p.11foto1

20 ans du National Coast Guard


Foi et espérance en Dieu qui sauve

La journée du 24 juillet restera gravée dans la mémoire des officiers du National Coast Guard(NCG) de Rodrigues. Pour marquer les 20 ans de la création de cette unité de la police à Maurice, une messe a été dite en l'église de Port-Mathurin pour rendre hommage aux deux gerdes-côtes disparus en mer le 13 mai dernier alors qu'ils étaient en mission de sauvetage.

Sous la houlette de l'inspecteur Bothille, responsable du NCG à Rodrigues, plusieurs officiers ont pris une part active dans la préparation de cette messe. Ce mardi matin, l'église Saint-Cœur-de-Marie, à Port-Mathurin, était remplie. Une assistance recueillie composée essentiellement des familles et amis des disparus, des officiers de police, des pompes à incendie ainsi que des gardes-pêche. C'était une manière de réunir sous un même toit les officiers ayant pour tâche de veiller à la sécurité des citoyens.

La messe avait pour thème : Foi et espérance en Dieu qui sauve. Les familles des disparus ainsi que les officiers ont participé activement à la célébration à travers des prières, des témoignages et des chants choisis spécialement pour permettre une grande participation de l'assistance. Pour l'officier Augustin, un des rescapés de l'opération du mois de mai, le travail des gardes-côtes est un travail noble, les officiers étant appelés à sauver des vies, souvent au risque de la leur.

Risquer sa vie pour les autres

Cette même idée a été reprise dans son homélie par le père Jocelyn

Patient, qui présidait la célébration. Selon lui, Jésus-Christ a pris aussi le risque de perdre sa vie en voulant sauver l'humanité. «Nou besoin associe dimoune ki risquer zot lavi pou sanve lezot» à la passion et à la résurrection de Jésus. Il a invité l'assistance à rendre grâce à Dieu pour la vie qu'il nous donne et de tout faire pour vivre selon sa volonté en faisant ce qui est bien pour améliorer la vie autour de nous.

Dans un autre ordre d'idées, le curé de Port-Mathurin a souligné que derrière ces officiers qui ont des métiers à risques et dangereux, il y a des familles. Selon lui, l'Etat doit s'assurer à ce que les familles des disparus puissent vivre correctement.

Un monument en hommage
à Philippe et Spéville

Les hauts gradés de la force policière - l'adjoint au commissaire de police Ramparsad et le commandant de la NGC Negi - ayant fait le déplacement à Rodrigues à cette occasion ont participé à la cérémonie de dévoilement d'un monument en hommage à Christopher Philippe et Judex Spéville, qui ont perdu la vie en mer en exerçant leur métier. Le monument a été érigé à Pointe-Diable, tout près de Baie-du-Nord. L'émotion était à son comble ce mardi à midi. Les familles des disparus n'ont pu retenir leurs larmes. Un moment solennel, ponctué de longs silences, une parade avec les différents corps de police et une musique de circonstance...

Benoit Jolicœur

retour aller