Rêve et ambition pour des métiers d'avenir

Ils partagent tous deux un même goût. Chacun pour son métier. Apprentissage qu'ils ont débuté depuis le début de l'année à La Tour-Kœnig Vocational Centre ­ un centre de l'Industrial and Vocational Training Board (IVTB). Pourquoi ont-ils choisi un métier ? Comment le vivent-ils ? Comment y sont-ils arrivés ? Ditish Cooshneapa et Stéphane Labour, élèves en «Electrical» and «Wood Trades» respectivement, nous l'expliquent.

Ils ont à peine 17 ans. Leur devise : réussir leur vie à tout prix. Et ce, bien que n'ayant pas réussi le cursus scolaire normal. Les études académiques ne sont pas leur fort. Ditish Cooshneapa a quitté l'école en Form IV alors que Stéphane Labour l'a fait en Form III. Ditish a voulu suivre les pas de son père comme électricien alors que Stéphane précise qu'il «préfère un métier à un emploi» - d'où le choix d'être menuisier, comme son grand-père. Ils prennent tous deux très au sérieux leurs études à l'IVTB et se disent aujourd'hui heureux.

Bonheur qui se traduit par une joie et un enthousiasme contagieux lors de la journée portes-ouvertes organisée par l'IVTB le vendredi 31 août dernier : un réel plaisir pour les deux de partager avec le public ­ jeunes et moins jeunes ­ leurs riches connaissances acquises depuis le début de l'année. Ditish explique tous les fournitures et outillages nécessaires pour une installation électrique. Les diverses installations : maisons, usines, centres commerciaux ou chemins ; pose d'un réseau de câbles, sans oublier les systèmes d'alarme. Occasion aussi pour Ditish de présenter les divers appareils nécessaires pour un électricien. Et une fois les travaux achevés, précise-t-il, il est important de procéder à une série de tests pour vérifier si l'installation est bien conforme aux plans et schémas fournis dès le départ.

Tout partager

Stéphane ne veut rien rater lors de sa visite guidée avec des jeunes de divers collèges à son atelier de travail à l'IVTB. Il veut tout partager. C'est avec beaucoup de fierté qu'il présente d'abord les différents types de bois pour la fabrication d'un meuble. Ensuite, il procède avec sa préservation ; ses défauts communs ; les types

de joints pour faire un meuble ; les divers fittings sans oublier les safety equipments que les élèves portent chaque jour à l'atelier lors du maniement des machines qui peuvent se révéler dangereux.

Son cours le passionne tellement qu'il bouillonne d'enthousiasme lorsqu'il explique comment il découpe les morceaux de bois, les ajuste, les ponce, les pose et assure les finitions. Il n'oublie pas de présenter toutes les grosses machines utiles lors de la fabrication d'un meuble : perceuse, visseuse, scie sauteuse, raboteuse, ponceuse. Ainsi que les portables faisant la même fonction, mais lui facilitant la tâche lors d'un déplacement chez le client et lui permettant aussi d'effectuer des travaux de grande précision. Avec le développement du parc hôtelier à Maurice, Stéphane souligne que le champ d'activité du menuisier s'est élargi. Aujourd'hui, il est de plus en plus sollicité pour des travaux d'artisanat : à l'exemple des cendriers, porte-photos, porte-mouchoirs, vases, plaquettes de bois avec numéros pour les portes des chambres ; entre autres. Petits travaux que les élèves apprennent déjà à réaliser à l'école.

De grands rêves

Ces deux jeunes embrassent de grands rêves. Ils ambitionnent tous deux d'accéder à de plus grandes responsabilités ­ plus loin que leur père et grand-père, leurs modèles. A ce jour, Ditish se dit déjà prêt pour son stage de 3 mois qui commence d'ici peu au Tamarina State Golf. D'ailleurs, il se fait déjà quelques sous les week-ends en offrant sas services à ceux qui font appel à lui. Ditish se voit très bien dans la peau d'un contracteur sur des chantiers de construction dans quelques années. Son ambition est de prendre en charge la préparation et l'organisation de tous les travaux électriques sur un chantier.

Stéphane veut être un spécialiste des métiers du bois : menuisier, charpentier, sculpteur, graveur ­ bref, tout ce qui concerne le bois, de la conception à la réalisation. Dans quelques années, il compte créer son propre atelier. Et il voit très bien sa vie s'organiser selon les commandes de ses clients.

Sandra Potié

retour