Line

On ne se sert pas
du Christ mais
on est à son service...

Honnêtement, l'Union chrétienne (LUC) avait de bonnes intentions. Elle a en son sein des personnes valables qui veulent lutter contre l'injustice. Cependant, je crois que LUC fait fausse route. Premièrement, aucune association à caractère social n'a le monopole du Christ : «L'Esprit souffle où il veut.» Tout groupe peut se réclamer chrétien, mais aucune instance ne peut s'autoproclamer défenseur des chrétiens. Sinon, on retourne dans la théorie meurtrière des croisées. Pour défendre la foi, on était prêt à tuer.

Autre fausse note de LUC. Elle n'ose pas s'identifier à la communauté créole - petite définition empruntée aux auteurs antillais et martiniquais : le créole est une personne issue d'un métissage engendré par trois civilisations (européennes, asiatique et africaine) ; lequel réside dans des îles marquées par l'esclavage. Ainsi, LUC se cartonne à ne pas défendre les plus nantis des chrétiens vivant à Maurice. Mais le fait reste que les plus défavorisés des chrétiens sont, pour la grosse majorité, issus de cette communauté.

Ainsi des questions sont en suspens. Y a-t-il une honte de la part de LUC à s'afficher aux côtés des Créoles ? En tant que Créole, je dis non à cette attitude de LUC à ne pas reconnaître ma communauté en tant qu'entité. Nous, les créoles, demandons que la constitution de Maurice reconnaisse notre identité sociale à part entière. La reconnaissance est la plus grande réparation qu'on puisse avoir.

Prenons un cas fictif : si un créole de foi bouddhiste (religion que je respecte) souffrait d'une injustice dans notre société, est-ce que LUC refuserait donc de le défendre parce que a) il est Créole ; et, b) il est bouddhiste et donc pas chrétien. Là, on tombe dans le non-sens.

Ce cas est imaginaire mais révèle et résume le paradoxe, le sens contraire et l'antagonisme dans la philosophie intrinsèque de LUC. Laquelle association va l'encontre des valeurs chrétiennes. Le vrai Luc, apôtre du Christ, aurait-il aidé un non-chrétien? Bien sûr que oui. Il aurait été au service du Christ. S'inspirant de la parabole du Bon Samaritain, l'apôtre Luc aurait «aimé son prochain comme lui-même».J'ose prendre les mots du Seigneur pour dire à LUC : «Va, et fais de même !»

Olivier Précieux


(rhop2007@yahoo.com)


p.5foto1

A Monomachus

Alors que je croyais avoir mis fin à la polémique stérile autour des activités de l'Union chrétienne (LUC), voila qu'un autre correspondant, cette fois sous le couvert de l'anonymat, se permet de tenir des propos tendancieux à propos des dirigeants de cette organisation qui n'ont d'autre but que d'améliorer la condition des ethnies chrétiennes à Maurice.

Votre correspondant trouve tout à fait stérile nos efforts visant à réhabiliter les descendants des esclaves à Maurice et voit en nous des faux prophètes qui n'ont d'autres buts que de leurrer le peuple de Dieu. Je trouve les propos de votre correspondant vils.

En somme, ce qui est bon pour le peuple juif - qui a connu un génocide de 6,2 millions d'êtres humains éliminés par l'Allemagne nazie au cours de la Seconde Guerre mondiale et qui a bénéficié d'une réparation - ne serait pas bon pour le peuple africain qui, durant la traite servile qui s'est perpétuée du XVIIe au XIXe et qui fut, selon l'Unesco, responsable du déplacement et de la mort de pas moins de 100 millions d'êtres humains. Un génocide reconnu par la France, fille aînée de l'Eglise, suite à la motion de Christine Taubira à l'Assemblée nationale française le 21 avril 2001, comme crime contre l'humanité.

Sortir de l'esclavage moderne

Au demeurant, allez demander aux Arméniens de gommer le génocide de leur peuple par les Turcs en 1925, responsables de l'extermination de 1,5 million de paysans ou encore aux protestants de France du massacre de la Saint-Barthélemy qui, pourtant, date du 24 août 1574 ! Pourquoi les camps d'extermination d'Auschwitz et de Buchenwald ouvrent-ils encore leurs portes rouillées chaque année en mémoire de ceux qui ont péri par la folie des hommes qui se croyaient sortir, comme Bacchus, de la cuisse de Jupiter?

C'est précisément pour sortir de l'esclavage moderne que les descendants de ces rescapés de la traite des Noirs, de ces laissés-pour-compte par l'indifférence et la complicité des autorités coloniales britanniques et qui, souvent, végètent dans le plus grand dénuement dans la périphérie des villes et villages, dans l'illettrisme et victimes de la drogue, du VIH/sida et du commerce du sexe, que l'Union chrétienne, organisme éminemment laïc, préconise la création par l'Etat, d'un Trust Fund for the Rehabilitation of People of Slave Descent. Une telle démarche vise-t-elle à tromper le peuple de Dieu ?

Droits des minorités

Force est ici de souligner que le mot chrétien n'est pas le monopole d'une seule Eglise - encore moins de ceux qui se cachent dans l'anonymat. Précisons que l'Union chrétienne (LUC) n'entend nullement se cacher derrière le manteau de St Luc l'évangéliste, mais d'œuvrer dans la cité pour que les droits des minorités ethniques soient respectés dans la République de Maurice - une tâche ingrate, certes, mais combien noble.

Votre correspondant qui a choisi de se terrer dans l'anonymat bien au chaud connaît-t-il la souffrance des chrétiens qui, depuis que le pays a accédé à l'indépendance, subissent des humiliations et de l'ostracisme sous toutes ses

formes au quotidien ? Sait-il encore que, valeur du jour, il ne reste à peine plus de 2% de chrétiens dans le service public et que ceux qui y sont encore n'attendent plus que vienne l'âge de la retraite pour sauver la casse et quid d'autres qui, pour le seul fait d'être chrétiens, doivent se confiner dans des voies de garage ­ et cela malgré leur droit d'ancienneté ? Que doivent faire tous ces chrétiens marginalisés dans leur propre pays ? Choisir le chemin de l'exode - encore faut-t-il pouvoir le faire ! On supporte très bien les maux d'autrui !

Il est un fait que la majorité des jeunes chrétiens savent qu'à mérite égal, ils ne seront rarement choisis en concurrence avec d'autres ethnies. Les conseillers élus dans certaines collectivités locales en savent quelque chose !

Venir taxer les dirigeants de l'Union chrétienne, qui se sont donné pour tâche de faire cesser toute forme d'injustice et de discrimination à l'égard des ethnies chrétiennes et de rétablir leur dignité par des propositions de reforme de nos institutions : est-ce tromper le peuple de Dieu ?

Sédition

Non content de friser la sédition, votre correspondant s'attaque dans la plus grande impunité à la génération de la Veuve: Mon ami Lindsay Descombes, qui s'est senti visé par les propos de votre correspondant, saura, j'en suis sûr, rétablir les faits.

S'agissant de l'Union chrétienne, organisme éminemment laïc et apolitique ouverte à toute personne se réclament chrétienne et à ce titre qu'importe qu'elle soit membre de quelconque association, pourvu que celle-ci ne soit pas contre les lois et les bonnes mœurs. Cette clause est d'ailleurs garantie dans notre Constitution.

Venir dire que tous ceux qui se réclamant de la génération de la Veuve, tels George Washington, premier président des Etats-Unis ; Montesquieu ; Adrien d'Epinay ; Seewoosagur Ramgoolam, ancien Premier ministre ; ou encore Abdool Razack Mohamed ; et qui plus est de la plupart des archevêques de Canterbury n'ont pas protégé et valorisé les plus démunis du peuple de Dieu relève de la plus grande aberration.

Lord Moyra, vice-roi des Indes et Grand maître de la Grande Loge d'Angleterre, n'a-t-il pas posé la première pierre de la cathédrale St-Louis lors de sa visite chez nous le 13 août 1812? Alors, Monsieur ou Madame Monomachus, que faut-il faire ? Suivant vos conseils éclairés, faut-il démolir cette cathédrale pendant qu'elle est en voie de rénovation ?

Si votre correspondant croit avoir affaire à des sous-fifres de l'arrière-cour de missie-là, il se trompe de siècle !

Nous mettons au défi votre correspondant de dire que la tâche que se sont donné les dirigeants de l'Union chrétienne ne soit pas noble et venir inviter les chrétiens de ne pas se joindre à un mouvement qui vise à défendre leurs intérêts cent fois bafoués relève du mépris, voire de la sédition et nous nous réservons le droit de prendre toute action suivant avis légal.

Benjamin Moutou

Président de l'Union chrétienne (LUC)

retour