Line
p.11foto1

De Pointe-aux-Sables à Mont-Choisy


Ensemble, vivons
des valeurs fortes

Vacances en couleur. Telle est l'activité organisée à Mont-Choisy pour marquer le week-end du 20 au 23 juillet dernier de quelque 85 enfants (5 à 12 ans) encadrés d'une quarantaine de jeunes de divers mouvements de la paroisse Ste-Marie-Madeleine, à Pointe-aux-Sables, dans le cadre de la fête de Ste Marie-Madeleine.

L'idée vient du frère Giovanni, qui a voulu créér une unité et une solidarité entre les divers mouvements de la paroisse : Action catholique des enfants (ACE), louveteaux, scouts, chorale des enfants, Conseil pastoral des jeunes (CPJ) et servants d'autel, entre autres. Ils étaient environ 125 personnes, y compris les animateurs, sur la plage de Mont-Choisy. L'objectif, explique le frère Giovanni, est d'oublier nos différences et de placer le Christ au centre de notre service.

«Ansam, ansam, dan enn mem bato.» Ce chant a été leur devise pendant toute le week-end. Les enfants en bas âge, encadrés de deux animateurs, se sont répartis en huit groupes portant chacun une valeur forte : générosité, franchise, paix, amour, bonté, fraternité, vérité et solidarité. Les enfants ont d'abord appris à mieux se connaître. Ensuite, ces valeurs ont été vécues au cœur de chaque cellule. Enfin, les enfants ont partagé, à travers des sketches, chants et danses, les valeurs qu'ils ont vécues ensemble. Chacun a ensuite eu l'occasion d'émettre ses rêves pour la paroisse: pour plusieurs, l'agrandissement de leur lieu de culte.

Divers jeux, dont une chasse aux trésors, ont fait la joie des enfants. Ils ont ensemble eu l'occasion de partager de bons repas, de fêter l'anniversaire de ceux nés pendant le mois de juillet, de préparer et de célébrer une messe présidée par le père Jacques-Henri David sur la plage de Mont-Choisy, dans l'après-midi de samedi. Le lendemain, c'était la fête familiale. Les enfants ont été rejoints par leurs parents pour le déjeuner dominical. L'après-midi, après le départ des parents, les enfants ont eu l'occasion de faire une marche et de s'éclater sur la plage.

Ils ont repris le chemin du retour le lundi 23 juillet. Expérience à être renouvelée certainement. Pour le frère Giovanni : «Le bien-être de l'enfant a primé.»

Sandra Potié


Baie-du-Tombeau


Pèlerinage
de la Sainte-Vierge

Dans le cadre de la fête de l'Assomption, le 15 août prochain, «La Vie Catholique» est allée à la rencontre de quelques fidèles de Baie-du-Tombeau qui portent une grande dévotion à La Vierge. Plusieurs vivent des moments forts. La prière mariale les a surtout conduits à Jésus.

La présence de la vierge pèlerine apporte le réconfort et la consolation dans de nombreuses familles à Morcellement-Mahadoo, Baie-du-Tombeau, et à travers l'île. Pendant la matinée du vendredi 27 juillet dernier, une grande chaîne de prière a été organisée chez la famille Collet. Cette Vierge pèlerine, qu'on prénomme affectueusement «Maman», aide surtout à raviver la foi de nombreux enfants, jeunes ou adultes.

Grande fut la joie d'Ancilla Raboude, une Rodriguaise de 63 ans, quand elle reçoit en juin 2002, de France, une statue de la Vierge, blanche comme neige, mesurant une cinquantaine de centimètres. En déballant ce merveilleux cadeau, Ancilla découvre aussi 200 chapelets et 5 livrets de prière. Le but est d'organiser des pèlerinages en invitant les fidèles de diverses paroisses à accueillir chez eux la statue de la Vierge. Après avoir consulté le curé de la paroisse, Robert Bathfield, Ancilla ne tarde pas à rassembler les siens autour d'elle. Cette vierge a créé une chaîne de solidarité entre voisins, entre les habitants du quartier, avoue Ancilla. «Des gens sortant de loin sont venus prier avec ferveur pour l'obtention d'une grâce.» Elle a aussi franchi d'autres villages : Rivière-du-Rempart, Trou-d'Eau-Douce, Bel-Air, Centre-de-Flacq... Sa prochaine étape : une procession durant le mois d'août à Mapou.

Les grâces reçues sont multiples. Les personnes rentrent souvent chez elles soulagées. Leur cœur est plein de joie avec la présence de «notre bonne Maman et de son divin fils», poursuit Ancilla. A l'exemple de Denise Barbon, 47 ans, mère de quatre enfants dont Kris, le benjamin, 5 ans, est handicapé. «La Vierge pèlerine a apporté beaucoup de lumière, de courage et la possibilité d'avoir plus de soutien dans la maladie de mon fils», reconnaît-elle. Hanzel Moustache, 18 ans, a vécu cela comme la visite de Marie chez elle. «Jésus n'a pas gardé sa mère pour lui seul. Il nous l'a partagée, comme il l'avait dit au disciple Jean.»

L'écoute de la Parole de Dieu à travers Marie plaît beaucoup à Marie-Josée Collet, 43 ans. «C'est ainsi que la Vierge s'est révélée à moi.» Depuis que la statue de la Vierge est chez elle, elle avoue qu'une grande paix et une grande lumière habitent sa maison. La famille est plus soudée. «On se comprend mieux. Une grande joie habite notre cœur.» Marie-Josée va plus loin pour dire que le pèlerinage de la Vierge pèlerine suscite la libération de beaucoup de souffrances. «J'ai réalisé combien les personnes ont besoin de l'aide.» Elle invite tous ceux dans la souffrance à se rendre disponible comme Marie. Jacqueline Athalie, 61 ans, qui ne rate jamais sa prière à Marie, rappelle que dans sa prière, elle l'appelle affectueusement «Maman».«Toi, la maman de Jésus, tu es aussi ma maman. Je suis sûre qu'avec toi toutes mes peines seront diminuées.» Frances Foolchand, 55 ans, avoue qu'elle a vu grandir sa foi grâce à la Vierge Marie. «J'ai ainsi découvert Jésus.»

Ancilla vient de fêter le 5e anniversaire de son plus beau cadeau le 14 juin dernier. Elle se dit heureuse d'avoir répondu «oui» comme Marie. Sa demeure a été convertie en une maison de prière.

Sandra Potié

retour aller