p.5foto1

Saint-Pierre-ès-Liens


PACE : une chorale dynamique et atypique

Née dans le sillage de la Marche de charité 2006, la chorale PACE (Persévérance, amour, courage et espérance) a fêté son premier anniversaire le 12 août dernier. Ce nom témoigne aussi le «pas» qu'ils ont fait pour arriver jusque-là. PACE regroupe une quarantaine de jeunes de la paroisse St-Pierre-ès-Liens, tous animés d'un grand désir de servir et remplis de talents.

Présent, l'an dernier, sur le podium au Thabor avec l'Espérance jeunes de Moka, c'est pour ne pas perdre ce qui a été vécu lors de cette Marche de charité que l'idée de constituer une chorale composée de jeunes a germé. C'est ce qui manquait dans la paroisse, selon Annick Rousselin, qui a été une des premières responsables. Après une année à la tête de la chorale, elle cède sa place à quelqu'un d'autre, comme décidé dès le départ quand la chorale a été formée. «Il a été dit qu'on retrouve à chaque fois les mêmes personnes à la tête des groupes et mouvements et qu'il n'y a pas de relève. Pour éviter cela, nous avons choisi d'établir une rotation.»

PACE a pour particularité également d'avoir une équipe d'animateurs qui agissent comme trait d'union et porte-parole des jeunes membres. L'équipe s'occupe aussi des quatre groupes qui forment la chorale : Persévérance, Amour, Courage et Espérance. Tout dans le fonctionnement de la chorale montre qu'elle est atypique. «Nous n'avons pas voulu être des bambaras», laisse entendre Stéphanie Gorapah. Ce qui fait que le groupe est homogène et qu'il existe une bonne entente et une grande solidarité parmi les membres, chacun apportant ce qu'il a comme talent.

Persévérance

Cependant constituer une nouvelle chorale dans la paroisse n'a pas été chose facile

pour eux, selon Annick Rousselin et Stéphanie Gorapah, membres de l'équipe d'animation. «Nous avons eu du mal à nous faire accepter, car les aînés disaient qu'il existe déjà des chorales dans la paroisse et que nous pouvins très bien nous joindre à eux. D'autres disaient que nous n'allons pas tenir plus de trois mois», se souvient Annick Rousselin. Mais, par leur persévérance, ils ont su faire taire les mauvaises langues.

Le soutien du curé de la paroisse, Patrick Murphy, leur a été salutaire. Le père Murphy a été le seul à les soutenir et à les encourager dans leur entreprise. «Il a tout le temps été à nos côtés», déclarent-elles. Aujourd'hui, la chorale s'est fait une réputation et elle est présente pour Parolojeunes dan lames chaque dernier dimanche du mois au collège Lorette de Rose-Hill. PACE a aussi chanté pour les vœux définitifs du père Steves Babooram. Ayant dans ses rangs des musiciens et chanteurs chevronnés, la chorale impressionne dans l'interprétation de chants, que ce soit en français, en anglais ou en créole à quatre voix.

La chorale fera découvrir ses nombreux talents en proposant un répertoire différent des cantiques qu'elle chante pour les messes dominicales. Ce sera lors du spectacle qu'elle présentera le samedi 22 septembre prochain à 19h00 au collège Lorette de St-Pierre. Au programme : des chants profanes autour du mot «rêve» et des danses. Le spectacle est organisé dans le but d'aider au financement de la construction de la salle-d'œuvre de la paroisse. Les jeunes témoigneront aussi leur espoir de vivre dans un monde meilleur.

Les billets sont disponibles avec les membres de la chorale et au secrétariat de la paroisse à Rs 75 (adultes) et Rs 50 (enfants). La chorégraphie est signée Valérie Modeste.

Jean-Marie St-Cyr

retour