Reflexion

Devan lavi ser ki bizin fer ?

La cherté de la vie et la montée en flèche des prix des articles de base ont poussé une cinquantaine d'hommes de la paroisse de La Ferme à poursuivre leur réflexion sur la vie chère. Ce fléau affecte beaucoup de famille rodriguaises, plus particulièrement dans les foyers où les papas travaillent.

La paroisse de La Ferme, à travers le Noyau des hommes, a emboîté le pas aux Regroupements des femmes du centre Carrefour ­ à l'initiative de toute une réflexion sur ce phénomène. Ainsi, les hommes sont partie prenante de toute cette démarche afin de trouver des alternatives et des solutions à la vie chère. Un premier temps fut consacré à réfléchir et à voir les solutions possibles.

Actions concrètes pour réduire les dépenses

La seconde rencontre est une évaluation des différentes actions personnelles entreprises dans la vie de ces hommes. Ils ont été unanimes à envisager de diminuer les dépenses en boissons alcoolisées et en tabac, à faire un budget chaque mois et à effectuer les dépenses nécessaires. Beaucoup commencent à économiser l'électricité en éteignant les ampoules quand c'est nécessaire. Ils se disent davantage concernés par l'achat de produits locaux, tels le maïs, la patate douce, la papaye et de remplacer les boissons gazeuses par du jus de limon. Les achards de légumes remplacent le beurre le matin. Toutes ces initiatives diminuent les dépenses, favorisent la production locale et diminuent la dépendance sur des produits étrangers.

Le Noyau se dit satisfait de la participation des hommes dans cette réflexion. Ils comptent poursuivre la réflexion dans les villages et aborderont d'autres thèmes. Pour plusieurs participants, cette rencontre leur donne un espace de partage sur les différents problèmes qu'ils ont à faire face et de trouver ensemble des solutions.

«Mo envi travay pou mwa»

Lors de la rencontre, un jeune est venu partager comment il lutte pour gagner sa vie à travers la débrouillardise. Jean-Maurice Spéville a ouvert, depuis quelque temps, une tabagie à La Ferme. Il prépare des gâteaux locaux. C'est en voulant être son propre patron qu'il est rentré au pays pour lancer sa propre entreprise, même si au départ ce n'était pas son idée originale. Il se dit être à l'écoute de ses clients et trouve des produits pour satisfaire chacun, des plus petits aux plus grands. Il trouve que la lenteur administrative décourage les entrepreneurs. Jean-Maurice est aussi cuisinier spécialisé dans la gastronomie française, il a fait ces études à l'Ecole hôtelière et détient en certificat de NTC 3 en cuisine. Il se dit intéressé à offrir d'autres services de traiteur et veux lancer un fast food à Rodrigues. Il a beaucoup de patience et veut commencer modestement. Il se dit prêt à se battre pour faire avancer son entreprise. Il veut proposer des choses nouvelles dans le domaine de la cuisine, en valorisant les produits locaux et ainsi inciter les Rodriguais à produire plus. Pour Jean-Maurice, tel est son engagement dans l'île Rodrigues autonome.

Jean Teddy Labour

Décès inattendu de Jean Ally Emilien

«Champion
lors manière
viv ek l'honnêteté»

Toute l'île Rodrigues, en particulier le milieu sportif, n'en revient pas de la mort subite du kickboxeur Jean Ally Emilien. Il est parti suite à un malaise samedi dernier, après un combat à l'île Maurice. Tous les efforts entrepris par les responsables de la Fédération présents n'ont pas suffi pour maintenir Ally en vie. Ses funérailles ont eu lieu lundi dernier à la cathédrale Saint-Gabriel, devant une importante assistance comprenant sa famille, les autorités de l'île, des sportifs ainsi que des amis. Une cérémonie très émouvante, présidée par le père Eddy Coosnapen. Occasion d'entendre plusieurs témoignages sur la vie de ce sportif exemplaire, qui avait de grandes ambitions. Nous reproduisons des extraits du témoignage de Jean Marchelino Prosper, secrétaire du comité régional de kick boxing à Rodrigues, qui nous permet de mieux connaitre la vie de Jean Ally Emilien.

Champion de Rodrigues et de Maurice

«Comité régional kick boxing ouler rane ene grand hommage nou ami et collegue Ally qui fine guitte nou soudainement comment ene soldat sur le champ de bataille. Avec tout l'amour qui to ena pou to sport de prédilection avec to patriotisme envers to ti pays Rodrigues, avec to l'esprit combativité et de fair play et avec to grand reve pou vine ene champion international. Depi to fine zoine l'Equipe en 2002 to fine ene modele et ene l'exemple pou nou tou. Zis ene banane après to fine faire Rodrigues l'honneur vinn champion en 2003. To fine vine champion de Maurice 2006- 2007. To fine faire ene zoli parcours marque par la discipline et l'humanisme.

Zamais l'alcol zamais tabac

Ally fine toujours ene kikene qui cool. Jamais l'alcol, jamais tabac, Toujours a l'ecoute . Li ti ene bosseur, ene fonceur. To ene modele pou nou qui pe continuer combatte . To banne maniere donne nou courage pou garde sa flambeau la bien haut.

Nou garde de toi le bon souvenir ene bon vivant qui fine toujour suive le bon chemin.

To pas fine reussi accompli to reve vine ene champion internationale.

Mais to ene champion pou l'humanité en ce qu'il s'agit de l'honnêteté et manière vive.»

Benoit Jolicœur

Line
retour