Ekoute seki finn ekrir dan Liv bann Komansman (18, 20-32)

Sa trwa invite kot Abraam la, zot ti pe al kot Sodom. Le-Segner dir : «Kriye kont Sodom ek Gomor byen gran ! Zot pese byen grav ! Mo pou desann, mo pou gete sipa zot finn fer, ou non, tou sa kriye ki finn mont ziska kot mwa ; lerla mo pou kone.» Bann zom-la kit landrwa-la, zot al kot Sodom. Abraam res devan le-Segner. Li koste, li dir : «Ki sa, vremem to pou touy dimoun zis, ansam ek kriminel ? Kitfwa ena sinkant (50) dimoun zis dan lavil. Ki sa, to pou touy-zot, to pa pou pardonn lavil lakoz sa sinkant (50) dimoun zis ki ladan ? Enn masak, sa ! si to fer enn kiksoz koumsa ! Fer dimoun zis al mor ansam ar kriminel ! Enn masak, sa ! Twa, ki ziz tout later, ki sa, to pa pou fer enn bon zizman ?» Le-Segner dir : «Si, dan Sodom, mo trouv sinkant (50) dimoun zis dan lavil, mo pou pardonn lavil antye lakoz zot.» Abraam rekoze : «Mo ena boukou toupe pou koz ar mo Segner, momem, mo zis inpe lapousyer ek lasann. Me kitfwa, dan sa sinkant (50) dimoun zis-la, kapav mank sink (5). Lakoz mank sink (5), eski to pou fer tout lavil al mor ?» Li reponn : «Non, si mo resi trouv karant-sink (45) dimoun zis.» Abraam rekoze, li dir : «Kitfwa pou ena zis karant (40)...» Li reponn : «Mo pa pou fer sa akoz sa karant (40) la.» Abraam redir : «Pa ankoler, mo Segner, mo pe rekoze. Kitfwa pou ena zis trant (30).» Li reponn : «Mo pa pou fer sa si mo trouv trant (30).» Abraam dir :«Mo toupe byen gran, mo koz ar mo Segner. Kitfwa pou ena zis vin (20).» Li reponn : «Mo pa pou detrir lakoz sa vin (20) la.» Abraam dir : «Pa ankoler, mo Segner, mo pou koz enn dernye fwa.

Kitfwa pou ena zis dis (10).» Li reponn : «Mo pa pou detrir lakoz sa dis (10) la.»

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Psom 138/137

® Toulezour, nou pou sant to lamour,

Segner, Nou kone, to tini to parol.

(Melodi : «Toute ma vie, je chanterai ton nom, Seigneur»)

Mo leker fer fet pou twa, To finn ekout mo lapriyer.

Mo sant pou twa devan bann anz,

Mo tom azenou dan direksyon to lakaz. ®

Mo pou dir-twa mersi pou to lamour ek to laverite

pou to promes, ki fer-twa gagn ankor plis loner.

Zour kot mo'nn apel-twa, to'nn reponn ;

To'nn ogmant mo kouraz ek mo lafors. ®

Kanmem ki oter li ete, le-Segner pou get bann ti-dimoun.

Me, de lwin, li rekonet ki sann-la fezer.

Omilye bann danze, li protez mo lavi. ®

To dres lame, to lame drwat sov-mwa.

Le-Segner pou fer tou pou mwa !

Segner, to lamour, li pou touzour !

Napa aret travay ki to lame pe fer. ®

Ekoute seki sin Pol finn ekrir pou bann abitan lavil Kolos (2, 12-14)

Mo bann frer, mo bann ser, Dan batem, zot finn al anba later avek le-Krist ; zot finn retrouv lavi avek li, parski zot finn krwar dan lafors Bondye, ki finn fer-li retrouv lavi parmi bann mor. Zot ti mor, lakoz zot fot, lakoz zot pa ti resevwar sirkonsizyon. Bondye finn fer-zot retrouv lavi avek li ! Li finn pardonn-nou tou nou bann fot ! Li finn efas nou det, malgre lalwa, sa det-la ti pe pez lor nou. Li finn efas sa det-la, li finn koulout-li lor lakrwa.

Samem Parol ki le-Segner pe dir

Nou dir «Gramersi Bondye»

Alelouya

Lespri inspir-nou, li fer-nou vinn zanfan Bondye, nou apel Bondye «Nou Papa».

Seigneur, apprends-nous à prier

Sœur Safaa Elbitar (Sœur du Bon-Pasteur)


Un des besoins ressentis par les chrétiens est celui de bien prier C'est sans doute en y songeant que Luc transmet la tradition sur la prière de Jésus.

«Seigneur apprends nous à prier» avait demandé un disciple. Jésus nous invite certainement à retrouver en toute simplicité les racines juives de la prière qu'il nous a lui-même enseignées, car en réalité, Jésus n'a pas inventé les mots de cette prière. Ils viennent tout droit de la liturgie juive et plus profondément des écritures. A commencer par le vocabulaire qui est très biblique «Père, Nom, Saint, Règne, Pain, péchés, tentations» Chacun de ces mots porte le poids de la Révélation progressive de Dieu à son peuple.

L'invocation du «Notre Père» nous situe d'emblée dans une relation filiale envers lui.

Les deux premières demandes portent sur le nom et le règne.

1. «Que ton nom soit sanctifié». Dans la Bible le nom représente la personne, dire que Dieu est Saint, c'est dire qu'il est l'au-delà de tout. «Que ton nom soit sanctifié», signifie «fais toi reconnaître comme Dieu».

2. Que ton règne vienne répétée quotidiennement, cette demande fera peu à peu de nous des ouvriers du Royaume, car la volonté de Dieu, on le sait bien, «le dessein bienveillant», comme dit St Paul, c'est que l'humanité rassemblée dans son Amour soit reine de la création.

3. Que ta volonté soit faite : Ainsi cette demande, comme toute prière, n'est pas une manière de tout attendre de Dieu pour que nous n'ayons plus rien à faire nous-mêmes, mais bien une demande qui nous engage nous aussi, et là plus particulièrement, dans l'accomplissement de sa volonté.

Les quatre autres demandes concernent notre vie quotidienne :

4­7. «Donne-nous, pardonne-nous, ne nous soumets pas, délivre-nous.» Nous savons bien qu'il ne cesse d'accomplir tout cela, mais nous mettons-nous en position d'accueillir ces dons ?

La prière peut être vue comme formée de 7 demandes, 3 concernant Dieu, 4 concernant les hommes.

Le Notre Père a ainsi une forme symboliquement parfaite, le 7 étant le nombre de la perfection de la création (les 7 jours de la création), 3 étant bien le nombre divin par excellence (que l'on pense à la trinité), et 4 le nombre du terrestre, (avec les quatre points cardinaux, les quatre éléments ...)On retrouve là quelque chose qui est courant dans la Bible : l'accomplissement de la création se trouve dans l'union du spirituel et du matériel, par l'union des deux natures céleste et terrestre qui sont nos deux sources de vie.

Il est bon, donc, de commencer par se préoccuper de Dieu lui-même et de sa relation à Dieu, avant de se préoccuper de soi-même. Nous avons en fait la même chose dans les «dix commandements», où les premiers commandements concernent Dieu lui-même, et ceux concernant seulement les hommes viennent ensuite.

Dieu doit être le premier servi, comme l'illustre la sagesse du roi Salomon, qui commence par construire un temple pour l'Éternel avant même de se construire un palais pour lui.

Line
retour