Journal régional


«L'éclaireur» : s'informer pour mieux servir

Mauritius Red Cross Society

Au service de l'humanité

Apporter une aide humanitaire et porter secours aux personnes en détresse, tels sont les objectifs de la Mauritius Red Cross Society. Organisation internationale, elle est présente à Maurice depuis plusieurs décennies et compte cinq branches, dont une à Rodrigues. Mobarekha Yeadally, secrétaire de la East & Central Branch, donne des explications à «La Vie Catholique».

La branche mauricienne compte une soixante de membres qui peuvent être des secouristes ou simplement des membres dormant qui soutiennent l'organisation en payant une cotisation annuelle de Rs 120 pour les adultes et de Rs 100 pour les jeunes. Pour ceux qui souhaitent être secouristes, des sessions de formation échelonnées sur plusieurs semaines sont proposées en quatre étapes : élémentaire, initiale, intermédiaire et proficiency. Les sessions de formation ont lieu le lundi et le samedi de 15h00 à 17h30 pour les deux premiers niveaux.

Pour cela, les volontaires n'ont pas besoin de grandes qualifications académiques, car la formation est basique et consiste principalement à expliquer comment porter secours à un blessé ou à une personne malade. Les cours sont dispensés par les membres de l'organisation tandis que pour les deux derniers niveaux, la formation est assurée par des médecins. Au menu : l'anatomie et la physionomie.

Pour faire partie de la Croix-Rouge/Croissant-Rouge, il faut avoir au moins 11 ans. La MRCS souhaite aussi sensibiliser la population sur les premiers secours afin de savoir quoi faire en cas de besoin au lieu de se ruer immédiatement à l'hôpital, certains cas pouvant être traités directement à la maison si on a sous la main une trousse de secours et les aptitudes nécessaires.

Line

Rêve qui, grâce au soutien d'autres personnes, a pu se réaliser et dépasser même toutes les espérances, «L'éclaireur» vient ainsi combler une lacune et présenter les activités du Centre of Learning et les réalisations du tissu associatif de Cité-Barkly. Et remplir de fierté les habitants du quartier.

Ils ont pour noms Koomaren Vadeevaloo, Clarel Mélin, Valéry Lemince, Tracy Cotte, Emmanuel Khadun, Cathriona Rosalie et Lettycia Munean. Ils sont âgés de 15 à 25 ans. Ils constituent l'équipe de rédaction de L'éclaireur, qui a travaillé dur depuis l'an dernier pour produire le premier journal régional de Cité-Barkly.

Koomaren Vadeevaloo, rédacteur en chef du journal, explique que l'idée de faire sortir une publication remonte au temps où Benoît Adolphe et lui discutaient de la sortie d'une newsletter pour faire connaître les activités du Centre of Learning afin qu'un plus grand nombre de personnes puisse en profiter. En veilleuse pendant quelque temps, l'idée est ressortie des placards et il était alors question de faire un journal de quatre pages.

Dès lors, des pourparlers ont été initiés pour chercher un imprimeur et c'est Caractère Ltée qui a bien voulu publier le journal. Après discussions, les deux parties ont trouvé intéressant d'insérer des publicités afin d'amortir les frais, mais aussi pour augmenter le nombre de pages. Ce qui fait qu'à la fin, c'est un journal de 16 pages qui a été lancé il y a deux semaines par le maire de Beau-Bassin/Rose-Hill et Koomaren Vadeevaloo devant un parterre d'invités.

L'objectif du journal : inciter les lecteurs à «s'informer et à se former pour mieux servir». Le rédacteur en chef du journal explique qu'à travers L'éclaireur, c'est la grande mobilisation des habitants du quartier qu'ils espèrent toucher afin qu'ils passent de l'assistanat à l'actionnariat. La newsletter vise également à mettre en exergue le travail de personnes de bonne volonté qui œuvrent pour le bien-être de la population. Ainsi, les annonces des ONG et leurs messages passent gratuitement dans le journal.

Valéry Lemince, Tracy Cotte et Clarel Mélin se disent heureux d'avoir pu produire un tel journal, même si tous ne souhaitent pas faire du journalisme leur métier ­ profession qu'ils trouvent stressante. Qu'à cela ne tienne : ils peuvent être fiers de leur travail. Ils ont bénéficié, pour cela, des conseils de Pierre Benoît. La conception graphique a été confiée à David Junnot Utile et Kelvin Pavaday. Les dessins sont de Kelvin Pavaday.

L'éclaireur est un trimestriel de l'Association pour le développement communautaire de Barkly.

retour