p.11foto1

Sr Marie-Christine


«Au Congo, je sens plus
que jamais que Dieu est là»

En débarquant en République démocratique du Congo (RDC) le 11 janvier 2000, Sr Marie-Christine était loin de s'imaginer l'aventure qui allait s'ouvrir à elle. Dans un pays où l'instabilité, la pauvreté et tant d'autres souffrances règnent en maître, la religieuse fait l'expérience d'un Dieu plus que jamais présent. Elle le ressent dans les événements, le voit dans les gens qu'elle croise... De quoi renforcer sa foi et lui donner plus de verve à continuer sa mission.

C'est dans la paroisse Ste-Lucie, à Kinshasa, capitale de la RDC, que Sr Marie-Christine, de la congrégation des Soeurs de charité de Notre-Dame- du-Bon-et-Perpétuel-Secours (BPS), a déposé ses valises depuis plus de sept ans. Mission qui lui avait été proposée environ deux mois avant son arrivée dans le pays. A la demande de sa supérieure générale, elle est donc allée prêter main forte à deux autres religieuses déjà sur place : Sr Véronique, Réunionnaise venant de la Belgique, et St Imelda, Italienne. La congrégation avait été invitée par l'archevêque cardinal Frederic Etsou à s'implanter en sa paroisse pour ouvrir un centre nutritionnel pour s'occuper des enfants malades et malnourris. A la demande des habitants de la région, qui, quoique pauvres, avaient le souci de l'éducation, les religieuses arrivées en 1997, lancèrent une école maternelle en 1999.

Comprendre avant d'agir

Bien vite après son arrivée au pays, Sr Marie-Christine a tenté de comprendre ses nouveaux voisins ainsi que les us et coutumes locaux. Une étape qu'elle juge nécessaire pour pouvoir se situer dans ce nouveau monde et y vivre harmonieusement.

Ainsi, explique la religieuse, il lui a fallu faire le tri dans tout ce qu'elle avait appris des années durant, tout ce qu'elle avait adopté en termes d'approche, de philosophie... afin de pouvoir s'adapter au nouveau climat dans lequel elle est appelée à évoluer. Une tâche ardue, mais essentielle. «Ce qu'on a toujours appris ici ne s'adapte pas forcément là-bas.

Ce n'est pas notre mentalité. C'est un changement de vie, mais aussi une grande richesse. On est appelé à s'oublier si on veut le bien de l'autre.»

Forte expérience spirituelle

S'installer en RDC n'a pas été une expérience de tout repos pour la missionnaire. Outre les problèmes d'adaptation, elle a aussi vu la pauvreté, a connu la maladie et la violence, le pays étant instable politiquement et socialement. C'est dans ces instants, confie-t-elle, qu'elle a fait ses plus belles expériences de la présence de Dieu. Un Dieu présent lui donnant du courage pour surmonter les épreuves, bannissant la peur dans les instants difficiles ou encore conduisant des âmes charitables vers les religieuses quand elles sont dans le besoin.

«En vivant ces événements, on se découvre. La RDC nous montre nos forces et nos faiblesses. Quant à Dieu, il est présent et il aide et c'est palpable. Il me dit à chaque fois : N'aie pas peur, je suis avec toi. Ma devise à moi c'est : Me voici.»

Foi inébranlable

Parmi les aspects de la vie des Congolais ayant le plus marqués Sr Marie-Christine figure leur foi. «Ils peuvent ne pas avoir à manger, mais vont quant même aller à l'église pour prier et louer Dieu. C'est un peuple accueillant, simple et intelligent que j'ai appris à apprécier Ils ont une volonte de fer qui les aide à surpasser les difficultés. Vivre à leur côté est une expérience humaine très exaltante, malgré le déferlement de problèmes.» Ceci a même amené un changement de comportement chez la religieuse qui, autrefois de nature très soucieuse, a appris désormais à résoudre les situations au cas par cas, dans le calme.

Ravie de vivre cette expérience, Sr Marie-Christine invite ceux qui sont appelés à aller en mission à ne pas hésiter. «C'est magnifique, même si c'est difficile. Et puis, Dieu prépare toujours le terrain. Il nous demande seulement que de lui prêter notre personne pour continuer sa mission. Ayez toujours confiance en lui et vous ne serez pas déçu. Et même quand vous avez l'impression d'échouer, n'ayez pas peur. Vous vous en sortirez.»

retour