Ekoute seki finn ekrir dan Liv Koelet (1, 2, 2, 21-23)

Koelet dir : Lafime parmi bann lafime ! Tou lafime mem !

Ala enn dimoun, li'nn travay avek lasazes, avek konesans, avek talan.

Li donn so par pou kikenn ki pa finn travay.

Sa ousi lafime, enn gro maler.

Wi, ki pou reste, pou enn dimoun, dan tou so travay, so zefor,

dan tou seki so leker finn travay, anba soley ?

Tou so lavi, setenn douler, so lokipasyon, setenn traka.

Mem lanwit, so leker pa repoze. Sa ousi lafime !

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 90/89

® Vini, zot va goute (J. Grégoire)

To fer dimoun retourn dan lapousyer,

To dir : retourne, zanfan Adan !

Devan to lizye, mil lane, se kouma enn zour ki pe pase,

Kouma lavey, dan lanwit ! ®

To balye-zot, zot gagn somey,

Dan gramatin, parey kouma lerb ki pou koupe,

Zot fleri, zot pouse dan gramatin,

Aswar, zot fletri, zot vinn sek. ®

Fer-nou kone, ki manyer kont nou bann zour,

Pou ki nou leker vinn akot lasazes !

Revini, Segner ! Ziska kan ?

Montre to pitye pou to serviter. ®

Rasazye-nou avek to lamour dan gramatin,

Toulezour, nou pou dan lazwa ek

dan sante.

Les ladouser le-Segner vinn lor nou !

Rafermi travay nou lame. ®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir pou bann abitan lavil Kolos (3, 1-5.9-11)

Mo bann frer, mo bann ser, Zot finn resisite avek le-Krist.

Sers bann kiksoz lao, akot le-Krist ete, adrwat Bondye.

Mazinn bann kiksoz lao, pa bann kiksoz later.

Wi, zot finn mor, dorenavan, zot lavi kasyet avek le-Krist dan Bondye.

Letan pou montre le-Krist, ­ e le-Krist-mem zot lavi, ­

lerla, zot ousi, pou montre-zot avek li, dan laglwar.

Fer seki apartenir sa later-la al mor :

move lavi, malpropte, pasyon koupab,

move dezir, lanvi gagn plis, ­ setenn idolatri.

Pa koz manti ant zot. Zot finn rezet vye dimoun, avek so manyer fer,

zot finn met seki nouvo, seki lor sime pou gagn vre konesans,

seki pe renouvle limem, dapre so kreater.

Lerla, nepli pou mazinn Grek ouswa Zwif,

sirkonsizyon ouswa pa sirkonsizyon, barbar, sovaz, esklav, dimoun lib.

Nek pou ena le-Krist : Limem tou, li dan tou.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Alelouya

Boner pou bann ki pov dan zot leker : Rwayom lesyel pou zot.

«Insensé !»

par André Sève


J'écoute cet homme qui se parle comme s'il était seul au monde et totalement maître de sa vie : «Je... Je... Moi... Moi... Mes greniers, mon blé... Entasser, profiter de la vie longtemps, toujours.» Il est fou, il m'écœure. Matérialiste à ce point ! Bien manger, bien boire, refuser de voir plus loin. J'applaudis quand Dieu lui crie : «Insensé !» C'est bien vrai.

Mais le monde tel qu'il est devenu, la fameuse société de consommation : est-ce qu'elle ne produit pas ce genre de fou à la pelle ? L' «austérité» occidentale, c'est tout de même l'abondance, et je n'échappe pas à l'universelle recherche de sécurité et de confort. Quelles sont mes pensées? Santé, salaire, la maison à payer, la télé à changer, l'auto, le montant de la retraite...

Mauvaise pensée? Oui, si elles m'ont totalement colonisé, en chassant peu à peu mes grandes pensées de chrétien : aimer Dieu, changer le monde, me donner à mes frères, prendre le temps de prier.

Nous sommes un vrai champ de bataille pour ces deux genres de pensées, les généreuses et les égoïstes, les croyantes et les matérialistes. Quand le Seigneur nous voit en train de nous enliser dans des projets où il n'est question que d'ambition et de confort, comment ne crierait-il pas : «Intensé !»

Heureux celui qui entend ce cri à temps ! Car il y a la suite: «Cette nuit, on va te redemander ton âme.»

Cela ne nous impressionne peut-être pas, ce sont toujours les autres qui meurent. Et puis, de toute façon, il faut bien y passer !

Si nous nous sommes laissé contaminer ­ et qui en est parfaitement indemne ? ­ par ce fatalisme de païen, prenons un peu pour nous l'apostrophe de Jésus : «Insensé !» Un homme sensé, un chrétien, ne peut pas vivre sans penser que sa vie comporte deux épisodes : ici-bas et l'éternité. Notre vie terrestre commande notre vie éternelle. Il faut vraiment être fou pour ne songer qu'a ce qui va périr et ne va pas s'occuper de ce qui va durer. On risque de mourir comme cet homme qui misait sa vie sur ses greniers : «Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui au lieu de s'enrichir en vue de Dieu.»

«En vue de Dieu.» Cela nous ramène à la signification biblique du mot insensé : «L'insensé, c'est celui qui oublie Dieu.» Du coup, il perd peu à peu ce qu'on gagne d'intelligence à fréquenter Dieu. Il s'enfonce dans le matérialisme et dans l'encombrement de tout ce qu'on ne pourra pas mettre dans son cercueil.

Petit psychodrame : je me vois sur un lit d'hôpital, en train de mourir. Qu'est-ce que j'emporte que l'amour réellement vécu, cet amour qui tisse peu à peu ici-bas notre être d'éternié? Ô Seigneur, fais que je redevienne dès maintenant avide non de possessions, mais d'amour.

Line
retour