Line

Mouvement de jeunesse


Les jocistes du Sud

en formation

Gestion des terres

Christian Raboude participe à la consultation

Le samedi 14 juillet s'est déroulée une consultation au siège de l'Assemblée régionale sur la possibilité pour les détenteurs de baux résidentiels de devenir propriétaires de leurs terrains. Parmi les ONG et institutions convoquées pour exprimer leur point de vue sur la question, le centre Carrefour était représenté par Christian Raboude. C'était une occasion pour le nouveau directeur du centre d'exposer les points de vue exprimés au cours d'une rencontre à Carrefour sur la question au début du mois de juillet.

Christian Raboude a eu l'occasion d'exposer les avantages de cette mesure devant le comité d'élite. Une mesure qui élimine tous les problèmes concernant les droits de succession à la mort d'un détenteur de bail résidentiel. Selon la réflexion menée au centre Carrefour, cette mesure peut aussi faciliter le développement économique à travers la création d'entreprises. Car les banques acceptent plus facilement un terrain privé pour garantir un prêt pour un projet de développement.

«Attention, propriétaire vine locataire»

Christian Raboude a également exprimé les craintes du centre Carrefour quant à cette mesure. Il a soutenu ses propos en s'appuyant sur ce qui s'est passé dans les années 90 à Rodrigues. Le centre Carrefour a été le premier à tirer la sonnette d'alarme sur les ventes de terrains privés par des Rodriguais alors propriétaires. La campagne avait attiré l'attention de ces Rodriguais propriétaires afin qu'ils ne deviennent pas locataires. Toujours dans le cadre de la réflexion initiée au centre Carrefour, Christian Raboude a exprimé ses craintes devant les risques qu'avec la situation de pauvreté, des personnes soient tentées de vendre leur terrain résidentiel pour se retrouver encore plus pauvres à l'avenir.

Bien que cette mesure comporte certains avantages, le centre Carrefour a fait savoir aux autorités que ses membres pensent qu'elle n'est pas une priorité actuelle en faveur du développement de Rodrigues. D'autant plus que il n'y a pas actuellement une crise au niveau de la demande des terres à Rodrigues. Soulignons que ce comité d'élite comprend uniquement les membres de la majorité régionale, la minorité OPR ayant refusé de participer aux débats à l'Assemblé régionale sur la question et de participer aux travaux de ce comité d'élite.

Benoit Jolicœur

Le week-end du 21 et 22 juillet dernier, les jeunes de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) de la région Sud était en camp de formation à l'école Ste-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus, Rivière-Coco. Le thème de la rencontre était Les fléaux de la société : un défi pour notre jeunesse. Les jocistes venaient des équipes de base d'Anse-en-Fer, Mourouk, Port-Sud-Est, Fond-Canary, Anse-Baleine, Grand-Var, Ile-Michel, Rivière-Coco et Tamarin.

Selon André Emilien, permanent du mouvement, il a été constaté que les jeunes habitant les zones côtières sont les plus exposés aux problèmes sociaux comme l'alcoolisme, le tabagisme et la sexualité précoce. Il s'agit, selon lui, de réfléchir ensemble pour voir comment s'en sortir afin que la jeunesse puisse s'épanouir sainement et que la famille rodriguaise soit plus solide. Occasion, ajoute-t-il, pour découvrir les talents des jeunes de la région et d'aller à la découverte de la nature.

Jean-Paul Samoisy, du groupe CRAC antidrogue, intervenait sur les effets de l'alcool et de la cigarette. Pour lui, la vie étant un cadeau, il faut la préserver en s'abstenant de la nuire avec ces deux fléaux. Avec l'augmentation de prix de la cigarette et des boissons alcoolisées, il faut faire le bon choix. Marthiana Perrine et Judise La Rose, de l'Action familiale, ont traité de l'impact d'une sexualité irresponsable sur la vie d'un jeune. La société de nos rêves se construit dès maintenant à travers notre manière de vivre. Selon elles, le sida et les maladies sexuellement transmissibles sont les causes de nos mauvais comportements et sont deux problèmes mondiaux.

L'aumônier de la JOC, le père Eddy Coosnapen, a fait le lien entre le thème choisi par le mouvement et un passage biblique. Cette session de formation s'est terminée avec la participation des jocistes à la messe de 9h00 à la chapelle de l'endroit.

Les jeunes ont participé joyeusement dans diverses activités tels la danse, le théâtre et un défilé. Pour Aryana Clair, cette formation a trouvé un excellent écho chez les jeunes, car les messages sont bien passés. C'était l'occasion pour permettre à la jeunesse d'avoir un regard plus critique sur la vie et de changer certaines mentalités et certains comportements pour bâtir l'avenir.

Jean-Gérard Gaspard


retour