p.11foto1

«Conversations»


«Antoinette, nou pou kontinyer
pran konsyans valer fam»

Le regroupement des femmes du centre Carrefour a rendu un vibrant hommage à feu Antoinette Prudence le vendredi 3 août dernier. C'était au cours d'une journée de réflexion, de détente et de méditation, baptisée «conversations» et organisée depuis un certain nombre d'années.

Quatre mois après la disparition de l'ancienne directrice du centre Carrefour et fondatrice du Regroupement des femmes, les responsables du dernier-né des mouvements d'action catholique à Rodrigues ont organisé des Conversation Spéciales pour lui rendre un vibrant hommage.

Une journée empreinte d'émotion, d'espérance et d'expression de la volonté de poursuivre le travail initié par Antoinette Prudence.

Poursuivre le travail

Il est revenu à Rosanne Milazar Azie, accompagnatrice du Regroupement des femmes, de situer l'objectif de cette journée. «Antoinette est partie, mais elle a jeté les bases solides pour poursuivre le travail.» Elle a énuméré les points forts qui, selon elle, ont guidé la vie d'Antoinette.

Elle avait une attention à la vie tout en développant un esprit d'analyse par rapport aux différentes réalités. Elle recherchait toujours la cohérence entre ce qu'elle disait et ce qu'elle faisait. «Nou fier ki nou finn gagn enn dimounn kouma Antoinette avek nou. So presans finn enrichi nou, nou groupe, nou pei et nou l'Egliz. Li finn ale, me nou pou kontinyer travay ki li finn komense.»

Rosanne Milazar Azie a également évoqué les nouveaux défis que Rodrigues doit faire face. Il s'agit, entre autres, du chômage, des jeux et la cherté de la vie. Elle a terminé son intervention en invitant les femmes à ne pas se laisser diviser par la politique.

Antoinette touzour vivan

Pour le directeur du centre Carrefour, Christian Raboude, Antoinette Prudence a été beaucoup inspirée par la vie et le témoignage des femmes de Rodrigues. «Zordi, kan mo guet manyer zot pe afirme zot avek conviksyon, manyer ki zot pe guet lavi e zot pe pran pozisyon, mo kapav dir ki Antoinette touzour vivan.»

Selon Christian Raboude, Antoinette Prudence était une prophétesse pour son temps. Par ses prises de position, elle réveillait les consciences endormies, annonçait la Parole de Dieu en dénonçant les situations d'injustice et en valorisant ce qui se faisait de bien. Par sa vie et son témoignage, elle a remis beaucoup de femmes debout. Elle a laissé un précieux héritage. Et pour demeurer fidèle à la mémoire d'Antoinette, il faut continuer à s'engager tout en développant un esprit d'analyse sans avoir peur de se mettre en cause. Il a invité les femmes à se poser la question sur le type de solidarité qu'il faudra aujourd'hui développer entre elles.

Regrouper les femmes

Pour Mgr Alain Harel, le signe qu'Antoinette a fait du bon travail, c'est le fait que même après son départ, l'enthousiasme pour travailler dans la même direction est toujours présent. Il a exprimé son appréciation pour le travail abattu durant sept ans par le Regroupement des femmes. Il a souhaité que ce mouvement d'action catholique s'étende dans tous les villages. «Vous les femmes, vous avez une mission pour dénoncer les situations injustes et annoncer la Bonne Nouvelle.»

Il a également parlé des préoccupations - sida, chômage, éducation et santé - que les femmes doivent prendre en compte dans leur analyse de la réalité. Il a conclu son intervention en leur disant : «Faudrait pas politiz tou. Kom fam, zot bizin ena kom obzektif fer sosyete Rodrigues avanse.»

Pour ces conversations spéciales pour rendre hommage à Antoinette Prudence, les organisatrices ont invité sa famille en deuxième partie de la journée. Une manière pour elles de dire merci à la famille Prudence et de dire leur conviction que la famille joue un rôle important dans la vie d'une personne. Qui connait mieux une personne, sinon les membres de sa famille !

Rêve

Il est revenu à Marie-Paule Prudence, grande sœur d'Antoinette, de prendre la parole au nom de la famille. Elle a dit qu'Antoinette était consciente que dans la société rodriguaise, les femmes et les enfants étaient souvent les plus faibles et victimes de toutes sortes d'injustice. Elle a parlé du rêve qu'avait la disparue : «Antoinette ti kontan dir : Mo ena enn rev , enn utopie : se pou trouv bann plis feb lever, debout, prend zot responsabilité, viv lib, viv dan la dignite.» Selon elle, Antoinette était consciente qu'elle avait beaucoup reçu et qu'elle avait une grande responsabilité pour partager ce qu'elle avait reçu. Ce qui explique les différents engagements qu'elle avait pris à divers niveaux pour transformer le monde à la lumière de l'évangile, qui l'a toujours guidée.

Marie-Paule a parlé des attitudes et des convictions qui l'ont émerveillée chez Antoinette. Elle a cité son amour pour les enfants ; sa persévérance dans la lutte pour l'épanouissement des femmes ; son sens de créativité et de l'innovation ; sa fierté pour son pays et son ouverture sur le monde ; sa foi dans la capacité des laïcs ; son amour pour le vicariat apostolique de Rodrigues et sa volonté d'être toujours à l'écoute de la vie des gens ; son sens de la fête et son amour pour la famille.

Marie-Paule Prudence a terminé son intervention en citant Mgr Gilbert Aubry dans l'hommage qu'il avait rendu a Antoinette. «Recueillons l'héritage. Reprenons le flambeau. Continuons la course jusqu'au bout de l'amour...» Tout un programme !

Benoit Jolicoeur

retour aller