vivan.» En signe de pèlerinage, les fidèles ont marché de la croisée du Brûlé à la pelouse au bas de la chapelle pour une veillée autour d'un feu de camp. Après la lecture de la Parole, le couple Louis et Judise Larose a témoigné comment, en ce temps de cherté de la vie, des familles luttent pour sortir des sentiers battus. Par exemple : retour au feu de bois et aussi vers l'agriculture et la valorisation des produits du terroir. D'autre part, confie le couple, les fléaux de société comme l'alcool, la drogue et le sida, touchent beaucoup de nos jeunes. Devant ces situations difficiles, les parents sont parfois découragés. Toutefois, derrière ses souffrances, la communauté paroissiale garde confiance en s'engageant dans diverses ONG qui militent pour éradiquer ces fléaux.

L'érection de la zone pastorale du Brûlé en une paroisse à part entière se fera le 2 décembre prochain. Agnès Ravanne, porte-parole du Brûlé, a demandé à tous les paroissiens d'apporter leur brique à cette nouvelle charge pastorale, en prenant chacun sa place.

Six jeunes ont présenté un sketch dénonçant les méfaits de l'alcool chez leurs pairs. C'est ainsi qu'ils ont invité leurs amis à se joindre aux divers mouvements d'Eglise pour mieux prendre leur vie en main.

Dans son homélie, le père Eddy Coosnapen a retracé brièvement le parcours de l'Apôtre des Noirs. «Quelles sont nos souffrances contemporaines ? Les fléaux sociaux, la misère, la cherté de la vie, le chômage, le sida...Nous vivons des situations difficiles et la tentation, c'est le découragement.» Or, a affirmé le prédicateur, le père Laval avait un cœur plein de tendresse pour les plus pauvres et, avec ses laïcs auxiliaires, il évangélisait la communauté des esclaves. «L'Apôtre des Noirs associait des chrétiens avec lui. Il a insisté pour que la société s'organise pour lutter contre tous les maux qui dévalorisent l'homme. Il faut être créatif, en se basant sur les valeurs pour vivre une sexualité responsable.»

La liturgie a été marquée par la présence d'un feu allumé dans la nuit pour symboliser que la lumière éclaire nos ténèbres, réchauffe le cœur tout en redonnant courage à tous.

Jean-Gérard Gaspard


retour aller