p.11foto1

Laisserons-nous à notre table
un peu de place à l'étranger ?

Mettrons-nous en pratique ce que nous proclamons dans ce cantique bien connu et souvent chanté? Des 700 000 touristes et visiteurs étrangers venus à Maurice en 2006, et le million prévu en 2007 et 2008, combien sont croyants, cherchant le dimanche/samedi ou vendredi une église, un temple, une mosquée pour aller se recueillir et prier? Je dirai que plus de la moitié, donc un nombre considérable de personnes, seraient heureuses de recevoir des informations sur ce sujet. Qui plus est, une grande majorité de ces visiteurs venant d'Europe et d'Afrique sont catholiques ou chrétiens - que fait-on pour les informer des lieux de culte et horaires des messes et autres cérémonies religieuses et les inviter à venir prier ensemble ?

Pendant les cinq années où je visitais Boston deux fois par an et résidais au Sheraton de Harvard Square, je fus heureux que l'hôtel avait toutes les informations sur les églises et synagogues dans les environs immédiats. C'est ainsi que j'allai parfois à la messe à l'église la plus rapprochée (œcuménisme oblige), à savoir l'église anglicane de Harvard, où, pour la première fois en 1992, j'ai assisté à une messe dite par une femme prêtre!

Informations utiles

Les traditions anglicane comme catholique en Grande-Bretagne exigent que chaque église entretienne et affiche un panneau indicateur donnant le nom, l'adresse et la confession (par exemple : Catholic Church of St. Xavier's, Stamford Hill), parfois aussi l'horaire des cérémonies et pour les anglicans, le nom du Dean/Rector/Vicar. Ici, très peu d'églises catholiques le font, les anglicans bien plus souvent. Même pour le visiteur étranger qui entrerait dans une église, l'obscur tableau d'affichage est parfois difficile à repérer et ne donne pas forcément des informations utiles. Le prêtre ou le laïc qui fait les annonces à la fin de la messe - par exemple à Trou-d'Eau-Douce, à Grand-Baie, à Mahébourg, mais aussi ailleurs - et qui dit simplement «messes aux heures habituelles» s'adresse aux habitués, mais pas aux étrangers qui sont dans la congrégation, inclus bon nombre de travailleurs étrangers du Sri Lanka, entre autres, qui sont catholiques !

Autre expérience personnelle : dans une petite église d'un petit village du Minnesota (USA), le prêtre annonça : «We are happy today to welcome in our midst Mr and Mrs Atchia, who come all the way from Mauritius.» Ce n'etait qu'une petite phrase, mais cet accueil m'est gravé dans la mémoire !

«No Entry»

Le visiteur étranger de passage ici et dont le regard est attiré par cette vieille église de campagne en pierre taillée, récemment si bien rénovée, ne risque pas de rentrer devant ce «No Entry» peint en rouge, même si ce panneau indicateur (le seul existant) proclame en fait «No Entry for Buses». Par contre, les panneaux indicateurs à Grand-Baie et à Cap-Malheureux (Notre-Dame-Auxiliatrice) reflètent bien la pensée du père Philippe Goupille envers les visiteurs étrangers. L'information sur le site Web du diocèse (noms des paroisses, horaires des messes, téléphone, noms du curé/du vicaire, calendrier du diocèse, pèlerinages...) est une avancée spectaculaire. L'adresse du site (http://www.dioceseportlouis.org) mérite qu'on la diffuse plus largement.

Recommandations

Afin de mieux assurer l'accueil de l'étranger parmi nous, quelques mesures sont proposées : panneaux indicateurs sobres mais clairs devant chaque lieu de culte, indiquant la religion, le nom de l'église et des prêtres y officiant, les horaires et peut-être une phrase comme celle commune en Grande-Bretagne : «You are welcome to worship here» (panneaux en bois ou en matière plastique).

Ces mêmes informations disponibles dans les hôtels et guest-houses, surtout concernant les églises et autres lieux de culte dans le voisinage de l'établissement (je suis sûr que certains le font déjà).

Dépliant préparé par le ministère du Tourisme ou la MTPA, avec ces mêmes informations, reflétant le caractère multi religieux du pays.

Au niveau du diocèse, une «reprint» et mise à jour urgent de cette brochure imprimée donnant les horaires de messes dans toute l'île Maurice, un outil essentiel aux Mauriciens qui choisissent d'aller à la messe ailleurs que dans leur paroisse et aux étrangers qui, en vacances, n'ont pas accès à l'Internet.

L'invitation personnelle, mais libre et non-insistante, aux touristes par des fidèles de se joindre par exemple, à une messe du samedi soir, une veillée de Noël, un Vendredi-Saint, un pèlerinage au caveau du Pere Laval...

Conclusion

Les vacances, c'est souvent la recherche du dépaysement, un temps de réflexion et l'occasion de se ressourcer. Nous ne saurons jamais combien de visiteurs étrangers, dans leurs hôtels (et même des résidents dans leurs bungalows IRS) ont eu le désir de venir à l'église pour prier et trouver un moment de solitude ou alors retrouver la solidarité et l'ambiance d'une messe à Ste-Thérèse faite de mille voix ! Assurons-nous qu'à l'avenir l'occasion est donnée à ceux qui le désirent de faire que leur séjour à Maurice soit aussi un temps de prière.

Michael Atchia

retour