Ekoute seki Profet Izai finn ekrir (66, 18-21)

Le-Segner pe koze :

Mwa, mo pou vinn rasanble bann dimoun

dan tou bann nasyon, kot ena tout sort langaz.

Zot pou vini, zot pou trouv mo laglwar. Mo pou met enn sign kot zot.

Mo pou anvoy bann ki'nn resi sape,

al dan bann nasyon, ziska bann zil ki pli lwin,

ki zame pa finn tann koz-mwa, ki pa finn trouv mo laglwar.

Zot pou fer bann nasyon konn mo laglwar.

Parmi tou bann nasyon, zot pou ramenn zot frer,

pou ofrir-zot pou le-Segner, lor souval, dan saryo,

lor brankar, lor bourik, lor samo.

Zot pou kondir-zot ziska mo montagn sint, Zerizalem,

parey kouma letan bann zanfan Israel

aport bann lofrand akot lakaz le-Segner, dan bann vaz ki prop.

Ena ladan, mo pou fer-zot vinn bann pret ek asistan-pret.

Le-Segner ki pe koze !

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 117/116

® Les mo loue mo Bondye !

Loue le-Segner, tou bann pep !

Fer fet pou li, tou bann pei ! ®

So lamour pou nou, li for,

So laverite, li pou touzour ! ®

Ekoute seki finn ekrir dan let pou bann Ebre (12, 5-7.11-13)

Mo bann frer, mo bann ser,

Eski zot finn bliy parol konsolasyon ki finn dir-zot, parey kouma pou bann zanfan :

Mo zanfan, pa mepriz koreksyon le-Segner, pa dekouraze letan li koriz-twa.

Wi, seki le-Segner kontan, li koriz-li, li pini tou bann zanfan ki li kontan.

Zot pe soufer pouki zot korize.

Bondye pe tret-zot kouma bann zanfan.

Ki zanfan pa gagn korize ek so papa ?

Se vre, letan pe gagn koreksyon, sa pa donn lazwa, me latristes.

Me, pli tar, li raport lape ek lazistis.

Lakoz samem, redres zot lame ki fay-fay, zot zenou ki feb.

Fer bann sime traver vinn drwat pou zot lipye ;

koumsa bann ki ena problem-marse,

pa pou foul zot seviy ; me plito, zot kapav geri.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Alelouya

Le-Segner dir : «Momem Sime, Laverite ek Lavi.

Seki anvi trouv Papa, li bizin pas par mwa.»

Etre sauvé

par père Daniel Muff



«Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car beaucoup... chercheront à rentrer et ne le pourront pas.»

Ces pâroles de Jésus sont fortes. Mais l'image de la porte étroite ne veut pas dire qu'il n'y aura que peu de gens sauvés. Ce sont les exigences de la conversion à la Bonne Nouvelle qui déplacent ce que nous appelons le Salut. Pour Jésus, il ne suffit pas de se dire chrétien, d'être marié à l'église et de payer son autofinancement pour «être sauvé». La «porte-étroite», c'est l'entrée de service, c'est la porte que prennent les petits, les derniers. Parce qu'ils font confiance en Dieu et ne comptent pas sur leur propre mérite. Ils seront très étonnés d'être appelés aux premières places. «Il en viendra du levant et du couchant, du nord et du midi» pour prendre place au festin du Royaume. Ici, la parole de Jésus reprend et renforce la parole des prophètes qui l'ont précédé.

La porte n'est pas seulement étroite, elle est aussi fermée. Une porte fermée est une surprise désagréable. On voulait faire une visite à un ami ou à des voisins, et voilà que le «maître de la maison» a fermé la porte.
L'évangile précise par là que nous n'avons pas à remettre au lendemain le changement de vie qui nous est demandé aujourd'hui. La porte fermée nous renvoie donc aux occasions manquées et aussi aux insuffisances des rites. Ils sont nécessaires (aller à la messe, faire baptiser ses enfants...) pourtant, les suivre ne suffit pas. Car le salut regarde l'authenticité de notre vie spirituelle et non la quantité des rites accomplis. Ainsi «faire les 14 églises» ou le pélerinage du P. Laval, cela est bon mais réellement insuffisant si la charité et le respect de soi-même comme des autres ne préside pas à ces déplacements.

Cet enseignement de Jésus touche aussi l'Eglise: l'Eglise locale -notre diocèse-, l'Eglise universelle. Notre Eglise est en marche vers le Royaume, elle n'est pas le Royaume de Dieu. Cela est un message d'espérance: Dieu continue de faire signe de manière particulière aux baptisés, en communion avec leur évêque; il fait signe également à tous «les hommes de bonne volonté». Message qui contient un avertissement: baptisés, religieuses et religieux, prêtres, ne vous reposez pas sur vos lauriers ! Chaque jour du temps est l'instant unique de passer la porte étroite, de vivre les Béatitudes dans le service du frère.

Line
retour